02 septembre 2021 - 18:30 |

Les prix des produits alimentaires repartent à la hausse : +33% en un an

Après deux mois consécutifs de baisse, les prix mondiaux des produits alimentaires ont rebondi de 3,1% en août, essentiellement à cause de la forte augmentation des cours internationaux du sucre, du blé et des huiles végétales, a indiqué aujourd’hui la FAO. Plus spectaculaire encore, l’indice FAO global pour les produits alimentaires a grimpé de 32,9% par rapport à août 2020.

L’Indice FAO des prix du sucre a progressé de 9,6% depuis juillet, en raison de craintes au sujet des dégâts du gel sur les cultures au Brésil, le premier exportateur mondial de sucre. De bonnes perspectives de production en Inde et dans l’Union européenne (UE), ainsi que le recul des prix du pétrole brut et l’affaiblissement du réal brésilien, ont atténué cette hausse.

Les huiles végétales ont augmenté de 6,7%, les prix internationaux de l’huile de palme retrouvant leurs plus hauts niveaux historiques sous l’effet de craintes qui perdurent au sujet d’une production en deçà de son potentiel et des prélèvements sur les stocks qui découlent de cette situation en Malaisie, souligne le communiqué de la FAO. Les cours de l’huile de colza et de l’huile de tournesol ont eux aussi progressé.

Les céréales sont 3,4% plus chères qu’en juillet. Les prix mondiaux du blé ont bondi de 8,8% en raison de la baisse des perspectives de récolte dans plusieurs des principaux pays exportateurs. En revanche, les prix du maïs ont reculé de 0,9% car l’amélioration des perspectives de production en Argentine, dans l’UE et en Ukraine a modéré la baisse des prévisions concernant la production au Brésil et aux États-Unis. Les prix internationaux du riz ont quant à eux poursuivi leur tendance à la hausse.

La viande a légèrement augmenté en août, car les importants achats réalisés par la Chine ont soutenu les prix de la viande d’ovins et de la viande de bovins et la forte demande à l’importation en Asie de l’Est et au Moyen-Orient a tiré les prix de la volaille vers le haut. En revanche, les prix de la viande porcine ont diminué, car la baisse des achats s’est poursuivie en Chine et la demande interne est restée faible en Europe.

En revanche, le prix du lait a légèrement reculé depuis juillet, car la baisse des cours internationaux des laits en poudre due à la faiblesse de la demande mondiale à l’importation et à la hausse saisonnière des disponibilités exportables en Océanie a plus que compensé l’augmentation des prix du beurre et du fromage.

Mots-clés: 
Filières: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +