06 octobre 2020 - 18:32 |

Ebranlées par le défaut de paiement sur les commodités, les banques réagissent

Un groupe de douze banques mondiales[1] de financement du commerce des matières premières, avec en chef de fil DBS Group et Standard Chartered, a créé un registre du commerce numérique à Singapour (Trade Finance Registry TFR- POC) afin de réduire le risque de fraude commerciale et de renforcer la transparence. Soutenu par Enterprise Singapore (ESG) et approuvé par l'Association Banks of Singapore (ABS), le registre est développé sur un réseau blockchain. 

Ces derniers mois les banques ont considérablement réduit le financement des matières premières avec la multiplications de défaut de paiement et la perte de milliards de dollars. Plusieurs sociétés de négoce ont fait faillite ou ont été en défaut de paiement, dont le négociant Phoenix Global (Lire : Le négociant de matières premières Phoenix Global a fait faillite) mais on peut aussi signaler Agritrade International Pte Ltd ou Hin Leong. Des enquêtes sur des sociétés de négoce de matières premières ont révélé que plusieurs niveaux de financement de différents prêteurs avaient été obtenus pour la même opération.

« Dans le contexte actuel, les banques ne peuvent effectuer de telles validations qu'au sein d'une seule entité cliente ou à travers leur réseau bancaire individuel, sans aucune idée de ce que les autres banques ont financé ou ont contracté des obligations de paiement. Cette asymétrie de l'information est une lacune clé qui ne peut être comblée qu'avec un TFR qui facilite la collaboration entre les acteurs de l'industrie et les agences gouvernementales », indique un communiqué de Standard Chartered.

 

[1], ANZ, ABN AMRO, CIMB, Deutsche Bank, ICICI, Lloyds, Maybank, Natixis, OCBC, SMBC, Rabobank et UOB.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +