06 novembre 2007 - 14:58 |

Le Vietnam importera 50 000 à 100 000 t de noix de cajou d'ici fin décembre

L’Afrique est en première ligne parmi les fournisseurs convoités

(06/11/07)
Depuis l’année denrière, ce n’est plus l’Inde mais le Vietnam qui est le premier exportateur mondial de noix de cajou. Or, ce pays va mettre les bouchées doubles d’ici la fin de l’année car ses usines de transformation, qui ont une capacité de 550 000 t, n’ont pas assez de matières premières. Les producteurs locaux n’ont pu leur procurer cette année que 350 000 t. D’où la décision d’importer d’Afrique et d’Indonésie 50 000 à 100 000 t de noix brutes d’ici la fin décembre, a rapporté le 29 octobre l’agence de presse vietnamienne, ce qui portera à 250 000 t les importations cette année.
Les exportations de noix de cajou en coquille cette année devraient atteindre 135 000 à 140 000 t, soit une hausse de 6,5% par rapport à l’année dernière, selon les chiffres de l’Association vietnamienne du cajou. Rappelons qu’il faut 4,5 à 5 t de noix brutes pour faire une tonne de noix en coquille.
Pourquoi cette faiblesse de l’offre locale vietnamienne ? Tout d’abord car la capacité des usines de décortiquage a crû à un rythme bien supérieur à celui des producteurs, mais aussi parce que nombre de ces planteurs se sont tournés vers la production de caoutchouc naturel. En effet, les cours mondiaux de ce dernier ont beaucoup progressé. Rappelons que le prix du caoutchouc naturel suit de près l’évolution du prix du pétrole car son rival, le caoutchouc synthétique, est un produit dérivé du pétrole.
Traditionellement, le Vietnam achète des noix brutes au Cambodge et en Indonésie, mais aussi en Côte d’Ivoire, au Nigeria et en Afrique du Sud. Il exporte 97% de sa production dont 40% part à destination des Etats-Unis, 20% de la Chine, 20% à l’UE et le reste à la Russie, au Japon et au Proche Orient.

Pays: 
Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +