01 mars 2019 - 13:36 |

Le ministre ivoirien Sangafowa invite Emmanuel Macron au SARA 2019 à Abidjan

La Côte d'Ivoire est particulièrement présente au Salon international de l'agriculture (SIA) qui se tient cette semaine à Paris et qui ferme ses portes dimanche. Très moderne, très diversifié, haut en couleur, en musique et en gaité, il l'était surtout hier puisque c'était la journée Côte d'Ivoire. A côté, se trouvent le pavillon Mali avec toute la diversité de ses produits, et beaucoup plus modeste -période électorale oblige, tranchant avec les années précédentes, le stand Sénégal.

L'éclat du pavillon Côte d'Ivoire est, sans nulle doute, le reflet de son dynamisme économique et agricole en particulier (+10% en 2017), mais aussi sans doute la volonté politique de faire la promotion de son propre salon, le SARA qui se tiendra du 22 novembre au 1er décembre à Abidjan. Pour cette 5ème édition, la France est le pays à l'honneur.

Le ministre ivoirien de l'Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly, a d'ailleurs profité de l'occasion que lui donnait hier la conférence  sur la coopération agricole entre la France et la Côte d'Ivoire qu'il animait avec son homologue français Didier Guillaume, pour lancer une invitation au président Macron afin qu'il se rende au SARA pour "décliner sa vision africaine de l'agriculture".

"Nous verrons bien ce qu'il fera", a répliqué, avec humour, Didier Guillaume. Ce dernier qui a ouvert son propos sur le lien très étroit entre l'agriculture et l'environnement, saluant "les efforts très importants" faits par la Côte d'Ivoire en matière de déforestation. D'emblée, il a rappelé que "la France s'est dotée d'une politique nationale pour stopper la déforestation d'ici 2030" et, dans ce cadre, Paris s'est engagé à terme à ne pas importer des produits qui impactent la déforestation. "Nous comptons collaborer avec la Côte d'Ivoire pour l'accompagner dans une agriculture 'zéro-déforestation' et surtout un 'cacao zéro déforestation."

Une balance commerciale largement en faveur de la Côte d'Ivoire

Didier Guillaume qui a évoqué le déséquilibre de la balance commerciale bilatérale, à la faveur de la Côte d'Ivoire, avec des exportations françaises de produits agricoles vers Abidjan s'élevant en 2017 à € 302 millions, composées essentiellement de "tabac, céréales, boissons et produits laitiers", et des importations de Côte d'Ivoire de l'ordre de € 749 millions composées largement "de cacao et de fruits". "La France est le cinquième client de la Côte d'Ivoire et son premier fournisseur", a-t-il souligné.

Une coopération qui, depuis 2012, s'inscrit dans le cadre d'un contrat de désendettement et de développement (C2D) qui a financé un premier Programme ivoirien d'investissement agricole (PNIA) de 2012 à 2017. En matière agricole, la France est le premier bailleur bilatéral, représentant 82% de l'ensemble des financements bilatéraux du PNIA 1, soit FCFA 224,612 milliards (€ 341,4 millions), a précisé Nouhoun Coulibaly, directeur général de la Planification, des statistiques et des projets au ministère ivoirien de l'agriculture. Sur les FCFA 149 milliards du PNIA 2, 83% viennent de la France.

Nous reviendrons tout au long de la semaine prochaine sur ce sujet.

Filières: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +