02 août 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

La mousson indienne en recul de 19% inquiète

(08/08/2012)

C’est encore un marché très perturbé par les facteurs météorologiques avec la sécheresse ou le manque de pluies suffisantes dans nombre de pays, sans oublier le retour d’El Nino. La mousson en Inde qui, normalement, est la principale source d’eau pour 55% des terres agricoles, est pour l’instant de 19% en dessous de la moyenne de ces dernières années.

Cacao. Le manque de pluies en Afrique de l’Ouest a fait grimper le cours du cacao sur les marchés à terme de Londres et de New York ces derniers jours, brisant la fourchette dans laquelle ils évoluaient ces derniers mois et déclenchant ainsi des ordres d’achat automatiques, ce qui a renforcé le mouvement haussier. Le spectre d’El Nino agite le marché. En outre, les ventes des origines se font rares. Le cacao est un des rares produits agricoles ces derniers jours à ne pas s’inscrire en baisse.
Selon Jonathan Parkman de la maison de négoce Marex Spectron, on s’attend sur la prochaine campagne à des récoltes principales en Côte d’Ivoire et au Ghana légèrement inférieures à la tendance de ces dernières années. Mais la fin de la campagne intermédiaire actuelle pourrait encore être soutenue.
En Côte d’Ivoire, les prix bord champ cette semaine ont été stables, voire en légère baisse non seulement parce que la qualité des fèves n’est pas au rendez-vous, avec un fort taux d’humidité, mais en outre la demande est calme en raison des vacances estivales dans les principaux pays consommateurs. Selon un acheteur interrogé par Reuters, le prix moyen d’achat au port d’Abidjan a été d’environ FCFA 760 le kilo contre 740 à 780 la semaine précédente et à San Pedro, il était de FCFA 750 environ contre 750-770 le kilo.
A noter qu’en Indonésie, numéro 3 mondial derrière la Côte d’Ivoire et le Ghana, la production en 2012 se redresse bien après être tombée à 420 000 t en 2011 (-27%) ; elle pourrait atteindre 475 000 t cette année.

Café. Après avoir atteint un pic vendredi dernier face à un approvisionnement étroit du Vietnam, le Robusta a évolué en dents de scie pour se consolider sur le marché de Londres. En revanche, l’Arabica s’est plutôt affaibli sur la période, à l’instar des marchés financiers.
Les exportations de Robusta d’Indonésie, plus précisément de Sumatra, sa principale région de production, ont augmenté de 3% en juillet par rapport à juillet 2011, la récolte montant en puissance actuellement et devant bientôt atteindre son pic.
En revanche, les exportations d’Inde (Robusta) ont baissé de 6,76% depuis le 1er octobre 2011, début de la campagne, à 285 555 t, selon le Coffee Board.

Céréales. Les traders ont pris leurs bénéfices hier après la forte hausse des jours précédents, conduisant le maïs à clôturer en baisse. Mais une baisse limitée car dès qu’elle s’est dessinée, des opérateurs se sont positionnés à l’achat. En outre, les bulletins météo sont très contradictoires, certains annonçant de la pluie dans le Midwest et d’autres non.
Rappelons que le prix du maïs est en hausse de quelque 50% depuis la mi juin et le soja de 20%. Selon la maison de courtage INTL FC Stone, les rendements américains de maïs seraient de 124,3 boisseaux à l’acre avec une production estimée à 11,043 milliards de boisseaux. Des chiffres bien inférieurs à ce que l’USDA avait avancé, avec des rendements à 146 boisseaux l’acre et une production atteignant 12,97 milliards. Le rendement de soja serait de 36,2 boisseaux à l’acre selon INTL FC Stone et de 146 boisseaux selon l’USDA, le premier voyant une récolte à 2,73 milliards de boisseaux et l’USDA à 3,050 milliards.
Quant au blé, il a fortement baissé durant deux jours de marché consécutifs car la Russie a fait taire les rumeurs selon lesquelles il devrait réduire ses exportations étant donné les mauvaises conditions météorologiques : la Russie devrait avoir 11 à 15 Mt de blé disponibles pour l’export en 2012/13, en fonction du résultat définitif de la récolte 2012 qui a tout de même été endommagée par la sécheresse. En outre, le marché a réagi à la révision à la hausse des estimations de production française.

Coton. Le coton a perdu plus de 1% de sa valeur hier sur le marché à terme de New York, réagissant aux propos alarmistes de la Fed sur les perspectives de l’économie américaine. La fibre blanche a également suivi la tendance des autres marchés de matières premières qui ont été tirés à la baisse après qu’on ait annoncé des pluies dans la ceinture céréalière américaine. Une nouvelle qui a ensuite été nuancée. Le tout sur un marché à terme cotonnier à l’activité estivale très réduite.
Les traders attendent le prochain rapport du département américain de l’Agriculture (USDA) sur le coton qui devrait être publié le 10 août. Mais on s’attend à ce qu’il révise à la baisse ses prévisions de production américaine car la sécheresse au Texas a impacté la culture alors que les cotonculteurs américains sont à peine remis de la sécheresse de l’année dernière, la pire en un siècle. A ceci s’ajoute la mousson médiocre en Inde et au Pakistan.

Huile de palme. Le marché de l’huile de palme en Malaisie a clôturé le mois de juillet maussade. C’est en effet le troisième mois consécutif que les cours sont à la baisse, de l’ordre de -1,3% sur juillet. Malgré les mauvaises nouvelles météorologiques qui ne cessent de pleuvoir sur les productions céréalières (blé, maïs, etc.) et qui devraient bénéficier à l’huile de palme, les chiffres d’exportation de Malaisie pour juillet ne sont pas bons et les traders sur le marché ont conscience de l’importance des stocks d’huile de palme. Ce qui pèse sur les cours. Maintenant, les espoirs se tournent sur l’impact que va avoir la nouvelle mesure de quotas à l’exportation libre de droits (voir nos informations précédentes.
Selon Intertek Testing Services, 1,23 Mt d’huile de palme a été exportée en juillet, soit 15% de moins qu’en juin. Pour la Société Générale de Surveillance (SGS), cette baisse serait de 19%.

Riz. Des ordres d’achats d’Afrique et d’Irak ont permis de soutenir le prix du riz thaïlandais cette semaine : le 100% grade B est demeuré inchangé à $ 850 la tonne comme les brisures 5% offertes à $ 570. Un niveau de prix qui pourrait demeurer stable ces prochains mois car le gouvernement a prolongé son programme d’intervention jusqu’en septembre : il devait prendre fin en juin.
Les prix du riz du Vietnam sont demeurés inchangés aussi car la demande est faible. Mais les exportateurs s’attendent à ce que la sécheresse aux Etats-Unis soutiennent les prix mondiaux du riz ces prochaines semaines. Les 5% brisures se sont échangées à $ 407-410 FOB contre $ 405-410 la semaine dernière.
Rappelons que les exportations du Vietnam ont glissé de 2% entre janvier et juillet à 4,62 millions de tonnes (Mt), notamment parce que des acheteurs traditionnellement importants comme les Philippines et l’Indonésie ont réduit leurs demandes. Pourtant, il a signé des contrats d’exportation totalisant plus de 6 Mt de riz cette année, à fin juillet, en hausse de 20% sur l’année dernière, a annoncé le ministère des Finances.

Sucre. En Inde, la faiblesse des pluies et le risque d’El Nino inquiètent : les prévisions de récolte de sucre 2012/13 ont été révisées à la baisse par l’Indian Sugar Mills Association (ISMA) à 25 Mt ; ce serait même un chiffre optimiste, selon Barclays Capital. Une inquiétude qui a entrainé les cours à la hausse hier.

Thé. Pour la première fois en sept semaines, le prix moyen des thés vendus aux enchères à Mombassa a glissé. Mais de très peu : il s’est établi à $ 4,06 le kilo contre 4,07 la semaine dernière. Selon l’Africa Tea Brokers (ATB), les Best Broken Pekoe Ones se sont vendues à $ 3,92-4,20 le kilo contre $ 3,88-4,25 la semaine précédente. Les Pekoe Fanning Ones ont trouvé preneurs à $ 3,74-$ 4 le kilo contre$ 3,67-3,96 le kilo. Au total, 102 796 paquets ont été offerts à la vente, 17,1% ne trouvant pas preneur contre 98 514 paquets et 13 % la semaine dernière. Les plus fortes demandes ont émané d’acheteurs du Pakistan, d’Afghanistan, du Kazakhstan, de Russie et du Soudan ainsi que les Egyptian Packers, Yemeni Packers, des pays du Proche Orient et le Royaume Uni.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +