02 mars 2022 - 16:52 |

Chronique Énergies renouvelables & Agriculture en Afrique de l'Ouest au 2 mars 2022

En Afrique de l'Ouest les problématiques agricoles et agroindustrielles demeurent aisément liées à celles des énergies renouvelables. L’actualité confirme et renforce chaque jour cet état de fait. Revenons donc sur les dernières nouvelles agro/énergies renouvelables que nous retrouvons cette semaine dans plusieurs pays : la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigeria, le Sénégal et le Togo.

Mais avant de se plonger dans l’actualité de ces pays, intéressons-nous aux dernières innovations et autres nouvelles qui touchent l’ensemble de la région.

Un nouveau rapport du Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été publié ce lundi. Il met en avant une image désastreuse des conséquences du changement climatique. Ce rapport souligne des dégâts déjà visibles et irréversibles dans certaines régions ainsi que des inégalités entre les pays face au changement climatique. Actuellement, près de 3,6 milliards de personnes habitent dans des zones très vulnérables au changement climatique. Des contextes caractérisés par une augmentation des vagues de chaleur, des précipitations extrêmes et une augmentation du niveau de la mer. Les inégalités entre les pays touchent essentiellement l’Afrique dans la mesure où le changement climatique compromet la sécurité alimentaire et l’accès à l’eau.

Le Sahel ne sera bientôt plus dépendant de l’électricité ivoirienne ! La semaine a été marquée par le lancement à Gorou Banda (Niger) des travaux du projet d’interconnexion électrique « Dorsale Nord ». Cette initiative vise à relier le Bénin, le Burina Faso, le Niger et le Nigeria par une ligne électrique de 330 V sur 875 km, alimentée par des énergies propres (solaire, éolienne, hydraulique, gaz). Il permettra au Nigeria d’alimenter ces pays en électricité dans un premier temps, en attendant que chaque pays devienne exportateur d’énergie et favorise les échanges régionaux. Concrètement la Dorsale Nord reliera les postes de transformation de Birnin Kebbi (Nigeria) à Ouagadougou -en passant par Zabori et Gorou Banda- et en faisant une bretelle à Zabori au poste de transformation de Malanville (Bénin). Notons que la Dorsale Nord porte un coût de $ 568,2 millions et permettra d’électrifier 432 localités rurales au Niger et 179 au Burkina Faso. L’interconnexion électrique devrait être opérationnelle fin 2023/ début 2024.

Innovation

La société chinoise JinkoSolar a lancé mercredi dernier sur le marché kényan son dernier modèle de panneau solaire photovoltaïque, le Tiger Neo. Le panneau solaire produit 3 % d’énergie en plus qu’un panneau conventionnel tout en présentant un taux de dégradation très faible au fil du temps. L’objectif de la société est de produire des panneaux plus puissants, réduire le coût de fonctionnement des fermes solaires à grande échelle et donc le prix de l’électricité.

La société française Innovent s’est associée à l’espagnol Nabrawind pour l’installation de la plus haute éolienne d’Afrique dans un parc de 36 MW développé à Oualidia (Maroc). Depuis l’année dernière, Innovent installe ses éoliennes sur 4 pieds de 35 mètres de bois lamellé. L’entreprise divise ainsi par 2 la quantité d’acier des éoliennes et divise par 10 la quantité de béton généralement utilisée pour les fondations. Toutefois, l’utilisation du bois étant complexe, Innovent s’allie à Nabrawind pour la mise en œuvre d’un tripode en acier qui surélève les éoliennes et permet d’atteindre des vitesses de vent supérieures et de gagner jusqu’à 40 % de production. La structure permet de passer de 80 à 144 mètres, de produire 2 500 MW/h de plus par an, et fournir de l’électricité pour 2500 personnes en plus qu’avec une éolienne conventionnelle.

CÔTE D'IVOIRE

Le ministre de l’Hydraulique, Laurent Tchagba a annoncé un budget de FCFA 600 milliards consacré à l’investissement dans l’hydrauliques en Côte d’Ivoire en 2022, contre FCFA 500 milliards en 2021. Rappelons qu’au cours de l’exercice précédent, on compte en milieu rural la réalisation de 120 forages équipées de pompes à motricité humaine, 150 pompes solaires, 15 633 pompes à motricité humaine maintenues et 30 mini-système d’adduction d’eau potable.

Le ministre des Mines, du pétrole et de l’énergie, Thomas Camara, a inauguré la mise en service de minicentrales solaire hybrides (centrales photovoltaïques et groupes électrogènes) dans les localités de Broukro et Dibykro, situées dans le département de Tiassalé. Ces minicentrales permettront d’électrifier une dizaine de villages et de gros campements. L’objectif du gouvernement est d’électrifier tous les villages et gros campements au plus tard à la fin de l’année 2024. Notons qu’aucune information sur la puissance des minicentrales n’a été délivrée.

La société publique Côte d’Ivoire Energies (Ci-Energies) a lancé un appel d’offre pour la construction d’une centrale solaire flottante de 20 MWc à Kossou. Les soumissionnaires intéressés ont jusqu’au 29 mars 2022 pour transmettre leurs offres. Le projet est financé par un prêt de € 80 millions de l’Agence française de développement (AFD). Le constructeur aura 18 mois pour réaliser les études et la construction de la centrale, et deux ans pour assurer l’assistance à l’exploitation.

GHANA

Une bourse des obligations vertes devrait bientôt voir le jour ! « Le Green Exchange vise à permettre aux entreprises d’émettre des milliards $ d’obligations vertes, et aux investisseurs de négocier ces titres sur un marché secondaire », souligne Bloomberg. Cette nouvelle structure s’ajoute à une liste d’opportunités qui permet aux gouvernements et autres entreprises africaines de lever des ressources financières destinés à des investisseurs respectueux des objectifs de développement durable (ODD). Cette initiative est menée par la Société financière internationale (SFI) qui n’en est pas à son premier coup d’essai, après avoir créé un marché financer des obligations vertes au Nigeria et en Afrique du Sud (Lire : Green Exchange, une bourse dédiée aux obligations vertes au Ghana).

NIGÉRIA

Le Royaume-Uni souhaite injecter £ 10 millions ($ 13,6 millions) dans le projet d’énergie à faible émission de carbone du Nigeria dans les prochaines semaines. Ce financement sera octroyé à la société nigériane de garantie de crédit InfraCrédit. L’aide vise à réduire les risques pour les fonds de pensions et d’assurance qui investissent dans des projets d’accès à l’énergie hors réseau. Parallèlement, cette initiative permet de soutenir les engagements du Nigeria pris à la COP26. Rappelons que le fonds souverain nigérian, co-investisseur dans InfraCrédit, souhaite fournir 250 à 500 MW d’énergie renouvelable dans le pays.

SÉNÉGAL

L’Association mondiale des amis de l’enfance (AMADE) a lancé le programme « L’énergie de l’espoir » afin de fournir des lampes solaires à 2000 enfants sénégalais. Ce projet est mis en œuvre par l’ONG Le Partenariat qui reçoit le soutien de la Fondation Prince Albert II de Monaco et la Banque CMB Monaco. Il vise à offrir la possibilité aux enfants d’étudier la nuit en leur offrant 4 heures de lumière supplémentaire par jour. L’accès aux lampes devrait se faire grâce à un réseau de distribution, des kiosques énergies à l’intérieur des villages et par l’intermédiaire des écoles. Ce réseau devrait être alimenter par les femmes de la communauté.

TOGO

L’Union Européenne offre un don d’une valeur de FCFA 6 milliards au gouvernement du Togo dans le cadre du Programme d’électrification solaire prépayée pour les populations rurales (CIZO). Il est également prévu de mettre en place une plate-forme numérique nationale dans le but de regrouper l’ensemble des fonctionnalités de paiement instantané. L’objectif et de collecter des données sur les progrès du programme, les besoins en énergie et les habitudes de consommation de la population. Notons que le programme CIZO vise à travailler avec les banques locales pour soutenir le secteur privé et la délivrance notamment de 3 000 kits solaires d’irrigation.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Oui

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +