02 avril 2009 - 10:43 |

Barry Callebaut tire son épingle du jeu

L’Europe de l’Est et l’Asie compensent les baisses ailleurs

(02/04/09)

En cette période de crise, tout le monde ne boit pas la tasse ! Barry Callebaut annonce ce matin à Zurich, siège social du leader mondial des fabricants de produits à base de cacao et de chocolat de qualité supérieure, un volume de ventes stables à 611 920 tonnes sur le premier semestre de son exercice 2008/09 (septembre à février 2009). Son chiffre d’affaires s’affiche en progression de 4,7% en monnaies locales et son résultat net accuse un bond de 23,2% toujours en monnaies locales. Evidemment, l’affaiblissement de l’euro ainsi que de la livre sterling et du dollar (monnaies de cotation des marchés à terme de Londres et New York) face au franc suisse donne des résultats nettement moins bons dans cette monnaie qui est celle de présentation des résultats du groupe : le chiffre d’affaires exprimé en francs suisses baisse de 1,6% et son résultat net ne progresse « que » de 15,3%.
Son directeur général, Patrick De Maeseneire, qui sera remplacé au 1er août par l’Allemand Juergen B. Steinemann, explique cette bonne performance par la réalisation d’ «_actions stratégiques et en prenant les mesures visant à améliorer l’efficience, à temps et de manière appropriée. » Barry produirait « _plus efficacement ». Pas question de payer la fève au rabais puisque le prix payé est celui fixé par le marché à terme, souligne le groupe, quant aux mesures sociales, il n’y a pas de licenciement mais les gens qui partent ne sont pas remplacés.
Il s’agit donc d’une véritable performance financière dans ce contexte de crise mondiale. Selon Barry Callebaut, cela fait plus d’une décennie qu’on n’avait pas enregistré une baisse de la consommation de chocolat, baisse de l’ordre de 5 à 9% sur les marchés majeurs que sont l’Europe de l’Ouest et les Etats-Unis. De nombreux opérateurs, artisans et détaillants, ont réduit leurs stocks et hésitent à passer de nouvelles commandes.

Une palette géographique qui se diversifie
En Europe, le groupe tire son épingle du jeu grâce à l’Europe de l’Est où il a développé dernièrement ses capacités. Cela compense la baisse de consommation sur les marchés importants que sont la France, la Belgique, l’Italie et l’Espagne. Ainsi, sur l’Europe globalement, la contraction a été de 5,2% sur ce premier semestre de son exercice, à 411 634 t.
En Amérique, le résultat est étonnant : hausse de 7% des volumes, à 151 183 t avec un chiffre d’affaires en progression de 22,6% en monnaies locales. La raison : des prises de part sur des marchés même en baisse. En outre, Barry Callebaut a augmenté ses capacités de production en Amérique du Nord.
Mais c’est en Asie où l’évolution est la plus spectaculaire même si les volumes demeurent encore modestes : un bond de 33,5% des volumes, à 49 103t, et un chiffre d’affaires en progression de 24% en monnaies locales. Les marchés leaders sont la Chine et le Japon.
Par segment d’affaires, le groupe a augmenté ses capacités de production aux Etats-Unis et en Asie mais aussi en Afrique : en octobre, le groupe a inauguré de nouvelles lignes de production dans son usine de San Pedro (investissement de 30 millions d’euros sur deux ans) permettant de tripler sa capacité de production, à 105 000 t par an. Egalement en octobre, de nouveaux plants de cacaoyers ont été plantés en Tanzanie.
Quid de l’avenir ? Patrick De Maeseneire rappelle que l’environnement restera difficile au second semestre ; les devises demeureraient volatiles. « Le recul des prix du beurre de cacao aura pour conséquence une diminution des marges, que nous avons l’intention de rattraper en partie en continuant d’améliorer l’efficience et de réduire les coûts. » Sur l’ensemble de l’exercice 2008/09, la croissance des volumes du groupe est estimée atteindre 2 à 4%, soit un niveau supérieur au marché mondial du chocolat.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +