05 janvier 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

L’Inde a pour l’instant évincé la Thaïlande et le Vietnam du marché du riz


(05/01/2012)

CACAO Après avoir enregistré une piètre performance en 2011, avec une chute de plus de 30% sous la pression d’abondantes récoltes en Afrique de l’Ouest, les cours du cacao sont en retrait au début 2012. Ils perdaient $40 à $2 075 la tonne à New York et £ 20 à £ 1 345 la tonne à Londres.
Au Ghana, les achats du Cocobod se sont élevés à 518 531 tonnes au 22 décembre, soit 7% de plus par rapport à la même période en 2010. Cependant, une certaine congestion dans les transports, causée par la hausse des frais de manutention portuaire et une récente grève des camionneurs, ralentit les exportations. Au moins 800 camions chargés de cacao seraient stationnés au centre de marchandises d’Apowa à Takoradi avec plus de 40 000 tonnes de cacao en attente de chargement au terminal d’Apowa.
Les exportations de cacao du Cameroun ont atteint 41 410 tonnes en novembre 2011 portant à 106 347 tonnes les exportations totales pour la campagne 2010/11, selon le National Cocoa and Coffee Board (NCCB), contre 109 045 la campagne précédente.
En Côte d’Ivoire, les arrivées aux ports se situent autour de 676 000 tonnes au 31 décembre, selon les exportateurs. Pour l’instant, le temps sec et venteux qui sévit dans la plupart des régions productrices de cacao suscite quelques craintes au sujet du développement des fèves après le mois de janvier.

CAFE Le café comme beaucoup de matières premières baisse par manque d’intérêt des fonds et la hausse du dollar. « Les positions ouvertes continuent de baisser, les négociants ne trouvant pas de café à arbitrer car les différentiels continuent de monter » souligne un courtier. Ajoutant que cette situation va amener de plus en plus à traiter du café à partir du prix d’origine et moins en différentiel avantageant ceux présents dans les origines.

CAOUTCHOUC Le marché du caoutchouc démarre doucement en ce début 2012 avec une faible activité. Si les acheteurs indiens ont été actifs, les Chinois, premiers consommateurs de caoutchouc, étaient absents. Selon, l’Association of Natural Rubber Producing Courntries (ANRPC), la Chine disposerait de suffisamment de caoutchouc avec des stocks estimés à 365 600 tonnes à la fin décembre contre 45 100 tonnes en juillet 2011. L’organisation prévoit que la Chine importerait 2,95 millions de tonnes de caoutchouc naturel en 2012, soit très légèrement au-dessus de 2011 à 2,95 Mt.
Sur le Tokyo Commodity Exchange, les cours ont clôturé à 268,1 yens le kilo, finalement en légère hausse, la chute provoquée toujours par la situation de la zone euro et la baisse des prix du pétrole, ayant été stoppée.
L’ANRPC estime que la production mondiale de caoutchouc devrait s’établir à 10,4 Mt en 2012, en hausse de 3,1% par rapport à 2011 avec la mise en activité des nouvelles plantations en Thaïlande. Une estimation qui pourrait être revue à la baisse si les prix chutent des niveaux actuels, certains planteurs en Indonésie et en Malaisie ne récolteront pas le caoutchouc. L’ANRPC estime que la demande devrait être toujours atome au premier trimestre 2012 en raison des problèmes persistants de l’endettement de la zone euro, qui pourrait réduire la demande mondiale.
En Côte d’Ivoire, les exportations de caoutchouc ont totalisé 218 370 tonnes de janvier à novembre 2011 chutant de plus de 3% par rapport à la même période en 2010.

COTON Le coton a enregistré en 2011 la plus forte baisse des matières premières sur l’année, chutant de 37% par rapport à 2010, et ce en dépit d’un prix record au-dessus de $ 2,20 la livre atteint en mars. Depuis la réouverture du marché après le Nouvel An, les cours ont rebondi, essentiellement par des achats spéculatifs, retrouvant des niveaux de mi-novembre. Le contrat de mars a clôturé mercredi à 95,92 cents.
Selon la dernière publication du Comité consultatif international du coton (CCIC), la production de coton en 2011/12 devrait progresser de 8% à 26,8 millions de tonnes tandis que la consommation baisserait de 2% à 23,9 Mt, dégageant un surplus de 2,9 Mt. Ainsi les stocks mondiaux de coton pourraient rebondir à 11,9 Mt à la fin de la campagne 2011/1, après deux campagnes de stocks tendus.
La reconstitution des réserves d’Etat chinoises absorberait plus de 40% des gains des stocks mondiaux de coton. Entre le 8 octobre et le 30 décembre 2011, la Chine a acheté 2,1 millions de tonnes de coton domestique ; avec les importations, les réserves nationales augmenteraient d’au moins 3 Mt, soit 11% de la production mondiale 2011/12. Hors Chine, les stocks de coton sont attendus en hausse de 26% à 8,7 millions de tonne, le niveau le plus élevé depuis quatre ans.
Les agriculteurs américains devraient planter moins de coton en 2012. Avec des prix en dessous de $1 la livre et la hausse des coûts des principaux intrants, comme le carburant, il sera plus attractif pour eux de semer du maïs et du soja. Les industriels participants à la conférence sur le coton de Beltwide (3 au 6 janvier à Orlando) estiment que les semis en coton aux Etats-Unis se situeront entre 12 à 13,5 million d’acres (4,9 à 5,5 millions d’hectares), en baisse de 8 à 18 par rapport aux 14,72 millions d’acres de la campagne 2010/11. Selon un sondage réalisé par Reuters à Orlando auprès de 10 participants majeurs dans le coton, les estimations sont en moyenne entre 10 et 11,7 de moins en superficies.

RIZ L’Inde est actuellement le seul vendeur sur le marché du riz, avec des prix bien en dessous de ceux des premiers exportateurs mondiaux, la Thaïlande et le Vietnam, et une offre abondante avec une récolte d’été attendue à 87,1 millions de tonnes contre 80,65 Mt la campagne précédente et des stocks détenus par le gouvernement indien dans ses entrepôts à 27,1 Mt au 1er décembre. En outre, les prix du riz indien se sont abaissés cette semaine à $415-435 la tonne Fob contre $430-450 fin décembre. Après avoir levée en septembre son interdiction d’exporter du riz , en vigueur depuis 4 ans, l’Inde aurait embarqué 1 à 1,2 Mt de tonnes. En Thaïlande, les prix, qui semblent qu’indicatifs, ont chuté à $560 la tonne, contre $580 la semaine dernière, soit autour de son plus bas niveau depuis août 2011, au moment où le nouveau gouvernement a pris ses fonctions. Le gouvernement aurait acheté 4,5 Mt de riz aux fermiers depuis l’introduction du schéma d’intervention démarré le 7 octobre.
Selon le département américain de l’Agriculture (USDA), la General Authority for the Supply of Commodities (GASC) d’Egypte a annoncé qu’elle a acheté 234 000 tonnes de riz importé long grain (12% de brisures) auprès de fournisseurs locaux à travers un appel d’offres, aux prix compris entre 3 185 et 3 350 livres égyptiennes ($528- 555) la tonne. Le riz sera vendu à travers les cartes de rationnement au prix de LE 1,5 le kilo. La prochaine étape pourrait le lancement d’appels d’offres internationaux directs par la GASC.
Depuis mars 2008, l’Egypte interdit les exportations de riz, une mesure qui a été récemment renouvelée jusqu’en octobre 2012.

THÉ Le prix moyen du thé aux ventes aux enchères de Mombassa mardi a légèrement progressé à $ 2,92 le kilo contre $2,88 la semaine précédente, alors que les quantités offertes ont été moins importantes à 134 414 paquets ont été offerts ( 143 332 la semaine précédente) dont 28 046 paquets sont restés invendus. Les meilleurs BP1 se sont vendus à $ 3,46-$2,37 contre $3,46-2,30 la semaine précédente et les meilleurs PF1 à $ 3,38-3,12 contre 3,54-3,14. Les acheteurs du Pakistan, du Kazakhstan et de la Russie ont acheté de plus grandes quantités tandis que ceux d’Egypte, d’Iran et d’Afghanistan étaient moins présents.
En 2011, les ventes aux enchères de thé kenyan ont atteint 247,3 millions de kilos, en baisse par rapport aux 259 millions de kilos réalisés en 2010. La totalité des montant vendus aux enchères au Kenya, incluent les pays voisins, ont baissé de 4,1% à 333,9 millions de kilos en 2011 contre 348,15 millions en 2010. Le Kenya compte réalisé un record pour ses exportations de thé à 106 milliards de shillings ($1,2 milliards) en 2011, contre 97 milliards de shillings en 2010.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +