09 février 2015 - 00:00 |

Danone et Mars au cluster agroalimentaire de la toute nouvelle Fondation AfricaFrance

Au Forum franco-africain pour une croissance partagée, qui a réuni vendredi 6 février plus de 700 participants au ministère français des Finances, le célèbre économiste franco-béninois Lionel Zinsou a lancé la Fondation franco-africaine pour la croissance.

Devant les chefs d’Etat sénégalais, gabonais, ivoirien et français, la ministre des Finances du Nigeria, instigatrice de la création de la Fondation un an auparavant, une trentaine de ministres représentant près de 20 pays africains, 250 entreprises africaines et 200 entreprises françaises, Lionel Zinsou a expliqué que “AfricaFrance” entendait “rassembler toutes les énergies”, que ce soit les Etats mais aussi toutes ”les forces vives qui peuvent être mobilisées”.

Car l’Afrique a, bien entendu, des défis mais aussi des caractéristiques propres majeures. Ainsi, la population urbaine représente 500 millions d’habitants aujourd’hui en Afrique et dans 20 ans, ce chiffre passera à 1,5 milliard. Comme partout ailleurs, a-t-il souligné, l’exode rural remplit les villes africaines. Mais ”en Afrique, la croissance démographique est si forte que l’exode urbain ne vide pas les campagnes.” On comptera 600 millions d’habitants dans les campagnes dans 20 ans contre 200 millions il y a 55 ans, au moment de la décolonisation, a précisé Lionel Zinsou, par ailleurs président du Fonds d’investissement PAI Partners.

C’est pourquoi parmi les 10 “clubs sectoriels de filières” créés au sein de la Fondation, l’un est dédié à l’agroalimentaire. Il serait en cours de constitution avec Marion Guillou, présidente d’Agreenium, le groupe Sofiprotéol et le président du Pan African Agribusiness and Agroindustry Consortium.

Dans l’agriculture et ses chaînes de valeurs, première industrie manufacturière en Afrique”, a précisé Lionel Zinsou au Forum, ”des entreprises de toute la chaîne vont travailler ensemble”. Les multinationales Danone et Mars ont d’ores et déjà créé un Fonds pour financer l’agriculture familiale africaine (voir notre vidéo ci-contre). Pour démarrer € 120 millions ont été mis sur la table par les deux multinationales, cet apport devant en attirer d’autres. “On n’a jamais investi dans l’agriculture familiale africaine à ces niveaux là”, a précisé le président d’AfricaFrance.

Aux côtés des clubs sectoriels ou encore “clusters” –rebaptisés “grappes” lors du Forum, la Fondation développe trois programmes : la formation de jeunes africains au leadership ; la labellisation et la mise à niveau de centres de formation en Afrique ; le rapprochement de “Young Leaders” africains et français.

Pays: 
Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +