07 décembre 2007 - 12:50 |

L'Afrique du Sud n'utilisera pas son maïs pour fabriquer de l'éthanol

La crainte de voir les prix de l’alimentaire flamber incite à réviser les stratégies énergétiques

(07/12/07)

Le gouvernement sud-africain a revu à la baisse, mardi 6 décembre, ses objectifs de production de biocarburants, parce qu’il ne veut plus utiliser le maïs dans la première phase de production qui doit commencer l’an prochain, selon l’AFP. Cette non utilisation du maïs sera remplacée par celle du soja, du tournesol, du colza, ainsi que par du sucre de canne et de la betterave sucrière pour la production d’éthanol. Mais ceci ne suffira pas et donc le gouvernement a révisé ses objectifs : les biocarburants ne représenteront pas les 4,5% de sa production d’essence d’ici à 2013 comme initialement annoncé, mais 2% seulement.
Nous avons révisé notre objectif (...) largement à cause des inquiétudes sur la sécurité alimentaire, des peurs sur la hausse des prix et parce que le maïs est un aliment de base pour la majorité des pauvres du pays”, a déclaré la ministre de l’Energie et des Minéraux, Buyelwa Sonjica, lors de la présentation du projet à la presse.
L’Afrique du Sud répond à 36% de la demande intérieure en carburant en produisant de l’essence de synthèse à partir de charbon et de gaz naturel. Le reste provient du raffinage de pétrole brut importé.
La production de biocarburants, que certains considèrent comme un progrès pour l’environnement, est perçue par d’autres comme une menace pour la sécurité alimentaire des plus pauvres.En raison des prix d’achat, les agriculteurs peuvent être tentés de produire des céréales destinés aux biocarburants plutôt qu’à l’alimentation. De plus, le développement des biocarburants exerce une pression inflationniste sur le prix des céréales et donc des aliments de base.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +