07 juin 2019 - 16:07 |

Au Kenya, les dés OGM sont lancés

Le dossier des OGM est en haut de la pile du monde de la recherche agricole au Kenya et, nécessairement, de la politique. L'introduction prochaine en culture du coton Bt devrait se faire d'un moment à l'autre. Actuellement, des essais de performance sont conduits dans sept régions du pays. Par ailleurs, des essais sur le maïs Bt démarreraient prochainement. De façon générale, au plan politique, on réfléchit à lever l'interdiction faite à l'importation de produits OGM, interdiction qui est en vigueur depuis 2012.

Ce sont les changements climatiques et leurs incidences sur les maladies et ravageurs qui ont hissé les OGM au rang des priorités nationales. Mais un certain nombre de groupes font pression sur le gouvernement pour qu'il étudie d'autres alternatives, comme l'agro-écologie et l'agriculture bio. Rappelons que l'agro-écologie est une façon de concevoir des systèmes de production qui s'appuient sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes.

Pour l'heure, si la consommation de produits bio augmente au Kenya, l'essentiel de la production est destinée à l'exportation, a souligné Emmanuel Atamba, ambassadeur de Route to Food Initiative lors d'une récente réunion autour des OGM à Nairobi. Il a rappelé que l'insécurité alimentaire n'est pas une question de volumes de production mais d'accessibilité du consommateur donc de pouvoir d'achat et d'accessibilité géographique. Et les OGM ne résoudront pas ces problèmes là, a-t-il souligné. D'autre part, les OGM rendent l'agriculture dépendante de fournisseurs étrangers, notamment de multinationales,  fragilisant la souveraineté alimentaire.

Face à cette levée de boucliers, le directeur des services techniques à la National Biosafety Authority (NBA) au Kenya, Theophilus Mutui, s'est voulu rassurant : l'institution travaille à ce que l'environnement soit protégé lorsque le Kenya adoptera en définitive les OGM. Les dés OGM semblent donc, bel et bien, lancés…

Filières: 
Secteurs: 

Commentaires

Mais qui donc est à la manœuvre derrière ces offensives pour le développement des OGM en Afrique ? Qui peut vraiment croire que les OGM vont résoudre les problèmes de sécurité alimentaire en Afrique ? Des apprentis sorciers vendent des solutions miracles et les politiques préfèrent les croire et les suivre plutôt que de remettre en cause les politiques d'appuis aux agriculteurs. Bien évidemment il vaut mille fois mieux travailler à la restauration/maintien de la fertilité et de la vie des sols, de repenser le rôle de l'arbre et aussi de revenir à des exploitations agricoles diversifiées. Autre point, le gouvernement kényan a-t’il bien pesé les conséquences de l'introduction de Maïs OGM ? Une fois que ces variétés auront été diffusées en milieu paysans il ne pourra vraisemblablement plus tracer le maïs conventionnel du maïs OGM et se fermera d'éventuel marché à l'export vers des pays qui n'accepteront pas les OGM et notamment l’Europe où les consommateurs ont encore bien du mal à les accepter.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +