05 décembre 2017 - 15:30 |

Savez-vous, au juste, ce que fait le PAM ?

Cette semaine se tient à Rome la 158ème session du Conseil de la FAO, permettant de faire le bilan des activités 2016 de l'organisation internationale dédiée à l'agriculture, mais aussi de ses agences affiliées comme le Programme alimentaire mondial (PAM). Un organisme évoqué régulièrement dans nos colonnes et le rapport de son conseil d'administration met le doigt sur des évolutions notables.

Record des contributions volontaires au PAM

En 2016, le PAM a géré 202 projets dans 82 pays à travers le monde auprès de 82,2 millions de bénéficiaires. Il s'agit du nombre le plus élevé depuis 2013. Cette progression s'explique par l'accroissement de la demande d'assistance d’urgence, en partie attribuable aux événements climatiques dus au phénomène El Niño en Afrique orientale et australe, ainsi qu'à l'intensification des opérations au Nigeria due à la détérioration des conditions de sécurité et de la situation humanitaire dans le nord-est, sans oublier le Mali qui requiert une intervention d'urgence de longue durée.

Un accroissement des opérations du PAM rendu possible grâce au niveau de contributions volontaires le plus élevé de son histoire, à $ 5,8 milliards ; près de 80% de ses dépenses ont servi à financer des opérations d’urgence. Si des partenariats avec d’autres organismes des Nations Unies ont été instaurés par tous les bureaux de pays, avec une progression des coopérations Sud-Sud et triangulaire, le PAM déclare ne pas avoir atteint la cible qu’il s’était fixée en matière de contributions du secteur privé qui ne se sont élevés qu'à $ 77 millions en 2016 contre $ 94 millions en 2015.

Les opérations au Nigeria et au Mali

En 2016, 52,4% des ressources du PAM sont parvenues aux pays d'Afrique subsaharienne où près d’une personne sur quatre, soit 23,2%  de la population, était sous-alimentée en 2014-2016. C'est la prévalence la plus forte au niveau mondial et la deuxième en chiffres absolus, puisque la région comptait environ 220 millions de personnes souffrant de la faim en 2014-2016. Le nombre de personnes sous-alimentées a même augmenté de 44 millions entre 1990-1992 et 2014-2016.

Au Nigeria, le PAM a commencé à fournir une assistance alimentaire en mars 2016 face à la détérioration rapide de la situation humanitaire dans le nord-est du Nigeria et il a activé une intervention d’urgence de niveau 3, le 19 août. Des bureaux ont été ouverts à Abuja, Damaturu et Maiduguri et les effectifs portés à près de 200 unités. En septembre, une mission conjointe a permis à un mécanisme d'intervention rapide PAM/UNICEF de se rendre dans des zones précédemment inaccessibles des Etats de Borno et de Yobe.

Dépenses* directes du PAM par pays d'Afrique de l'Ouest

(milliers US$)

2015

2016

Total général

4 633 491

5 082 229

Afrique subsaharienne

2 500 463

2 673 801

  - Bénin

2 037

2 277

  - Burkina Faso

19 548

12 491

  - Cap-Vert

143

0

  - Côte d'Ivoire

10 101

12 165

  - Gambie

3 293

1 787

  - Ghana

9 220

5 434

  - Guinée

71 553

17 464

  - Guinée-Bissau

4 180

7 913

  - Liberia

71 444

16 888

  - Mali

72 601

52 672

  - Niger

103 409

102 824

  - Nigeria

2 544

60 169

  - Sénégal

13 436

9 337

  - Sierra Leone

67 045

19 563

  - Togo

168

62

* Les dépenses directes comprennent des dépenses de développement, de secours, d'opérations spécialies, des opérations bilatérales

Source : Rapport annuel du Conseil d'administration du PAM au Conseil économique et social et au Conseil de la FAO sur ses activités en 2017, Rome 4-8 décembre 2017

 

Hausse de 45% des transferts monétaires aux bénéficiaires d'aide

Le PAM intervient, au plan mondial, en fournissant une assistance alimentaire, bien connue de tous, mais aussi -et de façon croissante- en effectuant des transferts monétaires. Au total, 14 millions de personnes ont reçu un appui sous forme de transferts de type monétaire, y compris de bons-produits, contre 9,6 millions en 2015, soit un bond de 45%.

La valeur des transferts de type monétaire était de $ 880 millions en 2016 contre $ 670 millions l'année précédente ; il devait atteindre $ 1,2 milliard cette année. "Dans bien des pays, les transferts de type monétaire servent à renforcer les dispositifs de protection sociale et sont un moyen efficace de favoriser l’accès au système financier et le développement d’écosystèmes financiers locaux", notent les auteurs. Le PAM est désormais l'un des principaux distributeurs de liquidités du système d'aide humanitaire.

Pour ce faire, le PAM travaille avec des prestataires de services financiers, dont des banques, grandes et petites, des institutions de microfinancement, des opérateurs de transferts d’argent par téléphonie mobile, des agents chargés d’envois de fonds et des opérateurs de systèmes de cartes et de paiement. Le PAM a aussi passé des accords-cadres types avec des prestataires de services au niveau régional afin d'accélérer les opérations de transfert de type monétaire.

Les achats de produits locaux

En 2016, le PAM a livré 13 milliards de rations quotidiennes : le nombre de bénéficiaires a augmenté mais chaque ration était moindre. Le coût moyen de la ration alimentaire, soit 0,34 dollar en 2016, a légèrement dépassé celui de 2015 (0,31 dollar), situation en partie imputable à la complexité des facteurs opérationnels.

Afin d'améliorer les moyens d'existence des petits exploitants et de renforcer les systèmes alimentaires locaux, le PAM privilégie progressivement les achats de produits locaux, y compris pour les programmes de repas scolaires.

Achats de produits alimentaires par le PAM en 2016

 

Tonnes

 En millions de US$

TOTAL

2 634 536

1 361

Pays développés

614 006

381

Pays en développement

2 020 530

980

dont en Afrique de l'Ouest

Tonnes

En dollars

  - Bénin

876

361 007

  - Burkina Faso

1 258

752 629

  - Côte d'Ivoire

1 648

1 037 188

  - Gambie

122

91 614

  - Ghana

753

548 246

  - Guinée

1 594

1 038 309

  - Liberia

2 120

1 356 354

  - Mali

11 700

4 198 787

  - Niger

33 970

13 201 487

  - Nigeria

33 078

35 304 447

  - Sénégal

793

276 046

  - Sierra Leone

465

283 149

Total Afrique de l'Ouest

88 377

58 449 263

Source : Rapport annuel du Conseil d'administration du PAM au Conseil économique et social et au Conseil de la FAO sur ses activités en 2017, Rome 4-8 décembre 2017

 

En outre, le PAM œuvre à améliorer l’accès des petits producteurs aux marchés, s’adressant désormais à plus de 1,5 million de membres d’organisations paysannes dans le monde entier.

Enfin, le PAM a formé 80 000 membres du personnel d’entités publiques et d’organismes partenaires dans les domaines de l’élaboration, de l’exécution et du suivi des politiques, des télécommunications d’urgence, de la sécurité et d’autres aspects de l’assistance alimentaire.

Dans le cadre de son propre fonctionnement, en 2016, le PAM a commencé d'étudier la possibilité d'utiliser les savoir-faire nationaux pour des fonctions jusqu'alors assurées par des administrateurs recrutés sur le plan international.

 

 

 

Pays: 
Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +