07 mars 2018 - 11:30 |

Le groupe Rougier, spécialisé dans les bois tropicaux d’Afrique centrale, en dépôt de bilan

Le groupe Rougier, présent depuis plus de 90 dans les bois tropicaux d’Afrique centrale sur toute la chaîne de valeur (exploitation, transformation industrielle, négoce et distribution), a déposé vendredi dernier le bilan auprès du Tribunal de Commerce de Poitiers. «L’engorgement chronique du port conventionnel de Douala perturbe profondément le fonctionnement des filiales camerounaise, congolaise et centrafricaine, qui rencontrent de ce fait des difficultés opérationnelles depuis plusieurs mois. De plus, la récente congestion du terminal à containers a conduit son operateur à en limiter l’accès, puis temporairement le fermer. Cette situation très défavorable provoque des tensions de trésorerie persistantes, accentuées par le retard des remboursements des crédits de TVA des filiales opérationnelles» avertissait dès le 14 février le groupe Rougier dans un communiqué de presse en annonçant un chiffre d’affaires en baisse de 7,5% en 2017. Le groupe a alors rappelé Francis Rougier, petit-fils du fondateur Alexandre Rougier, à la direction générale du groupe. Quelques jours après, le 27 février, la cotation de l’entreprise était suspendue jusqu’à nouvel ordre sur l’ Euronex Growth Paris.

L’exploitation de zones forestières de plus en plus éloignées des ports d’évacuation, notamment au Congo Brazzaville et en République centrafricaine, conjuguée aux exigences de la certification mais aussi des Etats rendent la société très vulnérable.  Si les conditions de transport pour évacuer le bois et donc générer des recettes ne sont pas assurées, la société perd de l'argent. Or, tant au niveau des routes, que du chemin de fer que des ports, les goulots d’étranglement nombreux ont pesé sur la trésorerie, souligne un spécialiste du secteur. Des difficultés de transport qui se sont surement accrues avec la crise économique consécutive à la baisse des cours du pétrole de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac).

Le dossier du groupe Rougier sera examiné vendredi 9 mars par le Tribunal de commerce de Poitiers qui décidera de sa liquidation ou de sa mise en redressement judiciaire.

Le groupe français Rougier emploie 3 000 personnes dont 97 % en Afrique. Il gère de manière durable 2,3 millions d’hectares de concessions forestières au cœur de l’Afrique Centrale au Gabon, Cameroun, Congo et RCA et détient 7 sites industriels, dont 6 scieries et 1 usine de contreplaqué.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +