01 mars 2021 - 16:48 |

En Afrique de l'Ouest, le solaire a le vent en poupe

L'Afrique de l'Ouest foisonne de projets dans l'énergie solaire. Une vague de projets solaire s’est déversée la semaine dernière en Afrique de l’Ouest. Un phénomène assez rare qui mérite toute notre attention tant la région -et le monde rural notamment- subie l’absence désolante d’électrification. Dans les communautés rurales, l’électricité c’est la lumière, un point de rencontre, d’échange, d’études, et entre toutes ses applications possibles, elle permet aussi de s’informer. C'est pourquoi nous nous attardons aujourd’hui sur les projets solaires qui se sont déroulés la semaine dernière dans 6 pays ouest-africains : au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, au Togo et en Sierra Leone.

La plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest

Au Nigeria, l’entreprise nigériane Sunnyfred Global vient de signer un accord avec le géant singapourien B&S Power Holding PTE pour le financement et la mise en œuvre d’une centrale solaire d’une puissance de 200 MWc à Ashama, dans l’Etat du Delta, souligne Afrik21. Il s’agira -ni plus ni moins- de la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest ! Le projet devrait être achevé dans 9 à 15 mois, la centrale sera implantée sur un terrain de 304 ha et permettra de diversifier l’énergie produite, de soutenir les activités industrielles et commerciales du pays.

Dans le même temps, l’Agence d’électrification rurale du Nigeria (REA) vient de mettre en service un mini-réseau hybride solaire d’une capacité de 100 kWc construit par la société nigériane Fanny Frank Global Resources dans le village d’Adebayo, situé dans l’Etat d’Edo. Cette installation a été construite pour répondre aux besoins énergétiques de 500 ménages du village et des activités économiques du village (commerce, couture, meunerie, coiffure, ameublement, etc.).

Rappelons que la capacité électrique du pays est de 12 522 MWc,  dont 10 142 MWc sont produits à partir de centrales thermiques et 2 380 MW sont fournis par des installations hydroélectriques. Le président Buhari a lancé la vision 30 :30 :30, soit l’objectif de fournir 30 GW d’électricité avec 30 % d’énergie renouvelables d’ici 2030. Aujourd’hui, 55% des Nigérians n’ont pas accès à l’électricité, parmi eux, 64 % vivent en milieu rural.

L’énergie solaire au service de l’agriculture

 Au Togo, dans le cadre du Projet d’appui au volet social qui vise à électrifier les communautés rurales, on compte près de 3 000 systèmes de pompages solaires qui vont être installés sur l’ensemble du territoire togolais. Ainsi, l’Agence togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables (AT2ER) a lancé un appel d’offre pour l’acquisition et l’installation de 600 premiers kits d’irrigation. L’appel d’offre se terminera le 29 mars prochain et sera financé par le Fonds africain de développement (FAD) et par le Fonds fiduciaire de l’Union européenne, souligne Togo First.

Ces 3 000 pompes seront destinées à l’irrigation des cultures et permettront de renforcer la résilience des 500 communautés rurales du pays et œuvreront au développement de filières agricoles autonomes. L’impact de ces 3000 pompes d’irrigations peut être significatif en nombre dans la mesure où le Togo compte 3777 villes et villages.

Cette volonté de multiplier les pompes solaires n’est pas nouvelle au Togo. En décembre dernier EDF et le britannique Bboxx annonçaient la future commercialisation de pompes solaires dans le pays. Dans ce cadre, le gouvernement subventionnera à hauteur de 50 % les systèmes d’irrigations à destination de 5 000 agriculteurs qui ne disposent pas du réseau de distribution d’électricité (Lire : EDF et Bboxx fourniront des pompes solaires à 5 000 agriculteurs du Togo).

La France et la BAD coopèrent main dans la main au Bénin et au Burkina Faso

Le Bénin et le Burkina Faso vont bénéficier de l’action de la start-up française Qotto. Cette dernière vient de recevoir l’appui financier de la Banque africaine de développement (BAD) qui lui a alloué $ 2,5 millions par le biais du Fonds d’accès à l’énergie hors réseau de la Facilité pour l’inclusion énergétique (FEI-OGEF), un fonds de dette géré par Lion's Head Global Partners (LHGP), dans le but d’électrifier les ménages ruraux de ces deux pays.

Cette initiative est réalisée dans le cadre du programme de la BAD « Desert-to-Power » qui ambitionne de fournir de l’énergie solaire à 250 millions de personnes situées dans la bande sahélienne. Notons que dans le cadre de la Facilité pour l’inclusion énergétique, le Millenium Challenge Corporation a fourni $ 1,8 million pour le Bénin, tandis que $ 700 000 ont été rassemblés auprès de l’Africa Enterprise Challenge Fund pour le Burkina Faso.

Le Burkina Faso a également signé lundi dernier avec l’Agence française de développement et l’Union européenne une convention de financement additionnel d’une valeur de € 8,3 millions en faveur du projet Yeleen, un projet d’indépendance énergétique du pays grâce à l’utilisation de l’énergie solaire, qui a pour ambition de construire 4 centrales photovoltaïques, un dispositif de stockage de l’énergie solaire et la mise en œuvre d’installations solaires dans les communes rurales non desservies la Société nationale d’électricité du Burkina (Sonabel), souligne Lefaso.net.

Le projet Yeleen, financé par l’AFD et la BAD, prévoit l’installation de 50 MWc dans plusieurs zones agricoles du pays, la réalisation d’une grande centrale photovoltaïque de 40 mW à proximité de Ouagadougou et de trois autres centrales situées à proximité de la principale ville des régions de Dori, Diapaga et Gaoua.

Des projets à une plus petite échelle

En Côte d’Ivoire, l’Agence ivoirienne de presse témoigne que des projets plus modestes ont vu le jour avec la mise en œuvre d’une pompe solaire qui alimente un château d’eau flambant neuf dans le village de Sokouamékro et qui permettra d’améliorer les conditions de vies de 1500 personnes.  De même, dans le village d’Affounvasso, une nouvelle école composée de trois classes et d’un bureau de direction, vient d’être créée et dont l’éclairage et les lampadaires fonctionnent grâce à l’énergie solaire. Une libération pour les écoliers qui étaient jusqu’alors instruit sous des préaux de fortunes.

La Sierra Leone et l’Ouganda ont bénéficié d’un investissement à hauteur de $ 16 millions issu de la plate-forme d’investissements Neot Offgrid Africa (NOA) -créée par les sociétés françaises Meridiam, EDF et le japonais Mitsubishi Corporation- dans le but d’équiper 49 villages des deux pays en « solutions solaires conteneurisées et pilotables à distance », peut-on lire dans La Tribune Afrique. En outre, il s’agit de déployer près de 6 000 batteries portables aux populations issues des zones les plus reculées et de faciliter leur accès à Internet. Cette opération est réalisée en partenariat avec le britannique Winch Energy.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +