03 avril 2017 - 09:00 |

Le Nigeria appelle la Norvège à investir dans sa filière de farine de poisson

Le ministre adjoint du Commerce, de l'industrie et de la pêche de Norvège, Ronny Berg, a conduit la semaine dernière une délégation de plus d'une trentaine d'entreprises de la pêche au Nigeria, à l'occasion d'un séminaire sur cette filière qui s'est tenu mardi à Lagos, souligne Premium Times.

La Norvège entend accroître ses volumes d'exportation de stockfish -la morue de Norvège séchée, mais aussi de maquereau et de saumon.

Mais le géant mondial de la pêche entend aller au-delà. Car si la Norvège exporte du poisson vers le géant africain depuis 1890, a-t-il été rappelé, peu d'entreprises norvégiennes sont réellement présentes sur ce marché, a souligné le responsable ministériel norvégien. "Nous sommes ici, au Nigeria, pour créer de nouvelles relations de coopération d'affaires avec nos amis et contreparties dans l'industrie de la pêche au Nigeria et voir ce que nous pouvons offrir au marché nigérian en terme de ressources de poisson."

Une volonté qui répond aux attentes du Nigeria, comme l'a exprimé Gbolagade Akande, directeur exécutif de l'Institut nigérian de la recherche marine et de l'océanographie, qui représentait le ministre de l'Agriculture, rapporte This Day. "Il existe une grand déséquilibre dans notre relation commerciale, car le Nigeria importe énormément de la Norvège, mais on ne peut pas dire que la Norvège achète beaucoup au Nigeria. Et ce n'est pas bon. C'est pourquoi nous soulignons le besoin d'investir et d'encourager la recherche dans les domaines de l'aquaculture et de la production de farine de poisson."

Et le responsable nigérian de souligner l'importance des ressources en poissons au Nigeria, ce qui pourrait aisément, estime-t-il, alimenter une filière industrielle, notamment de farine de poisson.  

La demande nationale en faine de poisson serait de 2,7 millions de tonnes (Mt) et le Nigeria ne produirait actuellement que 1,7 Mt.

Des investissements qui permettraient, en outre, au Nigeria de rééquilibrer sa balance commerciale actuellement largement déséquilibrée au bénéfice de la Norvège. Or, comme chacun sait, le Nigeria court après les devises. La Norvège, elle-même producteur pétrolier, ne va pas importer du brut du Nigeria et, par conséquent, la filière pêche serait idoine.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +