06 septembre 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Le cacao tire toujours son épingle du jeu


(06/079/2012)

CACAO La fève de cacao a à nouveau grimpé cette semaine atteignant son plus haut niveau depuis le début de l’année. Sur le marché de New York, elle a gagné plus $100 à la clôture mercredi à $2 654 la tonne et £51 à Londres à £ 1 720 la livre. Une hausse alimentée par un regain des achats de précaution de l’industrie et des investissements spéculatifs, les investisseurs ayant augmenté leur position longue. La semaine dernière les prix en Côte d’Ivoire se sont aussi inscrits aussi sur un trend haussier sur fond de craintes sur les conditions météorologiques pour la prochaine campagne 2012/13 qui démarre le 1er octobre. Alors que l’abondante saison des pluies donnait a espérer une bonne récolte, un mois de temps nuageux et froid a provoqué le développement de la maladie de la pourriture brune.
Les arrivées dans les ports ivoiriens s’élevaient à 1 339 000 tonnes au 2 septembre contre 1 412 845 tonnes en 2010/11. L’International Cocoa Organisation (ICO) estime que la production en Côte d’Ivoire s’élèvera à 1,35 Mt contre 1,5 Mt en 2010/11.
La production de cacao au Cameroun a chuté à 220 000 tonnes en 2011/2, soit 8,33% de moins que lors de la campagne précédente. Une chute imputable à une sécheresse prolongée et à des attaques de ravageurs selon, le National Cocoa and Coffee Board (NCCB). Les exportations ont été de 180 075 tonnes (200 084 tonnes en 2010/11) et les achats de Sic-Cacao, la seule unité de broyage au Cameroun, de 30 000 tonnes.
En Ouganda, la production est estimée à 19 000 tonnes en 2011/12 en hausse de 6,1%, selon le Cocoa Development Project (CDP). En 2010/11, l’Ouganda avait produit 17 900 tonnes et exporté pour $44 millions.

CAFÉ L’International Coffee Organization (ICO) a légèrement révisé vers le haut ses prévisions sur la production mondiale de café en 2011/12 à 132,7 millions de sacs en raison d’une révision de 7,9% de la production vietnamienne à 21 millions de sacs. Selon ces dernières estimations, la production mondiale serait inférieure de 1,2% à celle de 2010/11.
Les revenus du café au Burundi ont progressé de 37% en août par rapport à juillet à $5,9 millions. Une hausse imputable à une reprise de la demande, les volumes achetés s’élevant à 1 617 960 kilos contre 1 153 800 kilos en juillet. Pour 2012/13, l’Autorité de Régulation
de la Filière Café au Burundi (ARFIC) table sur une production de 29 000 tonnes pour une valeur estimée de $61,4 millions.

CAOUTCHOUC Après de lourdes pertes sur deux sessions consécutives, les cours du caoutchouc ont rebondi mercredi, gagnant plus de 3% à 227,3 yens le kilo. Une hausse alimentée par la décision du deuxième producteur mondial, l’Indonésie, de diminuer à partir du quatrième trimestre ses exportations, de 100 000 tonnes, selon un représentant de l’industrie. Le pays rejoindrait ainsi la Thaïlande et la Malaisie dans leurs efforts pour tenter de redresser les cours. Toutefois, les acteurs du marché sont sceptiques quant à l’efficacité d’une telle mesure. L’accord en août entre la Thaïlande et la Malaisie de réduire leurs exportations de 200 000 tonnes n’a pas apporté beaucoup de support au marché.

COTON Après un rally le 31 août poussant les prix à 77,49 cents la livre, un plus haut depuis trois mois, les cours du coton ont affiché des pertes sur deux sessions consécutive, le marché était fermé lundi. Mercredi, ils clôturaient à 75,35 cents la livre. Les perspectives sur la demande sont toujours faibles, notamment à la suite des chiffres en retrait de l’industrie chinoise. La Chine qui s’est offert, à travers le consortium porté par la compagnie chinoise textile Shandong Ruyi. la ferme cotonnière australienne, Cubbie Station. Avec 93 000 hectares et environ 330 000 balles de coton de production, ceci représentent environ 13% de la production de coton australienne.
La Chine a démarré ses premières ventes aux enchères lundi avec 35 708 tonnes offertes par le gouvernement, selon la China Cotton Association au prix de base de 18 500 yuans.

RIZ Sur le mois d’août, les cours mondiaux du riz ont progressé stimulés par la fermeté des prix vietnamiens et nord-américains, souligne Patricio Méndez del Villar dans son dernier rapport mensuel du marché mondial du riz. Ce n’est pas le cas du riz thaïlandais et pakistanais qui rencontrent des difficultés pour s’exporter.. Patricio Méndez del Villar estime que les disponibilités globales et les perspectives de la production mondial sont satisfaisantes, une situation qui devrait contribuer à la stabilité des prix dans les mois à venir.
Sur le marché physique, en dépit de la possible mise sur le marché par le gouvernement thaïlandais de 200 000 tonnes de riz en provenance de ses stocks, les prix sont demeurés stables à $600 la tonne pour le Thaï 100%B et à $585 la tonne pour le 5% de brisures, soutenus par la demande du Nigeria et de l’Iraq. Au Vietnam, les prix ont gagné $5 la tonne, avec une demande des exportations pour l’embarquement alors que la l’offre se raréfie avec la fin de la récolte de l’été-automne.

THÉ Le prix moyen des thés à la vente aux enchères de Mombassa, mardi 4 septembre, s’est établi à $ 4,00 le kilo, soit en l baisse par rapport au $ 4,04 de la semaine précédente. Les Best Broken Pekoe Ones se sont établis à $4,16-$3,84 le kilo contre $4,26-$3,82 a semaine précédente et les Best Pekoe Fanning Ones à $4,08-$3,78 le kilo contre $3,98-3,80. Au total, 96 066 paquets ont été offerts avec 12,6% restant invendus.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +