08 novembre 2018 - 14:27 |

En Afrique de l'Ouest, la récolte du sésame démarre bien

En Afrique de l'Ouest, la récolte du sésame démarre. Les prix bord-champs oscillent dans une fourchette allant de FCFA 200 (au Mali) à FCFA 450 au Burkina Faso pour un kilo, rapporte le spécialiste n'kalo dans son bulletin d'information hebdomadaire.

Au Burkina Faso, la plupart des producteurs fauche et sèche, avec de petites quantités qui commencent à être mises en vente. Les superficies sont en hausse sur l'année dernière, au détriment du coton. Au Sénégal, la commercialisation ne fait que démarrer avec, là encore, les opérations de récolte et de séchage un peu partout dans les zones de production.  "Les organisations de producteurs attendent toujours les fonds de commercialisation pour démarrer leur campagne. Les grandes structures commerciales sont en train de préparer leur réseau de collecte pour commencer leur campagne", précise n'kalo.

Au Mali, les récoltes sont en cours et la commercialisation ne fait que démarrer, les commerçants étant toujours en négociation avec les banques. En Côte d'Ivoire, les producteurs s'attendent à une meilleure récolte que l'année dernière. Les pluies cessent et on commence seulement à faucher et sécher. En Guinée, les "petits échanges ruraux" démarrent, l'activité principale étant encore le battage ; les commerçants sont en négociation avec leurs clients étrangers.

Selon le spécialiste François Griffon cité dans le bulletin de n'kalo, les prix sont à la hausse en ce début de campagne mais les bonnes perspectives de production pourraient peser sur la tendance "à partir de mi-décembre avec la fin des récoltes dans les pays producteurs africains, la bonne disponibilité du sésame au niveau local et les tous premiers arrivages au niveau des pays importateurs."

 "Pour le moment, en Afrique de l’Ouest, les tous premiers prix bord-champ sont très en deçà des prix bord-champ que l’on pourrait espérer au regard des cotations FOB actuelles", selon les spécialistes.

Pays: 
Filières: 
Secteurs: 

Commentaires

le problème se situe bien sur sur le prix a l'agriculteur, mais en augmentant de beaucoup les rendements l'agriculteur serait en mesure se travailler sur de plus petites surfaces, lui permettant de faire d'autres cultures mais surtout d’engranger plus de revenus sur une meme unité de terrain.

C'est excellente nouvelle, souhaitant que la commercialisation se face bien au bonheur des agriculteurs

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +