01 septembre 2013 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Au Ghana, révision en vue de la politique du Cocobod


(30/08/2013)

CACAO Les cours du cacao ont terminé la semaine en baisse à $2 436 la tonne sur le marché de New York, après avoir chuté de 2,9% à $ 2406 la tonne, un plus bas de trois semaines, ainsi qu’à Londres où il a cédé £ 13à 1 634 la tonne pour le contrat de décembre. Alors que des pluies sont annoncées en Afrique de l’Ouest, les investisseurs ont pris leurs bénéfices tandis que la faiblesse de la livre sterling a contribué à la baisse du marché. Touefois, “Mais s’il n’y a pas bientôt plus de précipitations en Afrique de l’Ouest, qui fournit les deux tiers de l’offre mondiale de cacao, les prix risquent de monter de nouveau”, ont prévenu les analystes de Commerzbank ajoutant qu’il n’était pas exclu que le marché serait en déficit pour la campagne 2013/14.
L’Organisation internationale du cacao (OIC) a revu à la baisse ses prévisions de déficit pour la campagne 2012/13 à 52 000 tonnes contre 60 000 tonnes précédemment. En 2011/12, le marché était en excédent de 87 000 tonnes. La production mondiale (octobre 2012 à septembre 2013) est estimée à 3,986 millions de tonnes (Mt) et les broyages à 3,998 Mt.
Au Ghana, pour la récolte principale, les ventes se sont inscrites en recul de près de 4% à 770 292 tonnes en raison de la faiblesse des précipitations. Toutefois, Tony Fofie, le directeur du Cocobod estime que la récolte intermédiaire s’annone excellente et devrait compenser cette baisse. « Cette année nous aurons une très ample récolte intermédiaire. Notre nouvelle prévision table sur environ 150 000 tonnes ou plus » a t’il déclaré à l’agence Reuters. En revanche, il s’est montré moins optimiste sur la prochaine récolte en raison de l’absence de pluies actuellement. Tony Fofie a également annoncé que des pourparlers étaient engagés avec les broyeurs pour réduire les avantages dont ils bénéficient. En outre, il est envisagé de supprimer progressivement, sur 5 ans, le programme de pulvérisation, qui depuis plus d’une décennie couvre pour les cacaoculteurs le coût des fongicides et des pesticides. Un programme qui a largement contribué à la hausse de la production de cacao au Ghana, mais dont le coût est devenu insoutenable. En cinq ans, il est passé de 50 millions de cédis à 200 millions cette année. D’autant plus que le maintien d’un prix au producteur de 3 393 cédis ($1 574) la tonne dans un contexte de bas prix du cacao et de déficit budgétaire contrait le Cocobod à réaliser des économies.
En Côte d’Ivoire, les arrivées dans les ports ont atteint environ 1 372 000 tonnes au 25 août, contre 1 342 000 tonnes la campagne précédente, selon les exportateurs.

CAOUTCHOUC Un yen plus fort et l’inquiétude sur une éventuelle hausse des stocks ont fait chuter les cours à un plus bas d’une semaine. Vendredi, le contrat de février clôturait à 269,1 yens ($2,73) le kilo. Les cours du caoutchouc

COTON « Les investisseurs ont clairement perdu l’appétit pour le marché du coton et, après avoir infligé une nette correction la semaine dernière, continuent à liquider petit à petit leurs positions”, observaient les analystes de Plexus Cotton dans leur rapport du marché du 29 août. Si des achats techniques vendredi ont fait progressé les cours du coton à $83,49 cents la livre pour le contrat de décembre, la fibre a terminé le mois en baisse de 2%, soit le troisième produit le moins performant des 10 composant l’indice Thomson Reuters-Jefferies CRB. Jeudi dernier, le coton a clôturé à son plus bas niveau depuis début juin à 83,24 cents la livre. Depuis le sommet atteint à 93,72 cents la livre il y a quinze jours, les cours ont cédé 11%. Toutefois depuis le début de l’année, ils affichent une hausse de 9%. L’évolution de la politique chinoise et la remise en cause de sa politique de stockage seront déterminantes pour la suite. ” Toutes les parties travaillent à changer la politique (coton) ”, a déclaré Du Min , directeur du Centre de recherche pour l’économie rurale au ministère de l’Agriculture .«Les agriculteurs ne vont pas planter plus de coton, tandis que les usines ne vont pas plus filer le coton ( intérieur ). Le stockage doit s’arrêter, sinon la totalité de la chaîne de l’industrie sera ruinée” ajoute t’il. Une politique qui a déjà coûté au moins $33 milliards, sur la base des paiements estimés depuis deux ans. La réforme prendra cependant quelques mois à se mettre en place et n’être appliquée qu’à partir de septembre 2014.

RIZ La Thaïlande envisage de renouveler son plan d’intervention mais avec deux prix d’intervention différents. Pour la récolte principale, à partir d’octobre jusqu’à fin février, elle garderait son prix d’intervention inchangé à 15 000 baths ($470) la tonne puis il passerait à 13 000 baths pour la seconde récolte, plus petite, selon le ministre du Commerce, Niwatthamrong Bunsongphaisan. Le plan devrait être soumis à l’approbation du Cabinet dans les prochaines semaines et sera appliqué immédiatement à la fin du régime actuel qui prend fin le 30 septembre. En outre un plafond de 350 000 baths devrait être fixé pour chaque famille et ce afin de limiter la quantité de riz stocké.
Avec une demande faible, la perspective d’une hausse de l’offre et un bath plus faible, le prix du riz thaïlandais 5% de brisures a baissé à $440 la tonne contre $470 la semaine dernière. Du côté du Vietnam, les exportateurs ont baissé leur prix afin de stimuler les achats tandis que le marché gardait un œil sur les ventes des stocks en Thaïlande. Le Viet 5% de brisure était à $380-390 la tonne contre $385-390 la semaine dernière. La Thaïlande a vendu, jusqu’à présent que 240 000 tonnes de ses stocks, soit 1,4% des stocks totaux, via trois appels d’offre en juillet et août.

SUCRE Les cours du sucre se sont stabilisés cette semaine mais le marché demeure dans une fourchette juste au-dessus d’un plus bas de trois ans atteint en juillet. L’abondance de l’offre laisse les prix sous pression.

THÉLe prix moyen aux ventes aux enchères hebdomadaires de Mombasa, au Kenya, a atteint $ 4,11 le kilo contre $ 4,13 la semaine précédente, selon Africa Tea Brokers (ATB). Les Best BP1 se sont vendus à $ 3,60-4,62 le kilo contre $ 3,70-4,56 et les Brighter Pekoe Fanning Ones (PF1s) ont oscillé dans une fourchette allant de $2,30 -2,95contre $ 2,36-2,93. Sur les 117 808 paquets mis en vente, 21,83% n’ont pas trouvé preneurs contre 122 544 paquets la semaine dernière et 19,88% invendus.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +