02 avril 2015 - 00:00 |

La Compagnie d'assurance agricole au Sénégal (CNAAS) va doubler sa capitalisation

La Compagnie nationale d'assurance agricole du Sénégal (CNAAS) est en cours de réorganisation et devrait porter sa capitalisation de FCFA 1,5 milliard actuellement à FCFA 3 milliards.

"Nous sommes donc à une période charnière de l'assurance agricole", a confié Djibril Diop, coordonnateur du réseau commercial de la CNAAS, à CommodAfrica.

Rappelons que la CNAAS a démarré ses activités en 2009. De 2009 à 2011, elle s'est plus attelée à informer, à sensibiliser car ce partenariat public-privé assurantiel était quelque chose d'innovant même au niveau de l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest, explique-t-il.  En 2009-2010, les souscriptions aux polices d'assurance s'élevaient à FCFA 10 millions. Mais c'est en 2013 qu'elles ont fait un bond à FCFA 300 millions puis à FCFA 400 millions en 2014.

" Ce bond est du à une réorganisation de notre approche", précise le responsable. "Au départ, on informait et on sensibilisait. Comme c'était un produit innovant, les gens étaient intéressés mais nous demandaient un temps de réflexion. Ensuite, nous avons décidé de collaborer étroitement avec les techniciens des différents ministères – Pêche, Agriculture, Elevage. On a procédé à des sorties duales : lorsque l'assureur va voir l'éleveur ou l'agriculteur, il est accompagné d'un technicien. Le technicien parle vaccins, alimentation, soins, etc. aux éleveur qui, de ce fait, sont plus réceptif au discours sur l'intérêt de s'assurer.L'éleveur voit son intérêt car il a un coaching médical mais aussi organisationnel, de mise en bancarisation. Donc tout ceci sont autant d'opportunités que l'éleveur ou l'agriculteur va saisir. Il y a une capacitation au départ et il est plus sensible à l'assurance."

L'agriculteur devrait être d'autant plus sensibilisé que l'Etat subventionne 50% du coût de la prime d'assurance auprès de la CNAAS. En outre, en matière de riziculture par exemple, si la Caisse nationale de crédit agricole (CNCA) a préfinancé la campagne, en cas d'intempérie, la CNAAS indemnisera le producteur directement via la Caisse qui a été son bailleur et qui a préfinancé.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +