07 octobre 2019 - 14:47 |

Coup d'envoi du nouveau programme FAO 2019-2023 pour l'agriculture au Sénégal

Jeudi, la FAO et le ministère de l’Economie, du Plan et de la coopération ont lancé officiellement le Cadre de Programmation par Pays (CPP) pour le Sénégal pour la période 2019-2023, d'un coût estimé à FCFA 29 milliards (€ 44,2 millions). Selon lequotidien.sn, FCFA 18 milliards resteraient encore à trouver.

Rappelons que le CPP est structuré autour de trois domaines prioritaires: la promotion "d’un secteur agro-sylvo-pastoral, halieutique et aquacole durable, diversifié, compétitif, inclusif et porteur de croissance"; "l'amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition et le renforcement de la résilience des populations vulnérables"; "la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles".

Ces domaines sont articulés autour des priorités de l’Agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable (ODD), du Plan Sénégal Émergent (PSE), du Plan-cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement (PNUAD) 2019 - 2023 et des Initiatives Régionales (RI) de la FAO.

Le CPP va régir l’ensemble des interventions de la FAO au Sénégal au cours des 5 prochaines années. La FAO prévoit de concentrer ses efforts dans la promotion de modèles de microentreprises communautaires à base de produits forestiers non ligneux (PFNL), la préservation et la restauration des terres dégradées, la promotion de réserves pastorales communautaires dont la vente de produits fourragers, la restauration des écosystèmes aquatiques, l'institutionnalisation et l'intégration des pratiques agro-écologiques, la mise à l'échelle des bonnes pratiques agro-écologiques, en lien avec les champs-écoles de producteurs et agropastoraux (CEP/CEAP).

$ 360 à $ 420 millions des bailleurs tous les ans

Une occasion pour rappeler les flux financer de la communauté internationale vers le Sénégal : entre 1999 et 2003, il s'agit de $ 360 à $ 420 millions en moyenne par an, soit environ 8,3% du PIB, selon les données  du PNUD. S'agissant de l'agriculture, les dix principaux partenaires financiers du Sénégal durant la période 2006-2012 dans les secteurs qui relèvent du Cadre Stratégique de la FAO sont, par ordre d’importance, les Etats Unis, la Banque Mondiale (IDA), la France, le Canada, le Japon, les Pays Bas, l’Espagne, l’Italie, la Belgique, le Fond international pour le développement agricole (FIDA).

Depuis 1995, l'aide de la FAO s'inscrit dans le cadre du Programme spécial pour la sécurité alimentaire (PSSA). Sur la période 1995-2006, le projet a couvert 451 villages dans les 11 régions du Sénégal avec plus de 750 activités productives et 95 sites urbains pour les micro- jardins (fruit de la coopération colombienne), précise le communiqué. Plus de 100 cadres, près de 900 facilitateurs et près de 10 000 producteurs ont reçu une formation théorique. Il faut noter la formation d’une soixantaine d’artisans en silos métalliques (fruit de la coopération bolivienne). Le Programme devrait être étendu aux 14 102 villages-centres du pays et 1 050 sites urbains soit au total 15 152 sites. En outre, la FAO a assisté le gouvernement dans l’élaboration du Programme national d’appui à la sécurité alimentaire (PNASA).

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +