02 juillet 2009 - 10:49 |

Le Kenya projette d’irriguer un million d’acres de terre en cinq ans

La production de maïs en 2009 a été abaissée à 24 millions de sacs

(01/07/2009) Le Kenya prévoit d’augmenter la quantité de terres mises sous irrigation à un million d’acres (404 700 hectares) en cinq ans, afin d’atteindre la sécurité alimentaire malgré le développement de la sécheresse, a annoncé le Secrétaire permanent du ministère de l’Agriculture, Romano Kiome.
Actuellement seule une très petite surface de terre est irriguée, surtout pour la production de céréales. Or, l’année dernière, le pays a a connu de longues sécheresses dans de nombreuses parties du pays laissant 10 millions de personnes affamées et provoquant ainsi une brusque réduction du secteur agricole, qui contribue pour 25% au PIB.
«Si chaque année nous déployons 200 000 et 250 000 acres sur une période de cinq ans, nous devrions sûrement atteindre un million d’acres, ce qui est notre objectif», a estimé Romano Kiome. La phase initiale du programme prévoit une allocation de 3 milliards de shillings ($39,11 millions) dans le budget national pour relancer les schémas d’irrigation tombés en désuétude. Plusieurs projets dans différentes régions du pays ont échoué durant le mandat du précédent président Daniel arap Moi en raison d’une mauvaise gestion.
En outre, Kiome a indiqué que le ministère avait revu à la baisse la production de maïs en 2009, en raison des faibles pluies tombées depuis mars. «Nous avions initialement envisagé environ 26 millions de sacs… nous les avons réduit à 24 millions à cause des conditions météorologiques». Les besoins du Kenya sont estimés à 32 millions de sacs. «Tant que le temps ne s’améliorera pas, nous sommes en situation de danger».
Le gouvernement a ouvert les importations de maïs plus tôt cette année, et Romano Kiome a confirmé que les prix au détail du maïs et de la farine étaient en train de se stabiliser.
En revanche, les estimations de production de légumes étaient meilleures car ils poussent plus vite, et les pluies qui sont déjà tombées contribuent favorablement à leur croissance.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +