06 octobre 2016 - 17:00 |

La Chronique Matières du Jeudi (06/10/2016)

La baisse du chômage aux Etats-Unis et une bonne production manufacturière ont boosté le dollar face aux autres devises, certains estimant que la Réserve fédérale pourrait bien revoir à la hausse ses taux d'intérêts.

CACAO

Le cacao demeure ferme alors que la nouvelle campagne en Afrique de l'Ouest démarre. La tonne cotait ce matin £ 2 211 la tonne sur le marché à terme de Londres et $ 2 803 à New York contre  respectivement £ 2 164 et $ 2 761 vendredi dernier

En Côte d'Ivoire, alors que la campagne 2016/17 a démarré samedi dernier, les fèves arrivent au compte goutte aux exportateurs. En cause, le Conseil du café cacao (CCC) qui aurait rendu obligatoire cette campagne des réglementations fiscales et administratives pour les acheteurs en brousse qui, jusque là, étaient peu mises en application. Tant que les acheteurs ne se sont pas mis en conformité, le CCC a suspendu le système de réservation de fèves. Certains acheteurs ont déclaré être conformes avec la réglementation et pensent pouvoir reprendre leurs activités d'ici la semaine prochaine. Un responsable du CCC aurait indiqué à Reuter espérer que tous les acheteurs, en conformité avec la réglementation, seraient remis dans le système d'ici la fin du mois.

La Côte d'Ivoire où, semble-t-il, la hausse du prix garanti au planteur fait grincer certains des dents. Ainsi, les banques seraient récalcitrantes à augmenter les lignes de crédit aux exportateurs qui doivent faire face à des coûts plus élevés, faisant ainsi craindre des défauts d'exécution de contrats. En effet, selon le système de vente aux enchères par anticipation, les exportateurs font des offres pour avoir le droit d'exporter un certain volume durant une période de temps bien déterminée. Il leur incombe alors d'acheter le cacao physique au prix garanti mais comme ils ne sont payés qu'à livraison de la marchandise, ils doivent recourir au crédit bancaire pour réaliser leurs achats. Certains exportateurs, notamment des petits acteurs, ont été pris au dépourvu par la hausse du prix garanti annoncé par le gouvernement (malgré l'avis défavorable du CCC). Les gros opérateurs, quant à eux,  ne sont pas confrontés à cette difficulté car leur financement est interne à leur groupe.

A ceci se greffe le fait que les volumes devraient être réduits durant ces premières semaines de campagne car le temps a été longtemps très sec, ce qui a impacté le développement des fèves. Donc les petits opérateurs devraient aussi avoir des difficultés à obtenir du produit physique.

CAFE

Le démarrage de la récolte de Robusta au Vietnam à la fin de ce mois fait pression sur les cours à Londres, nombre d'opérateurs voulant se couvrir. La tonne cotait ce matin $ 1 991 à Londres, en baisse par rapport aux $ 2 004 à la clôture vendredi dernier, tandis que l'Arabica était à $ 1,4850 la livre sur le marché à terme de New York contre $ 1,5155 en fin de semaine dernière.

C'est la grande inconnue au Vietnam. Non seulement on estime que les volumes seraient en baisse de 10 à 15% mais la faiblesse des pluies récentes laisse penser que la récolte sera plus tardive. "A Daklak, le pic de la période de récolte pourrait être en décembre, soit environ 2 semaines plus tard que d'habitude", a expliqué un trader à Ho Chin Minh City. Mais l'inquiétude ne serait pas de mise car le Vietnam dispose de suffisamment de stocks de café pour pouvoir expédier en octobre, le temps que le café frais arrive.

Côté Arabica, aux ventes aux enchères au Kenya cette semaine, le prix du Grade AA a fortement augmenté, se positionnant dans une fourchette de $ 131 à $ 351 contre $ 97-308 la semaine dernière. Mais il n'en a pas été de même pour le Grade AB qui s'est vendu entre $ 51 et $ 294 contre $ 76 et $ 295 aux ventes précédentes.

La Colombie a produit 2% de moins de café en septembre  par rapport à il y a un an, totalisant sur le mois 1,03 million de sacs de 60 kg, selon la Fédération nationale des planteurs de café. Les exportations ont, quant à elles, baissé de 4%, à 1,04 Ms. Rappelons que la production comme les exportations ont subi la grève des camionneurs qui a duré 45 jours, sans oublier l'impact qu'a eu El Niño. Si on prend les performances caféières colombiennes sur 12 mois, la production a atteint 14 Ms, en hausse de 5%.  

En revanche, les exportations du Honduras ont quadruplé en septembre, à 171 334 sacs de 60 kg ; elles n'étaient que de 41 842 sacs en septembre 2015, selon l'Institut national du café (Ihcafe). D'octobre à septembre, les exportations ont totalisé 5,153 Ms contre un objectif de 5,52 Ms sur l'ensemble de la campagne.

CAOUTCHOUC

Les cours du caoutchouc sur le Tokyo Commodity Exchange (Tocom) ont bondi mercredi soutenus par le retour de prix plus élevés pour le pétrole et la chute du yen face au dollar. Le contrat de mars a clôturé à 170,6 yens ($1,66) le kilo enregistrant un gain de 4,6 yens. « Le Tocom peut encore progresser demain, mais les investisseurs vont probablement prendre leurs bénéfices avant le week-end de trois jours au Japon », a indiqué Hiroyuki Kikukawa, directeur général de la recherche chez Nissan Securities. Avec l’absence de la Chine cette semaine sur le marché pour cause fête nationale, l’évolution du marché est plutôt guidée par des facteurs extérieurs, essentiellement monétaires, tandis que la demande est faible. « Le marché du caoutchouc va rester dans une fourchette de négociation serrée. Cependant l'indice de référence peut atteindre 170 yens si le yen diminue fortement » a estimé Satoru Yoshida, analyste chez Rakuten Securities.

Les exportations de caoutchouc naturel  de Côte d’ivoire  se sont élevées à 296 212 tonnes sur les huit premiers mois de l’année 2016, en hausse de près de 8% par rapport à la même période en 2015, selon les données portuaires provisoires.

Le Rubber Research Institute of India (RRII)  en Inde  a développé un clone du caoutchouc naturel à haut rendement, nommé RRII 208,  avec comme caractéristique de s’adapter à de basses températures. RRII  2008 sera  exclusivement cultivé dans le Nord-Est du pays. C’est la première fois qu’est développé un  caoutchouc approprié aux basses températures, selon James Jacob, directeur de recherche à RRII. Le clone sera publié au cours de la neuvième Conférence annuelle de l’Association des pays producteurs de caoutchouc naturel (ANRPC), qui se réunira à Guwahati le 17 octobre.

Les stocks de caoutchouc brut dans les ports japonais se sont élevés à 7 794 tonnes au 10 septembre, en baisse de 1,5% par rapport de la dernière date de l'inventaire, selon les données de l'Association du commerce du caoutchouc du Japon.

COTON

La menace de l’ouragan Matthew sur la culture du coton dans certaines régions du sud-est des Etats-Unis (Floride et certaines zones de Géorgie, Caroline du Sud et du Nord)  a dopé les cours du coton en début de semaine après une chute de près de 3% la semaine dernière.

Le Comité consultatif international du coton (ICAC) a une nouvelle fois relevé ses prévisions du prix mondial du coton pour 2016/17  à 73 cents la livre (indice Cotlook A), soit 3 cents de plus par rapport au prix  de la campagne 2015/16. Les stocks mondiaux devraient diminuer de 7%  à 18,1 millions de tonne (Mt), soit à un plus bas de près de 5 ans. En Chine, ils devraient chuter de 13% à 9,9 Mt si le gouvernement poursuit la vente de ses réserves. Au niveau de la production mondiale, la croissance da production aux Etats-Unis (+25% anticipé), au Pakistan (+26%) et au Brésil (+7%) devrait compenser la baisse de la production chinoise estimée à 4%. La production mondiale totaliserait 22,54 Mt en 2016/17 et devrait être inférieure de 1,3 Mt à la consommation, qui serait stable à 23,81 Mt.

Les exportations de coton de Côte-d'Ivoire ont totalisé 314 067 tonnes de janvier à août, en baisse de près de 12 pour cent par rapport à 2015, selon  les données portuaires provisoires.

HUILE DE PALME

Les cours de l'huile de palme ont enregistré mercredi soir leur plus forte baisse en une semaine, suivant la baisse de l’huile de soja sur le marché de Chicago tandis que les exportations sont baissières.  Le contrat de  décembre  sur la Bursa Malaysia Derivatives Exchange a diminué  de 1,7 % à 2 556 ringgits ($618). L’huile de soja sur le Chicago Board of Trade a chuté de 0,9%. Quant aux exportations d’huile de palme de Malaisie, elles sont en baisse de 15% en septembre par rapport au mois d’août à 1,378 million de tonnes (Mt), selon les données Intertek Testing Services. Une chute imputable à la faiblesse de la demande des grands  pays consommateurs à savoir la Chine et l’Inde.

En revanche, le prix de la stéarine de palme a grimpé à un sommet de deux ans face à une offre insuffisante. Utilisée par l’industrie oléochimique, notamment pour la fabrication du savon, le prix de la stéarine de palme raffinée, blanchie et désodorisée (RBD) a grimpé de près de 40% cette année, selon  Thomson Reuters. Elle se situait à $700 la tonne mardi contre $635 pour l’huile de palme brute.

L'Inde, le plus grand importateur mondial d'huiles comestibles, développera son propre cadre de durabilité pour la production d'huile de palme  a indiqué la Solvent Extractors' Association of India (SEA) qui s’est associé avec Solidaridad basé à Hong Kong pour développer un cadre de développement durable.

L’Indonésie s’est engagée dans une nouvelle campagne de promotion de l’huile de palme sur le marché européen, où l’huile de palme est forment attaquée pour ses dommages présumés sur l’environnement. La délégation indonésienne se rendra en Pologne, en République Tchèque, aux Pays-Bas et en France.

Côté entreprise, le malaisien Sime Darby a lancé mardi un placement d’actions d’une valeur de 2,36 milliards de ringgit ($572 millions). La vente de 316,4 millions d'actions a été au prix de 7,40-7,45 ringgit par gamme d'action.

RIZ

Evolution contrastée des prix du riz asiatique, en baisse en Inde, stables en Thaïlande et en hausse au Vietnam.

En Inde, la demande d’exportation est encore  faible et les acheteurs africains ne sont guère actifs. Ainsi le 5% étuvé a baissé de $3 la tonne à $365-$375 la tonne.

En Thaïlande, le 5% est resté inchangé à $365-$370 la tonne avec une demande faible. La récolte principale en Thaïlande va culminer ce mois-ci  avec une production de paddy anticipée en hausse de 4,8% à 25,02 millions de tonnes.

Au Vietnam, le mauvais temps – la pluie – a perturbé la récolte d’une culture mineure dans le delta du Mékong et empêché le séchage des grains, ce qui a provoqué une légère hausse des prix. Le Viet 5% cotait  $335- $340 la tonne contre  $330- $340 la semaine dernière alors le Viet 25% a augmenté à $325 la tonne contre  de $310- $ 315 la semaine dernière. Entre janvier et septembre, les exportations de riz du Vietnam ont  chuté de 16,4 % par rapport à la même période en 2015 à 3,76 Mt selon le ministère de l'Agriculture.

SUCRE

Le sucre continue à caracoler sur des crêtes au plus haut depuis 4 ans, alimentant largement les conversations au dîner biennal du sucre qui s'est tenu cette semaine à Londres. Et rien ne semble l'arrêter, stimulé par la perspective d'une offre très étroite au premier trimestre prochain, voire après si la récolte dans la région Centre-Sud au Brésil est tardive.

Ce matin, le sucre roux coté sur le marché à terme de New York a atteint 23,90 cents la livre, son plus haut depuis juillet 2012 ; il était à 23 cents à la clôture vendredi dernier. Le sucre blanc, quant à lui, côté à Londres, était à $ 600,4 la tonne ce matin contre $ 597,20 vendredi soir.

Et rien ne devrait arrêter la flambée des cours sauf si la Réserve fédérale américaine décidait de relever ses taux d'intérêts, ce qui conduirait, sans doute, les fonds d'investissements à vendre des contrats sucre pour acheter du dollar et autres produits financiers.

La production de canne en Thaïlande sur la campagne 2016/17 s'annonce en baisse de 3,2%, a annoncé l'agence gouvernementale, en raison de la sécheresse.

La production européenne de sucre est attendue à 16,9 Mt en 2016/17, en hausse de 14% par rapport à celle, catastrophique, qui s'achève. Ainsi, la disponibilité totale en sucre blanc serait de 21,6 Mt car la faiblesse des stocks d'ouverture serait compensée par une hausse de la production et des importations estimées à 3,4 Mt contre 2,9 Mt la campagne précédente.  

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +