01 mars 2009 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Des tendances très diverses cette semaine

28/02/09

Cacao. Le cacao a terminé la semaine en baisse, en réaction à l’annonce d’une récolte intermédiaire plutôt bonne en Côte d’Ivoire. D’ailleurs, chez le premier producteur mondial, les prix bord champ ont baissé cette semaine (à FCFA 600 en moyenne contre FCFA 725 la semaine précédente) car la qualité n’est pas au rendez-vous, mais aussi la récolte intermédiaire pourrait être plus abondante que prévue. En effet, la météorologie a été favorable. Ceci fait suite à une faible récolte principale 2008/09, ce qui avait d’ailleurs permis aux cours internationaux du cacao de grimper et ne pas suivre les autres matières premières dans leur dégringolade.
Au Nigeria, les cours ont progressé de 5% en moyenne durant le mois de février, à $ 2 604 la tonne, car les volumes étaient réduits et la monnaie, le naira, s’est déprécié face au dollar. Toutefois, la situation pourrait évoluer car on s’attend, comme en Côte d’Ivoire, à une récolte intermédiaire (qui démarre début avril) plutôt bonne, également grâce à une météorologie favorable. En outre, elle pourrait démarrer avec un mois d’avance, dès ce mois de mars. Une seule crainte à l’horizon : que les engrais et les produits phytosanitaires soient insuffisants. L’année dernière, la campagne nigériane avait été décevante en raison d’une saison de l’harmattan plus longue que d’habitude, un manque de pluies et d’engrais. Rappelons que ce pays est le quatrième producteur mondial de cacao. Sa récolte intermédiaire oscille en général autour de 50 000 et 60 000 t.
Ces perspectives de récolte en hausse ont globalement fait baisser les cours du cacao sur les marchés mondiaux durant ce mois de février, après avoir touché un plus haut en 24 ans fin janvier.

Café. Le Robusta comme l’Arabica sont toujours à la baisse. Ce qui a incité les planteurs au Vietnam et en Indonésie à poursuivre leur politique de rétention cette semaine et à maintenir les cours. Car ils ont tout de même chuté de 30% par rapport à la même période l’année dernière. Notons que l’Indonésie a exporté 71 000 t de café en janvier et février, soit une baisse de 5% par rapport à ses volumes expédiés en 2008 sur la même période. Toutefois, il faut se souvenir que les exportations indonésiennes, sur l’ensemble de 2008, avaient fait un bond de 36%, à 437 000 t par rapport à 2007.
Le Vietnam, quant à lui, pourrait récolter moins de 16 millions de sacs de 60 kilos (Ms) en 2009/10 après deux très bonnes campagnes, a souligné vendredi 27 février l’Association vietnamienne de café. Ainsi, les estimations faites en décembre ont été revues à la baisse de 6%. On est loin des 18 à 20 Ms que l’Organisation internationale du café avait avancés pour la campagne 2008/09. L’USDA, de son côté, l’avait porté à 19,5 Ms.
Ainsi, la baisse de production confirmée au Vietnam, à laquelle s’ajoute la baisse cyclique au Brésil, devraient stimuler à la hausse les cours internationaux. Le gestionnaire du fonds Eiger Trading Advisors, Eldred Buck, considère que la tendance baissière devrait bientôt prendre fin. L’offre et la demande sont relativement équilibrées, avec un léger excédent qui se dessine mais dont le marché a déjà pris acte. Ce n’est pas ça qui devrait peser sur le marché. Sur le court terme, il estime que les prix du Robusta comme de l’Arabica devraient être relativement stables. « Le Robusta est sur approvisionné sur le court terme », note-t-il.
En Tanzanie, les prix ont baissé lors de la vente aux enchères qui s’est tenue vendredi 27 février. Ainsi, 36 790 sacs de 60 kilos ont été présentés contre 58 749 la semaine précédente chez le quatrième producteur africain. La qualité a été jugée médiocre par les acheteurs, le café vendu étant vieux.

Caoutchouc. A Tokyo, les cours du caoutchouc naturel ont progressé cette semaine, stimulée par la fermeté des cours du pétrole et la baisse du yen face au dollar. Toutefois, la tendance demeure lourde avec une demande en caoutchouc naturel qui devrait se réduire en mars car la Chine semble se retirer du marché
De leurs côtés, la Malaisie et l’Indonésie ont décidé de réduire leur production de caoutchouc naturel de 115 000 t en 2009, a-t-il été annoncé mercredi. Toutefois, le Malaisie a annoncé replanter 50 000 ha avec de nouveaux plants au lieu des 32 000 ha initialement prévus et l’Indonésie 55 000 ha en 2009.

Riz. Les deux premiers exportateurs de riz au monde, le Vietnam et la Thaïlande, devaient discuter ce week-end d’une coopération éventuelle afin de stabiliser les prix. Cette réunion devait intervenir en marge du Sommet de l’ASEAN qui se tenait à Hua Hin, en Thaïlande.
Les deux pays estiment que les cours du riz fluctuent trop. Le Thaï 100%B en riz blanc a touché un pic de $ 1080 la tonne en avril 2008, un record absolu, mais a depuis chuté à $ 610. Des mouvements qui ne sont pas bons pour le marché.
Selon une proposition d’accord, ces deux pays, qui représentent la moitié des exportations mondiales, pourraient élaborer un prix de référence. Toutefois, les coûts de production sont très différents d’un pays à l’autre et cela rend sceptique quant à l’aboutissement de ces négociations.
Toutefois, il sera difficile pour ces deux pays de s’entendre et définir un accord. La dernière tentative de ce genre remonte à 2006 lorsque la Thaïlande avait proposé de constituer une sorte d’Opep du riz avec le Vietnam. Mais cela est resté lettre morte d’autant plus que les planteurs n’en ont guère tenu compte. En 2003, ces deux pays avec la Chine, l’Inde et le Pakistan avaient aussi essayé de stabiliser les prix mais sans succès, là encore.

Sucre. En cette fin février, alors que les contrats sur les marchés à terme arrivent à expiration ce qui créé toujours beaucoup de mouvements et d’incidences sur les cours, le sucre a touché son plus haut niveau en cinq mois. Mais cette hausse n’a pas seulement été technique. Les fondamentaux sont bien haussiers et les analystes considèrent que la livre de sucre pourrait osciller autour des 14 cents.
En effet, l’Inde devrait acheter cette année entre 1 et 4,5 millions de tonnes (Mt) sur le marché mondial, ce qui devrai soutenir le marché international tout 2009.

Thé. La production de thé du Kenya a chuté de 14% en janvier, à 25 500 t contre 29 700 t en janvier 2008. Les raisons sont à chercher du côté des conditions météorologiques : le soleil et le manque de pluies ont affecté la production. Par conséquent, les volumes vendus lors des ventes aux enchères hebdomadaires de Mombassa ont chuté de 19%, à 19 100 t contre 23 700 t en janvier 2008, provoquant une hausse des prix, à $ 2,33 le kilo contre $ 2,28 à pareille époque l’année dernière. Toutefois, pour l’ensemble du mois de janvier, les volumes exportés ont touché les 34 900 t, en hausse de 11% sur janvier 2008.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +