04 septembre 2017 - 20:00 |

Le gingembre du Nigeria pris en étau entre la Chine et l’Inde

La concurrence directe de la Chine et de l’Inde, leaders dans la production de gingembre, entrave la demande pour le gingembre en provenance du Nigeria. Premier producteur africain et faisant partie des cinq producteurs mondiaux, le Nigeria fait face à une baisse de la demande, de nombreux marchés importateurs préférant le gingembre chinois et indien, estime Fresh Plaza dans sa revue sur le marché mondial du gingembre. Le défi du Nigeria est donc de se faire une place sur les marchés à l’exportation et de développer de nouveaux marchés. Aujourd’hui, le Nigeria exporte principalement aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans certains pays d’Asie.

Un marché mondial où les prix sont orientés à la hausse. En Chine, les prix en juin ont atteint environ 7 000 yuans la tonne (€901), en hausse de 150% par rapport à juin 2016. En outre, depuis le 13 août, observe Fresh Plaza, 80% des entreprises de gingembre dans la capitale de la plante Anqiu dans la province de Shandong sont fermées, temporairement, en raison d’exigences environnementales plus strictes imposées par les autorités chinoises. Néanmoins, tout devrait être terminé en septembre au moment où la saison commerciale bat son plein. En Inde, les prix progressent aussi à environ 80 roupies (€1,05) FOB en raison de la célébration des différents festivals. Ils devraient tomber avec l’arrivée de la nouvelle récolte en novembre. Au Nigeria, les prix suivent la même orientation à environ $ 1000 (€840) la tonne, mais la hausse est provoquée par l’inflation et la récession économique.

Lors du premier sommet international sur le gingembre, organisé par TAK Integrated Agriculture Solutions Ltd en collaboration avec la Ginger Growers Association et la Ginger Off-takers Association à Kaduna le 23 juillet dernier, le professeur Banake E. Sambo associé à la Faculté d’agriculture de l’Université fédérale Wukari dans l’Etat de Taraba, estimait que la production de gingembre au Nigeria était en danger. Mauvais réseaux routiers, manque de moyens de transport améliors sur les principaux marchés, approvisionnement sporadique en énergie et eau sont selon lui les défis majeurs qui limitent la production de gingembre au Nigeria. Ajoutant également le manque de mécanisation.

La production de gingembre au Nigeria a été en moyenne de 280 000 tonnes par an entre 2010 et 2014, selon les statistiques de la FAO. Hors année 2014 où la production est tombée à 58 190 tonnes, la moyenne est de 375 000 tonnes.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +