07 novembre 2011 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Des marchés toujours agités par la zone euro


(04/111/2011)

CACAO A l’instar de tous les marchés, le cacao a été baissier cette semaine. Les broyages mondiaux devraient ralentir en 2011/12 tout en gardant un trend positif et ce en dépit de la hausse constatée au troisième trimestre 2011, estime l’Organisation internationale du cacao (ICCO). Les broyages devraient retrouver la croissance moyenne de long terme, soit environ 3% contre environ 4% en 2010/11. ”Nous ne croyons pas qu’il y ait incitation suffisante pour la demande d’augmenter à ce rythme dans la prochaine saison, la situation économique n’est pas très bonne et c’est le principal facteur des broyages » a estimé Laurent Pipitone, statisticien de l’ICCO.
Les achats du Cocobod au Ghana ont progressé de 70% à 151 976 tonnes dans la première semaine de la campagne 2011/12 par rapport à la même période en 2010/11. Une situation pas surprenante car les producteurs et les acheteurs ont stocké leurs fèves de la fin de la saison précédente dans l’espoir d’une hausse du prix au producteur. Kwabena Asante Poku du Cocobod estime que les volumes vont maintenant chuter fortement avant d’augmenter fin novembre jusqu’au début janvier.
Les exportations de cacao au Cameroun ont progressé à 27 636 tonnes en septembre contre 9 777 tonnes en août et 24 593 tonnes en septembre 2010. Micahel Ndoping, directeur du National Cocoa and Coffee Board (NCCB) estime qu’il est encore trop tôt pour donner estimer le montant de la production pour 2011/12. De son côté, la Cocoa Development Authority (Sodecao) estime qu’elle pourrait grimper à 250 000 tonnes. En 2010/11, la production s’est élevée à 240 000 tonnes contre 210 000 tonnes en 2008/09.
Les exportations de fèves de cacao de l’Indonésie de l’île de Sulawesi, principale zone de production en Indonésie, ont plongé en octobre pour le huitième mois consécutif. Le troisième producteur mondial a exporté 6 877, 80 tonnes de cacao le mois dernier, contre 33 897, 86 tonnes à la même période l’année dernière. Et les analystes s’accordent pour estimer que la tendance ne devrait pas s’améliorer alors que le pays entre dans la saison des pluies.

CAFE Rien de bien nouveau en ce qui concerne les nouvelles purement café, les origines sont absentes, les acheteurs timides, avec une bonne couverture jusqu’à la fin de l’année. L’activité reste concentrée sur le hand to mouth souligne un courtier.
Le bilan de la commercialisation du café au Kenya pour la campagne 2010/11 (octobre-septembre) , réalisé par le Nairobi Coffee Exchange (NCE), montre que les ventes aux enchères ont rapporté $221,7 millions, contre $ 171,35 millions en 2009/10. Avec 33 680 tonnes vendues, les volumes sont en baisse (36 197 tonnes en 2009/10) mais le prix moyen s’apprécie à $329,12 pour un sac de 50 kilos contre $236,69 en 2009/10. Durant cette campagne le prix du café grade AA a atteint un record de $ 1022 le sac.
Les exportations de café en Ouganda ont progressé de 14,5% à 215 315 sacs de 60 kilos contre 188 012 sacs en octobre 2010. Ouganda devrait exporter 3 millions de sacs de café en 2011/12, contre 3,15 millions de sacs livrés en 2010/2011.

CAOUTCHOUC Les cours du caoutchouc ont, comme les autres matières premières, fluctué cette semaine en fonction des soubresauts de la Grèce pour finir la semaine sous une note positive. Selon un pool d’analystes de Reuters, les cours à terme du caoutchouc devraient s’affaiblir en novembre en raison de la persistance de la crise en Europe et des perspectives de l’économie mondiale mais une chute saisonnière de la production pourrait apporter un soutien. Le contrat d’avril 2012 pourrait se situer à la fin novembre à 290 yens le kilo, soit 5,8% de moins que fin octobre (307,9 yens). Sur le marché physique, le pool estime que le RSS3 sera à $3,95 le kilo à la fin novembre et $4 à la fin de l’année. Il se situait à $4 fin octobre, mais a chuté à $3,80.
Des inquiétudes au sujet d’éventuelles défaillances de la Chine ont refait surface après que plusieurs expéditions ont été reportées en raison de stocks élevés dans la région de Qingdao . ”Si les stocks restent élevés et les prix du caoutchouc continuent de baisser, des retards peuvent se transformer en défaut”, a estimé un négociant situé à Xiamen en Chine. La Chine a importé environ 1,44 million de tonnes en hausse de 7,72 %cent par rapport à la même période en 2010. Pour l’instant les Chinois cherchent à renégocier leur contrat.

COTON Les cours du coton se sont contractés cette semaine fluctuant au gré des annonces sur la zone euro. Les ventes hebdomadaires des Etats-Unis à 96 600 balles sont aussi très faibles cette semaine. Autre facteur inquiétant, des annulations de commandes toujours élevées. Seul soutien au marché, les achats de la Chine dans le cadre de ses réserves stratégiques.
La grave sécheresse qui sévit dans le sud des États-Unis entravera la production nationale du coton en 2011/12, mais la production mondiale devrait augmenter, de 8%, soit sont plus niveau de puis 2004/05, selon l’ICAC. La production mondiale sera principalement tirée par la Chine et l’Inde, avec des augmentations attendues aussi au Pakistan, en Australie, dans certaines régions d’Afrique et en Turquie. Mais le ralentissement prévu de la croissance économique mondiale va freiner la demande de coton et la consommation pourrait être stagnante en 2011/12 indique l’ICAC L’organisation anticipe un commerce mondial de 7,8 millions de tonnes avec des exportations américaines en baisse de 23 mais largement compensées par des niveaux records attendus en Australie et au Brésil.

HUILE DE PALME Les cours de l’huile de palme sur la Bursa Malaysia Derivatives Exchange se sont hissés vendredi à un plus haut de 7 semaines à 3 013 ringgits ($959) la tonne. La perspective d’un ralentissement de la production de novembre à janvier donne une impulsion positive au marché. Tendance qui pourrait être renforcée par le phénomène de La Nina qui apporterait de pluies supplémentaires pendant la mousson.

RIZ La perspective d’une baisse de l’offre en raison de graves inondations en Thaïlande, premier exportateur mondial de riz, a soutenu les prix du riz asiatique cette semaine et ce en dépit de la faiblesse du nombre d’acheteurs, à l’exception des Indiens. Le Thaï 100%B était offert à $630 la tonne, inchangé par rapport à la semaine dernière. Les inondations, qui perturbent fortement les transports et retardent les livraisons, pourraient avoir endommagées jusqu’à 6 millions de tonnes (Mt) de paddy sur une récolte principale estimée à 25 Mt . Les prix au Vietnam, les prix se sont maintenus aussi au même niveau, riz Viet 5% à $575 et riz Viet 25% à $545, avec peu d’échanges. Les acheteurs se tourneraient vers l’Inde dont les prix se situent entre $460 et 470 la tonne.

THÉ Le prix moyen pour la meilleure qualité du thé kenyan a légèrement reculé à $2,92 le kilo cette semaine les ventes aux enchères contre $2,99 la semaine précédente. La demande est bonne mais irrégulière souligne Africa Tea Brokers (ATB). Au Bangladesh après 7 semaines de chute les prix se sont stabilisés à 142,76 takas ($1,9) le kilo avec l’amélioration de la demande, en particulier le retour des Pakistanais, longtemps absents. Les exportations de thé ont chuté à $3,20 millions sur l’exercice clos en juin contre $5,65 millions l’année précédente en raison principalement d’une hausse e la demande intérieure.
Les recettes d’exportation du thé au Burundi ont progressé de 5% en septembre à $1,55 millions (contre $1,48 en septembre 2010) pour un volume de 549,374 kilos (566,138 kilos). “La production au Kenya a chuté de façon significative au cours des huit derniers mois, et cela a eu un impact positif sur le marché et fait grimper les prix du thé du Burundi”, a déclaré Joseph Marc Ndahigeze, de l’Office du thé burundais (OTB). Le prix moyen d’exportation a grimpé à $2,82 le kilo contre $ 2,62 en septembre 2010. Sur les neuf premiers mois de l’année, les recettes s’élèvent à $ 18,5 millions. La production de thé en 2011 est projettée à 9 000 tonnes contre 8 016 tonnes réalisées en 2010.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +