03 mars 2017 - 13:45 |

La Chronique Matières du Jeudi (02/03/2017)

Le discours du président Donald Trump mardi a provoqué une forte hausse du dollar face aux autres devises et du marché boursier, face à la perspective que les taux d'intérêts aux Etats-Unis devraient, effectivement cette fois-ci, augmenter.

Côté Afrique, la croissance dans la zone franc d'Afrique de l'Ouest devrait atteindre 7% cette année contre 6,8% en 2016, a annoncé la Banque centrale (BCEAO) mercredi.

CACAO

La chute se poursuit. Le cacao a atteint jeudi soir son plus faible prix sur le marché à terme de New York depuis 9 ans et demi face à la perspective d'un excédent mondial conséquent. Ainsi, il a clôturé à $ 1 928 la tonne après avoir touché un plus bas de $ 1 869 en cours de séance, son plus faible niveau depuis octobre 2007 ; il cotait $ 1 994 vendredi dernier. A Londres, parti de £ 1 603 il y a une semaine, il clôturait hier soir à £ 1 577.

En effet, la production mondiale de cacao devrait augmenter de près de 15% sur la campagne 2016/17, à 4,55 Mt, générant un excédent de 264 000 tonnes (t), a estimé cette semaine l'Organisation mondiale du cacao (ICCO). Un excédent légèrement supérieur à ce qui était estimé jusqu'alors, de l'ordre de 250 000 t selon un sondage qui avait été effectué par Reuters. La production en Côte d'Ivoire est maintenant estimée atteindre 1,9 Mt contre 1,58 Mt en 2015/16. Les broyages mondiaux devraient croître de 2,9%, à 4,24 Mt en 2016/17, la plus forte hausse devant être enregistrée en Afrique, de l'ordre de +8% à 830 000 t. Les broyages en Asie progresseraient de près de 5% à 919 000 t tandis qu'ils demeureraient inchangés en Europe et dans les Amériques.

En revanche, l'ICCO a révisé à la hausse son estimation de déficit pour la campagne 2015/16, qui s'est achevée le 1er octobre dernier, à 196 000 t contre 150 000 t avancé antérieurement ; la production est maintenant estimée à 3,97 Mt. Rappelons qu'un fort harmattan et l'impact d'El Niño avaient lourdement pesé sur les cultures en Afrique de l'Ouest. Mais la révision à la hausse du déficit est du essentiellement à des productions plus faibles qu'initialement anticipées au Cameroun et en Indonésie.

En Côte d'Ivoire, les exportations de fèves du 1er octobre à fin janvier ont été de 490 179 t, selon les données provisoires portuaires, en chute de 12% par rapport à la même période la campagne précédente. Quant aux produits cacaoyers (poudre, beurre, chocolat), les exportations sur cette même période de 4 mois ont été de 139 746 t, en baisse de 6,5%.

Au Cameroun, le prix bord champ s'est maintenu au mois de février par rapport à janvier, mais seraient jusqu'à 38% plus faible par rapport à leurs niveaux d'il y a un an.

En Indonésie, seulement 6 239 t de cacao ont été exportées de Sulawesi, sa principale zone de production, au mois de février, en baisse de 10% par rapport à février 2016, selon les chiffres des industriels. En revanche, aucune exportation n'a été recensée de Lampung pour le septième mois consécutif.

Côté entreprises, l'américain Hershey a révisé à la baisse ses perspectives de croissance de ventes, à 2-4% contre 3-5% avancé précédemment. Cette mauvaise passe le conduit à réduire de 15% ses effectifs au plan mondial, soit 2 700 salariés. Quant au britannique Cadbury, il a annoncé le lancement de deux nouvelles barres chocolatées aux saveurs de beurre d'arachides et de menthe. Une façon, selon certains, de bien cacher la part de cacao dont le prix a fortement augmenté l'année dernière et de faire face à la baisse de la livre sterling qui renchérit les importations.

CAFÉ

L'Arabica a terminé la période sous revue, jeudi, mitigé. Parti de $ 1,4625 la livre vendredi dernier, il a terminé hier soir jeudi à $ 1,4435 , tandis que le Robusta continue de caracoler, passant de $ 2 126 la tonne à Londres à $ 2 215.

Au Kenya, le prix maximum du Grade AA a fortement baissé, se situant dans une fourchette allant de $ 107 à $ 523 contre $ 201-681 à la dernière vente. Le Grade AB a trouvé preneur à $ 87-422 contre $ 156-515.

Le Vietnam, n°1 mondial du Robusta, devrait exporter entre 140 000 et 160 000 t (2,3 à 2,7 millions de sacs de 60 kg) au mois de mars, estiment les traders, soit 9,2% de plus qu'en février (130 000 t). Les raisons seraient la fin des festivités du Nouvel An fin janvier-début février, mais surtout les prix élevés et les situations actuelles au Brésil et en Indonésie.

S'agissant de l'Indonésie, les exportations en février à partir de Lampung ont fait un bond de 45% par rapport à février 2016, à 14 321 t, après avoir augmenté de 37% en janvier à 11 509 t.

Quant au Honduras, il poursuit sa folle reprise, enregistrant en février une hausse de 36% de ses exportations par rapport à février 2016, à 953 831 t. Depuis le début de la campagne actuelle à fin février, ses exportations sont en progression de 36% à 2,314 Ms par rapport à la même période la campagne dernière.

Côté entreprises, Tata Global Beverages a annoncé le 1er mars avoir renouvelé son partenariat avec Keurig Green Moutain pour la fabrication, la vente, les licences et la distribution des fameuses marques de café Eight O'Clock et de thé Tetley.

CAOUTCHOUC

Changement d’orientation des cours du caoutchouc cette semaine. Après avoir accumulé 8 séances de baisse et perdu 18% de leur valeur, les cours ont enregistré leur première note positive lundi, qui s’est poursuivie les jours suivants. Mercredi les cours sur le Tokyo Commodity Exchange (Tocom) gagnaient 2% en raison de la faiblesse du yen et de la fermeté du marché de Shanghai clôturant à 271,8 yens ($2,40) le kilo. Shanghai était aussi en hausse, le contrat de mai augmentant de 225 yuans pour clôturer à 18745 yuans ($2 726) la tonne. La faiblesse des stocks au Japon soutient également les cours.

Au Japon, les stocks de caoutchouc naturel sur le Tocom sont en effet tombés à un plus bas niveau de six ans. Si les stocks ne sont pas reconstitués cela pourraient accroître les prix à court terme. «S'il n'y a pas de nouvelles expéditions à venir bientôt au Japon, les prix des contrats de mars et d'avril risquent de monter comme c'était le cas avec le contrat de février», a déclaré un négociant basé à Tokyo. Le contrat de février sur le Tocom a expiré le 22 février à 331 yens ($2,91) le kilo, soit le prix de règlement le plus élevé pour un contrat expiré depuis août 2011. Avec le resserrement de l’offre de la Thaïlande, les stocks dans les entrepôts certifiés par le Tocom ont chuté à 1 489 tonnes au 20 février, en baisse de 79% par rapport à l’an dernier. Une partie des approvisionnements se sont dirigés vers la Chine où les prix ont été toujours plus élevés qu’au Japon. Ainsi des importations plus élevées en Chine ont contribué à une hausse de 56 % des stocks de caoutchouc dans les entrepôts du port chinois de Qingdao depuis la fin de novembre à 157 000 tonnes à la mi-février.

La Thaïlande, le plus grand producteur et exportateur mondial de caoutchouc au monde, vendra environ 120 000 tonnes de caoutchouc à partir des stocks de l'Etat le 7 mars, a indiqué à Reuters un responsable de la Thai Rubber Authority. Le gouvernement a déjà vendu 194 000 tonnes en deux ventes aux enchères en janvier et en février de cette année.

La Chine a importé 236 888 tonnes de caoutchouc naturel en janvier en hausse de 6,44%  par rapport à janvier 2016. Au niveau du caoutchouc synthétique, les importations se sont élevées à 273 109 tonnes, en hausse de 16,85%, selon les chiffres des douanes chinoises.

Côté entreprises, la société indonésienne Indorama a réalisé un investissement de $25 millions dans sa filiale, PT Medisafe Technologies, qui produit des gants en caoutchouc. Cet investissement permettra à PT Medisafe Technologies d’accroître sa capacité de production à 2,7 milliards de gant en caoutchouc par an et de créer 1 700 emplois. Les exportations indonésiennes de gants en caoutchouc se sont élevées à $ 232,5 millions en 2016.

COTON

Après avoir gagné 1,4% la semaine dernière clôturant vendredi à 76,57 cents la livre pour le contrat de mai soutenu par de solides ventes à l’exportation, les cours du coton ont plutôt été guidés par des éléments extérieurs cette semaine, l’évolution du complexe des matières premières agricoles et celle du dollar. Mercredi, les cours ont bondi de 2% soutenus par les grains réalisés sur les marchés agricoles et les achats des investisseurs, le contrat de mai clôturant à 77,86 cents la livre.

Selon le site de la China Cotton Textile Association, la Chine va démarrer les ventes aux enchères de ses réserves de coton le 6 mars. Elles se clôtureront le 31 août. L’année dernière, la Chine a vendu environ 2,6 millions de tonnes de ses réserves. Si la Chine vend un volume similaire cette année, le Comité consultatif international du coton (CCIC) estime que les réserves chinoises atteindront 6 millions de tonnes (Mt) à la fin 2016/17. Les stocks totaux chinois atteindront alors 9,3 Mt à la fin 2016/17, soit 53% des stocks mondiaux. Ces derniers devraient diminuer de 7% pour s’établir à 17,9 Mt en 2016/17.

La Compagnie malienne de développement du textile (CMDT) du Mali et un pool de banques, avec comme chef de file la Banque de développement du Mali (BDM-SA), viennent de signer à Paris une convention de financement d'un montant de FCFA 135 milliards (€ 250 millions), selon un communiqué transmis mercredi à la PANA.

HUILE DE PALME

Cette semaine, le soja a apporté un certain soutien à l’huile de palme, les cours gagnant plus de 6% sur le Chicago Board of Trade (CBT). Mais les cours ont enregistré deux semaines de baisse avec la perspective d’une reprise de la production au deuxième trimestre et la baisse des exportations, après le boom du mois précédent suite au Nouvel An lunaire chinois. Les cours ont perdu plus de 8% depuis le 13 février. La demande sera le facteur clé pour soutenir les cours.

Côté entreprise, le groupe malaisien Sime Darby a enregistré un bénéfice net avant impôt de 921 millions de ringgit (€196 millions) et un profit net de 644 millions de ringgits au second trimestre qui est clôturé le 31 décembre 2016, en hausse respectivement de 94% et 126%, par rapport au second trimestre 2015. Pour le semestre clos le 31 décembre 2016, le groupe a enregistré un bénéfice avant impôts de 1,6 milliard de ringgit (+66%) et un bénéfice net de 1,1 milliard (+79%). «Cette amélioration significative de nos bénéfices peut être attribuée en grande partie à la hausse des prix du brut d'huile de palme et à une meilleure production», a déclaré Tan Sri Dato 'Seri Mohd Bakke Salleh, président de Sime Darby dans un communiqué. En effet, la division des Plantations a presque quadruplé son bénéfice avant intérêts et impôts passant de 159 millions de ringgit au deuxième trimestre 2015 à 568 millions de ringgit au deuxième trimestre de l'exercice 2017.

Par ailleurs Sime Darby Berhad (SDB) a également annoncé un plan de restructuration interne qui conduira à la création de trois entreprises indépendantes qui seront cotées chacune sur le principal marché de la Bursa Malaysia Securities . Les trois sociétés seront Sima Darby, Sime Darby Plantation et Sime Darby Property.

RIZ

Stabilité des prix du riz cette semaine tant en Inde qu’au Vietnam en raison de la faiblesse de la demande tandis qu’en Thaïlande ils progressent légèrement.

En Inde, le prix indien du riz étuvé 5% sont stables à $373- $378 la tonne, la demande des exportateurs demeurant faible. « La demande est encore faible, mais nous pouvons pas baisser les prix à l'exportation en raison de la hausse des prix du paddy et d’une roupie forte », a déclaré un exportateur basé à Kakinada, dans l'Andhra Pradesh. La production de riz en Inde devrait augmenter de 4,3% en 2016/17 pour atteindre un niveau record de 108,86 millions de tonnes (Mt), a annoncé mercredi le ministère de l'Agriculture.

Au Vietnam, le Viet 5% s’est aussi maintenu à $350-$355 la tonne alors que les prix locaux sont demeurés à un niveau élevé, selon les négociants. «Les prix locaux peuvent baisser dans les prochaines semaines lorsque la principale saison de récolte commencera pleinement» a déclaré un négociant basé à Ho Chi Minh. Le Vietnam a expédié 799 000 tonnes de riz entre janvier et février, en baisse de 17,2% par rapport à la même période en 2016, selon le ministère de l’Agriculture. Les recettes d’exportation sont en recul de 40,6% à $248 millions.

En Thaïlande, le Thaï 5% s’échangeait à  $350- $360 la tonne contre de $350-$355 la tonne la semaine dernière. Pour la première fois depuis 10 ans, la Thaïlande a conclu un accord pour vendre du riz à l’Iran. Sombat Chalermwutinan, président de l'Asie Golden Rice Co, a déclaré que son entreprise avait conclu un accord avec le gouvernement iranien pour vendre entre 50 000 et 100 000 tonnes de riz blanc 5% au cours des deux prochains mois.

SUCRE

Pour la troisième journée consécutive, le prix du sucre roux a grimpé sur le marché à terme de New York après avoir atteint un niveau de soutien technique. Le marché a visiblement bien digéré la nouvelle, mardi, que la livraison sur l'échéance mars était une des plus importantes sur ce terme, Wilmar International étant visiblement le seul acquéreur. La transaction serait de $ 510 millions pour 1,2 Mt ou encore 23 655 contrats du ICE Futures US, le sucre provenant de 8 pays : Brésil essentiellement mais aussi Argentine, Costa Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Mexique et Nicaragua. Wilmar devient un habitué des livraisons sur le marché à terme.

Parti de 19,81 cents à la clôture vendredi dernier sur le marché à terme de New York - sa troisième semaine de baisse, le sucre roux a terminé hier soir, jeudi, à 19,66 cents . Quant au blanc coté à Londres, il a terminé hier à $ 543,60 parti de $ 542,10 la tonne vendredi dernier.

 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +