07 mars 2009 - 00:00 |

Le Rendez-Vous Matières du Jeudi

Les commodities suivent le mouvement général baissier des marchés

 

CACAO Lundi, le contrat mai à New York a atteint un plancher de 3 mois à $ 2 213 et à Londres il perdait £90 à 1 713 la tonne pour regagner du terrain mardi et mercredi avec notamment la remontée des marchés financiers et des cours du pétrole.
En Côte d’Ivoire, les arrivées aux ports on atteint 815 000 t au 1ermars, selon les estimations des exportateurs (989 754 t sur la même période l’année dernière). Les prix ont chuté fortement cette semaine en dessous FCFA 700 le kilo contre FCFA 800 fin février. Pour la récolte intermédiaire, qui démarre en avril, les pluies devraient la favoriser, les planteurs estimant qu’elle devrait être supérieure à la normale. En 2007/08, elle s’était élevée à environ 315 000 t. Néanmoins, cela devrait avoir un impact significatif sur l’offre de cacao estiment les traders et analystes.
L’International Cocoa Organization (ICCO) a revu à la hausse le 3 mars le déficit mondial prévisible pour 2008/09 à 193 000 t, ainsi que celui de 2007/08 à 88 000 t ; Du côté de la production, l’ICCO estime qu’elle devrait chuter de 5% à 3,52 millions de tonnes (3,71 Mt en 2007/08) tandis que les broyages s’abaisseraient de 2,1% à 3,68 Mt. en 2008/09.
Toujours en Côte d’Ivoire, le gouvernent a créé en date du 27 février un Comité chargé de la réforme de la filière Café-Cacao. Placé sous l’autorité du Président de la République, le comité a pour mission de proposer les axes de la nouvelle réforme. Une des réfomes clés sera de réduire les taxes aux producteurs afin qu’ils perçoivent des revenus en ligne avec les autres producteurs de cacao, une des conditions posées par la Banque mondiale pour accéder à l’allègement de la dette ivoirienne. En novembre, l’institution de Bretton Woods avait estimé que les planteurs ivoiriens recevaient environ 35 à 40% du prix sur le marché international, tandis que eux du Nigeria et du Ghana en obtenaient plus de 70%.

CAOUTCHOUC Les contrats à terme du caoutchouc ont touché un plancher de deux mois avant de réduire leurs pertes et finir en baisse de 2% le 3 mars, clôturant sur le Tocom à 130,7 yens le kilo, avec en toile de fond les problèmes de la demande liés à la dégradation de l’économie mondiale. Certains grands fabricants de pneumatiques ont cessé de s’engager à long terme avec les fournisseurs d’Asie du Sud Est à cause de la chute de la demande d’automobiles. L’International Rubber Group estime que la consommation mondiale de caoutchouc reculerait de 6,4 % cette année à 20,73 millions de tonnes, soit au-delà de son estimation initiale de baisse de 5 pour cent.
Sur le marché physique d’Asie, le début du ralentissement de la production de latex avec l’arrivée de la saison sèche de l’hivernage limite la baisse des prix.
Les cours du caoutchouc pourraient atteindre 150 yens le kilo en mars, soutenus par la chute de l’offre dans la majorité des pays producteurs avec la saison sèche mais les difficultés de l’industrie automobile pourraient limiter les gains, estiment un pool d’analystes et de négociants interrogés par l’agence Reuters.

COTON Le coton n’a pas été épargné de la forte chute des marchés lundi, le contrat mai cédant 1,77 cents à 41,79 cents, un plus bas de 3,5 mois. Dans son dernier rapport , l’International Cotton Advisory (ICAC) estime que les superficie en coton baisseront de 3% en 2009/10 à 30,1 millions d’hectares. La production déclinera aussi passant de 23,5 Mt en 2009/10 contre 23,7 Mt en 2008/09 tandis que la demande demeurerait inchangée à 23,9 Mt.

HUILE DE PALME Les prix de l’huile de palme ont progressé de 2,53% mercredi en ligne avec le l’huile de soja supportés par la perspective de d’une forte chute des stocks en février. En effet, les stocks en Malaisie devraient chuter de 8,6% à 1,67 million de tonnes, leur plus bas niveau depuis 16 mois. En outre, le manque de pluie en Argentine devrait réduire la production de 2008/09 de soja d’environ 10%.

RIZ Le Thaï 100% B a chuté de 1,6% le 4 mars face à une faible demande mais il a reçu le support du schéma d’intervention qui a expiré fin février. Un nouveau schéma de subvention devrait être mis en place la semaine prochaine en Thaïlande. «Le gouvernement serait d’accord pour payer 12 000 bahts la tonne, soit le même prix que dans le précédent schéma, auquel les paysans ont adhéré» selon une personne du ministère du Commerce. Un prix jugé trop élevé par les exportateurs fac notamment au prix plus compétitif du riz vietnamien.
Dans son rapport de février sur « Le suivie du marché du riz », la FAO souligne que la récolte 2008 de riz, qui touche à sa fin, est exceptionnelle avec des résultats supérieurs aux prévisions et pourrait donc engendrer une baisse des prix à la consommation. Une appréciation qu’elle nuance avec le ralentissement de l’économie mondiale qui pourrait toucher les plus pauvres.
La FAO prévoit actuellement que la production mondiale de riz de la campagne 2008 s’établira à 683 millions de tonnes (Mt), soit 3,5 de plus qu’en 2007 et le taux de croissance le plus élevé des trois dernières années. Cette hausse s’explique par un accroissement de 2,2 des superficies cultivées, les agriculteurs et les gouvernements ayant réagi à la flambée des prix. La récolte mondiale de riz de 2008 s’achève vers le mois de mai dans les pays asiatiques de l’hémisphère nord.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +