08 août 2013 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Le cacao s’emballe

(08/08/2013)

Cacao. Le climat très sec en Afrique de l’Ouest faisant craindre pour la nouvelle récolte qui va démarrer en septembre-octobre, des estimations à la hausse des volumes de vente par anticipation du cacao en Côte d’Ivoire (1 million de tonnes à fin juillet), auxquels se sont ajoutées des rumeurs d’arrivages moins élevés aux ports ivoiriens, ont provoqué une hausse de 5% des cours de la fève sur le marché à terme de Londres depuis le début de la semaine. Dans la matinée, ils ont encore pris £ 5 la tonne à £ 1 635 à Londres sur l’échéance décembre, après avoir atteint un pic de £ 1 639, leur plus haut depuis septembre 2012.
En Côte d’Ivoire, les achats cumulés depuis octobre dernier jusqu’au 4 août s’élèvent à 1 392 000 t contre 1 315 000 t sur la même période la campagne dernière, selon les estimations des exportateurs.
Les achats du Cocobod au Ghana ont atteint 41 465 t au 25 juillet et ce depuis le début de la campagne intermédiaire, début juillet, soit 54% de plus que sur la même période (3 semaines) l’année dernière. Le Cocobod estime acheter environ 90 000 t sur l’ensemble de cette campagne intermédiaire qui s‘achèvera fin septembre, l’ensemble des achats sur la campagne 2012/13 devant être de l’ordre de 850 000 t.
A noter que Cargill a annoncé aujourd’hui que ses revenus nets avaient été multipliés par 6 durant le quatrième trimestre de son exercice, avec une performance particulièrement forte dans son secteur cacao. A cette occasion, la multinationale a refusé de commenter sur sa volonté ou non de reprendre les activités cacao d’ADM, cette dernière ayant déclaré en juin vouloir s’en séparer. De son côté, Mondelez a enregistré des revenus plus élevés qu’attendus.
La filiale de Mondelez, Cadbury India, a annoncé hier investir quelque € 150 millions dans une unité de chocolaterie dans le sud de l’Inde ; ce sera sa plus importante d’Asie.

CAFE. L’Arabica demeure morose, Septembre terminant sur le marché à terme de New York à $ 1,2115 la livre, soit proche des plus bas en 4 ans touchés la semaine dernière lorsqu’il cotait $ 1,1535. Pourtant, il a reçu un coup de pouce hier après que les autorités brésiliennes aient décidé de mesures pour soutenir les prix aux planteurs afin de résorber un trop-plein de l’offre, soit l’achat de 3 millions de sacs de 60 kilos (Ms) à 343 réais (€ 111) le sac. A noter que les stocks certifiés aux Etats-Unis seulement s’élèvent à 2,7 Ms, ce qui relativise tout.
Les Robusta, quant à eux, sont demeurés fermes, cotant à la mi-séance à Londres $ 1 898 la tonne.
A noter que Nestlé, le plus important groupe agroalimentaire au monde, n’a pas atteint ses objectifs de ventes sur le premier semestre et a abaissé aujourd’hui ses objectifs sur l’ensemble de 2013 (voir nos informations).
Au niveau mondial, la production 2012/13 est attendue en hausse de 7,7% par rapport à la précédente, à 144,5 Ms, a annoncé hier l’Organisation internationale du café (OIC). En 2012, la consommation est estimée à 142 Ms, soit une croissance annuelle moyenne sur ces 4 dernières années de l’ordre de 2,4%.
En Russie, les importations de café ont augmenté, atteignant 62 200 t sur les 6 premiers mois de l’année contre 52 400 t sur la même période en 2012.

CAOUTCHOUC. Sur le marché à terme de Tokyo, le caoutchouc naturel a touché hier son plus haut niveau de prix en près de deux semaines et ce malgré un yen plus fort et une faible activité sur le marché du caoutchouc. La hausse des prix est liée à la publication des statistiques commerciales chinoises qui font état d’exportations en juillet en hausse de 5,1% par rapport à juillet 2012.

SUCRE. Le sucre roux s’est également inscrit en hausse aujourd’hui, atteignant 16,80 cents la livre à la mi-journée. Une belle reprise après avoir touché son plus bas en trois ans, à 15,93 cents, le 16 juillet. Le sucre blanc n’a pas été en reste, grimpant à $ 495,40 la tonne. Les incertitudes demeurent quant à l’impact des gelées au Brésil. Selon l’analyste Plinio Nastari, président de Datagro, les gelées auraient endommagées 65 Mt, soit 18% de la production non encore récoltée de la région la plus au sud des zones productrices brésiliennes.
A noter que sur les 6 premiers mois de l’année, les importations russes de sucre roux ont baissé à 350 300 t contre 414 900 t sur la même période en 2012, selon les données portuaires.

THE. Le prix moyen des thés aux ventes aux enchères mardi à Mombasa, au Kenya, a baissé à $3,58 le kilo contre $ 3,88 la semaine dernière. Les Best BP1 se sont vendus à $ 3,12-4,04 contre $ 3,70-4,06 le kilo et les Brighter Pekoe Fanning Ones (PF1s) à $2,53-$3,06 contre $2,54-$3,09. Les acheteurs du Pakistan ont été les plus actifs mais la demande d’opérateurs égyptiens s’est renforcée. Au total, 124 032 paquets ont été offerts à la vente et 15,3% sont demeurés invendus contre 22,5% la semaine dernière sur un total offert de 134 346 paquets.
Les importations de thé en Russie ont légèrement progressé sur les 6 premiers mois de l’année, à 84 600 t contre 82 600 t sur la même période en 2012.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +