06 juillet 2016 - 11:00 |

La Côte d'Ivoire abaisse ses taxes à l'export des produits transformés du cacao

Afin d'encourager la transformation des fèves de cacao en Côte d'Ivoire, le gouvernement a annoncé vendredi une réduction des  taxes d'exportation sur le cacao. Les nouvelles taxes à l'exportation seront les suivantes : sur la poudre, 9,6% contre 14,6% auparavant ; sur le beurre, 11% contre 14,6% ; sur la masse de cacao,  13,2% contre 14,6%.

Des grandes maisons de négoce comme Cocoa Barry, Olam ou encore Cargill seront autorisées à accroître leur capacité de transformation de 7,5% et les plus petits opérateurs de 10 à 15%. Reste à formaliser ces changements dans le cadre d'accords formels à signer entre les transformateurs et le gouvernement au travers du Conseil du café-cacao (CCC).

Le CCC propose également un système de ventes anticipées réservées aux broyeurs. Chaque jour, ces derniers auront leurs propres enchères et ne devraient plus entrer en concurrence avec les traders pour l'achat de fèves.

Ces décisions et propositions devraient donc mettre un terme aux négociations entre les entreprises et le CCC depuis près de deux ans maintenant sur un nouveau schéma incitatif à la transformation locale.

Rappelons qu'au démarrage de la campagne 2012/13, le gouvernement avait mis un terme à un régime en place depuis 20 ans d'avantages fiscaux pour les transformateurs, les principaux étant le suisse Barry Callebaut, le singapourien Olam international, l'américain Cargill et le français Cemoi. La Côte d'Ivoire compte 12 unités de broyage avec une capacité totale installée de 720 000 tonnes (t). Mais la plupart de ces unités ne fonctionnent qu'à 60 voire 80% de leurs capacités. L'objectif des autorités ivoirières est qu'elles montent en puissance de production, d'où cette main tendue fiscale.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +