03 mai 2009 - 22:58 |

Le Soudan compte sur la location de ses terres pour nourrir sa population

$7,5 millions d’investissements des pays arabes en 2010-2011

(03/05/09)Depuis quelques années le Soudan mène une véritable politique d’incitation envers les investisseurs étrangers pour qu’ils investissent dans l’agriculture. Et elle commence à porter ses fruits, l’Arabie Saoudite, le Qatar, l’Egypte, la Libye, la Syrie et la Jordanie ont investi massivement pour assurer leur sécurité alimentaire, le pays jouissant aussi d’un climat favorable pour faire pousser du blé, des oléagineux, des agrumes, et des aliments pour le bétail.
«En 2007, les investissements dans l’agriculture représentaient seulement 3% du total des investissements au Soudan. Maintenant ce montant est beaucoup plus élevé, c’est 17% et cela croit» affirme Abdul Rahim Ali Hamad, ministre d’Etat au ministère soudanais de l’Agriculture à Reuters. Il précise que 2008 et 2009 ont été principalement «des années de préparation», pendant lesquelles les investisseurs ont étudié les opportunités et conduit des études. «Ainsi nous attendons à partir de 2010 une forte augmentation des investissements dans l’agriculture. La hausse pourrait représenter 50% des investissements totaux au Soudan» précise Mr Hamad.
D’ores et déjà les investissements en capital sont passés de quelque $ 700 millions en 2007 à $3 milliards en 2009. «En termes de superficie, en 2010 nous attendons que 5 millions de feddans (5,19 milliards d’acres) soient utilisés pour l’investissement au Soudan, ce qui représente environ $7,5 milliards d’investissements agricoles en 2010-2011 par les pays arabes» précise le ministre d’Etat.
Aux critiques émises sur la main mise de pays étrangers sur les terres de pays pauvres, notamment faîtes par l’Union Africaine (cfCommodafrica), Abdul Rahim Ali Hamad rétorque que ces accords sont basés sur la location et non la vente de terre et qu’ils contribueront à couvrir une partie des besoins de la population. «Ce qui est disponible à l’exportation dans tous les projets ce n’est pas plus de 70%, et 30% seront acheminés sur le marché local. C’est suffisant pour nous en termes de nombre» précise-t-il.
«Nous signons des accords avec des investisseurs non Soudanais … mais en même temps nous nous assurons que cela sera bénéfique pour les Soudanais». Le Soudan a besoin de 2,3 millions de tonnes de blé par an et pour la prochaine campagne, qui démarre la dernière semaine de juin, le pays a l’objectif de planter 1,5 million de feddans (1,557 milliard d’acre) pour produire 1,7 Mt de blé, précise Abdul Rahim Ali Hamad. «Notre plan est de couvrir l’ensemble de nos besoins en blé» affirm-t-il.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +