09 janvier 2019 - 16:45 |

Après le cajou, la Tanzanie interdit l’exportation du café non transformé

La Tanzanie poursuit sa politique de valorisation des matières premières agricoles locales en décidant d’interdire l’exportation de café non transformé. Une décision annoncée par le Premier ministre Kassim Majaliwa à Ruvuna. « Aucun café ne sera autorisé à être exporté sans transformation. Nous voulons ajouter de la valeur à nos produits locaux afin d’obtenir plus de revenus grâce à nos produits » a-t-il déclaré.

Une décision qui n’est pas sans rappeler celle prise l’année dernière pour la noix de cajou et qui a mis le marché international de l’anacarde sous tension (voir Cajou, la Tanzanie sauvera-t-elle le marché de la baisse des prix ?). Toutefois, cette décision ne devrait pas avoir un impact significatif, une grande partie de la production tanzanienne de café, troisième culture d’exportation du pays, étant pour une large part déjà transformée par l’industrie. Le président de l'Union du café de Kagera, Onesmo Niyegila, a, en effet, estimé que le café de sa région du nord-ouest, une des principales régions productrices, était déjà en grande partie transformé avant l'exportation. En outre, le ministre de l’Agriculture, Japhet Hasunga, a déclaré que le café devrait être traité à un niveau correspondant à celui de cerises propres avant d'être exporté et pas nécessairement jusqu’ au produit final prêt à être consommé.

Le Premier ministre a également demandé aux directions des Sociétés coopératives agricoles et de commercialisation (AMCOS) de rembourser les dettes contractées par les coopératives, soulignant que le gouvernement n'avait pas l'intention de prendre en charge de telles dettes. «Les dirigeants doivent maintenant comprendre que si les fonds sont mal gérés, des mesures sévères seront prises à leur encontre», a-t-il déclaré en exhortant les dirigeants de l’AMCOS à veiller à ce que tous les agriculteurs soient enregistrés, y compris leur ferme, leur emplacement et leur taille.

Conformément à la décision prise au début janvier 2018, les exportateurs ne pourront plus acheter directement le café auprès des agriculteurs mais devront passer par les ventes aux enchères et ce afin d’accroître la transparence. Ainsi, le Premier ministre a précisé que les ventes aux enchères se dérouleront dans les trois principales zones de production, à savoir la zone de Moshi (régions de Kilimanjaro, Arusha, Tanga et Manyara), la zone de Kagera (régions de Kigoma, Geita, Kagera et Mara) et celle de Songwe (régions de Rukwa, Mbeya, Iringa, Katavi et Ruvuma). « Chaque zone de café en croissance sélectionnera des endroits spécifiques où elle vendra ses cafés, y compris le café produit à Mbinga », a-t-il déclaré.

Le Tanzania Coffee Board (TCB) prévoit que la production de café devrait atteindre 60 000 tonnes en 2018/2019, contre 41 679 tonnes en 2017/2018. Le TCB met actuellement en œuvre un programme visant à augmenter la production de café à 100 000 tonnes d'ici 2021.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +