04 janvier 2010 - 00:00 |

2009, la meilleure année pour les matières premières depuis 1973

Le pétrole, les métaux, le dollar, les investisseurs et la vraie demande physique ont dopé les marchés mais 2010 pourrait ne pas être semblable

(04/01/10)

Les marchés de matières premières agricoles ont connu en 2009 leur meilleure année depuis 1973, dopés par les gains sans précédent depuis dix ans du pétrole et par le doublement des cours du cuivre et du sucre, sans oublier « l’effet Chine » et « l’effet dollar » : le billet vert s’est déprécié d’environ 4% sur l’ensemble de l’année, ce qui dope en général les matières premières.

L’indice CRB Reuters/Jefferies affiche sur l’ensemble de 2009 une hausse de 23,46%. L’or a inscrit sa neuvième hausse en autant d’années et le cacao a enregistré sa quatrième année de progression.

Parmi les matières premières agricoles, le sucre affiche l’une des meilleures performances de l’année avec une hausse de 130%, grâce principalement aux importations indiennes après une mauvaise récolte. Les prix devraient rester soutenus en 2010 grâce aux perspectives d’une forte demande en Asie, en Russie et aux Etats-Unis, soulignent des courtiers. “Rien ne dit qu’un sommet a été atteint pour la progression du sucre”, commente Nick Hungate, courtier matières premières à Rabobank.

Pour sa part, sur le marché à terme de Tokyo, le caoutchouc naturel a aussi terminé l’année en beauté, accusant une hausse de 103% sur les 12 derniers mois. La chute vertigineuse fin 2008 ne semble être qu’un mauvais souvenir. En outre, si le caoutchouc naturel a doublé depuis la fin 2008, il est encore 77% moins cher que son pic de 357 yens atteint au début de 2008.

Les performances du coton ne sont pas aussi spectaculaires mais elles sont très honorables avec une progression de 54,22% sur l’année. Une tendance amorcée au second semestre, notamment lorsque les investisseurs ont pris conscience que la fibre blanche était largement sous-évaluée. Et les fondamentaux sont haussiers avec une récolte 2009/10 en Chine qui devrait baisser de 11%, à 6,7 millions de tonnes.

Le cacao, pour sa part, est demeuré très soutenu sur les marchés à terme de New York, terminant 2009 au plus haut en 31 ans, à $ 3 289 la tonne, enregistrant ainsi un gain de 23% sur l’année. Le marché craint un manque de cacao notamment chez le premier producteur mondial qu’est la Côte d’Ivoire (voir nos Chroniques Matières du Jeudi). La hausse des cours mondiaux est quasiment sans discontinue depuis le mois d’août.

2009 aura été mi-figue mi-raison pour le café, avec un Arabica en hausse mais un Robusta en baisse. Ainsi, l’Arabica a terminé l’année 21,3% plus cher qu’il ne l’a commencé, à $ 1,3595 la livre contre $ 1,1205 fin 2008. Plusieurs raisons (essentiellement d’Amérique latine) à ce mouvement : les pluies au Brésil qui auraient endommagé les beaux grains disponibles, la perspective d’une plus petite récolte 2009/10 en Colombie, troisième producteur mondial de café et premier exportateur d’Arabica. En revanche, le Robusta a chuté de 13,8% sur 2009, terminant le 31 décembre à $ 1 332 la tonne. L’abondance de l’approvisionnement vietnamien en est une des causes principales.

A contrario, 2009 a été une année en demi-teinte pour les marchés de céréales. Le blé a reculé de 11,3% et le maïs a gagné seulement 1,8%.

Les prix à l’exportation du riz, toutes origines confondues, a baissé entre janvier et novembre par rapport à ses niveaux atteints en 2008. Mais ils sont largement supérieurs aux prix enregistrés sur les marchés mondiaux les années précédentes. Le Thaï riz blanc 100% B 2ème qualité a été en moyenne de $ 584 la tonne FOB entre janvier et novembre, contre $ 706 sur la même période en 2008, mais $ 3335 sur les 12 mois de 2007. Le Thaï 5% a été, respectivement, de $ 552, $ 692 et $ 325 tandis que le Viet 25% a été à $ 357 contre $ 574 et $ 294, selon la FAO. Le premier exportateur mondial, le Thaïlande, a exporté 8,57 millions de tonnes (Mt) en 2009, soit quelque 14% de moins que ses ventes record de 10 Mt en 2008, et les autorités ont annoncé ces derniers jours boosté leurs ventes cette année. Le Vietnam, numéro deux mondial, a également accusé une baisse de 8,3% de ses volumes vendus en 2009 par rapport à 2008 et au premier trimestre, ses expéditions devraient également baisser. Pourtant, les autorités ont annoncé vouloir également accroître leurs ventes cette année.

Quid de 2010 ? Les marchés de matières premières pourraient également connaître un bon début d’année, mais les succès de 2009 pourraient ne pas se reproduire sur l’ensemble de l’année 2010 car le marché ne pourra plus compter sur les bonnes affaires offertes par la crise financière.

2009 était une proposition de choix en terme de valeur, marquée par une dynamique d’achat portée par les prix bas sur le marché”, explique Mark Pevan, directeur de recherche matières premières à ANZ. ”2010 sera beaucoup plus influencée par la macro, par les fondamentaux. Le dollar n’aura pas autant d’influence. Il s’agira beaucoup plus d’un alignement sur l’offre et la demande”, ajoute-t-il.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +