04 mai 2011 - 10:29 |

Nouvelle hausse des prix alimentaires ?

Le directeur de la FAO pense que les conditions sont réunies


(03/05/2011)Les prix alimentaires mondiaux devraient à nouveau augmenter à nouveau avec les craintes persistantes sur les cultures d’hiver en Chine et aux Etats-Unis et le ralentissement de la production mondiale face à une demande croissante, estime le directeur de la FAO, Jacques Diouf,dans une interview à Reuters. Il estime également que la production croissante de biocarburants a également contribué aux pénuries alimentaires, consommant plus de 100 millions de tonnes par an de céréales qui, autrement, auraient été utilisées pour la production alimentaire.
L’indice de la FAO a baissé en mars après huit mois de hausses consécutives, entraîné par l’instabilité politique dans certaines régions d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et le tremblement de terre et le tsunami au Japon. Ces régions étant des importateurs majeurs de céréales. Mais Jacques Diouf estime que cette tendance a déjà commencé à s’inverser. ”Les fondamentaux de l’offre et la demande sont toujours là. Il existe des préoccupations au sujet des cultures d’hiver en Chine et aux Etats-Unis. En outre, la demande a commencé à augmenter au Japon et dans le monde arabe.”
Jacques Diouf estime que l’amplitude de la hausse des prix des aliments dépendra de la valeur du dollar sur les prix mondiaux du pétrole. ”Tout cela est exacerbé par le changement climatique et les sécheresses et les inondations. Les principes fondamentaux sont que nous allons vers des prix élevés. En raison d’un manque d’investissement dans l’agriculture au cours de la dernière décennie, la production ne suffit pas.”
En outre, Jacques Diouf estime a déclaré que la croissance de l’industrie de l’éthanol a exercé une “énorme impact” sur les prix alimentaires mondiaux. Le prix du maïs sur le Chicago Board of Trade le mois dernier a grimpé au-dessus des prix du blé pour la première fois en 15 ans avec des stocks américains au plus bas depuis les années 1930. Il précise que les subventions et protections des pays développés pour encourager la production de biocarburants sont de l’ordre de $13 milliards par an. ”Le développement de l’éthanol en Europe et aux États-Unis a entraîné le déplacement entre 100 et 120 millions de tonnes de céréales du marché alimentaire dans la consommation pour le transport », dit-il.
Enfin Jacques Diouf a réitéré l’appel de la FAO afin de réintroduire la réglementation du marché pour freiner la spéculation et indiqué que des “propositions concrètes” ont été préparées pour la réunion des ministres de l’Agriculture dans le cadre du G20 en juin prochain.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +