08 septembre 2022 - 16:24 |

L'agriculture en Afrique plus impactée que d'autres par la pollution croissante

Pomper de l'ozone gazeux à diverses concentrations dans les serres où poussent les cultures vivrières africaines ?  C’est ce que fait le Centre britannique d'écologie et d'hydrologie (UKCEH) qui étudie comment la pollution croissante à l'ozone pourrait avoir un impact sur les rendements des cultures - et la sécurité alimentaire des agriculteurs de subsistance.

Les scientifiques sont particulièrement inquiets pour l'Afrique, qui verra un trafic croissant de véhicules et de déchets brûlés alors que la population devrait doubler d'ici le milieu du siècle. Cela signifie plus de pollution par l'ozone, un défi majeur pour les petits exploitants agricoles qui représentent 60 % de la population en Afrique subsaharienne.L'ozone, un gaz formé lorsque la lumière du soleil et la chaleur interagissent avec les émissions de combustibles fossiles, peut entraîner des pertes substantielles pour les agriculteurs. Les cultures vieillissent prématurément, avant qu'elles n'atteignent leur plein potentiel de production, diminuant le process de photosynthèse. Le stress d'ozone réduit également les défenses des plantes contre les ravageurs.

Selon les études de l’UKCEH, la pollution par l'ozone pourrait réduire les rendements subsahariens de blé jusqu'à 13 %. Pour les haricots secs, les pertes de rendement pourraient atteindre 21 % dans certaines régions, selon la même étude publiée dans Environmental Science and Pollution Research. Dans un article paru en janvier dans Nature Food, les chercheurs ont identifié $ 63 milliards de pertes annuelles de blé, de riz et de maïs au cours de la dernière décennie en Asie de l'Est, rapporte Reuters. Le mil sub-saharien semblerait plus tolérant à l'ozone.

En début d’année, le Centre for Agriculture and Bioscience International (CABI), ONG basée au Royaume-Uni, a installé un équipement de surveillance de l'ozone autour des champs de cacao et de maïs au Ghana, en Zambie et au Kenya. Mais la plupart des pays africains ne disposent pas de moniteurs de pollution atmosphérique fiables ou cohérents, selon un rapport de l'Unicef de 2019. Parmi ceux qui le font, peu mesurent l'ozone.La situation en Afrique s’aggraverait contrairement au reste du monde

Alors que les réglementations sur la qualité de l'air ont contribué à réduire les niveaux d'ozone aux États-Unis et en Europe, la tendance devrait augmenter dans la direction opposée pour l'Afrique à croissance rapide et certaines parties de l'Asie, indique Reuters à partir du rapport.

Le changement climatique pourrait aussi accélérer les choses. Dans les régions d'Afrique où les émissions de combustibles fossiles sont élevées et où les forêts ou les prairies brûlent fréquemment, de nouvelles recherches suggèrent que des températures plus chaudes pourraient aggraver le problème car elles peuvent accélérer les réactions chimiques qui créent de l'ozone.

Si la recherche a montré que le blé nord-américain est généralement moins impacté par l'ozone que ses homologues européens et asiatiques, il y a eu moins d'études sur les versions africaines des mêmes cultures qui, au fil des décennies de culture, ont été rendues plus adaptées à ces environnements.

Parmi les solutions, l'UKCEH recommande de moins arroser les jours où l'ozone est élevé car l'arrosage peut laisser les pores des feuilles grands ouverts, ce qui oblige les plantes à absorber encore plus d'ozone.

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +