09 juillet 2013 - 00:00 |

Une réforme très chocolatée

Lors de visite du président ivoirien dans la région des savanes du 2 au 8 juillet, Alasane Ouatara a annoncé à Korthogo que les producteurs percevront désormais 60% du prix international du coton. A l’instar de la réforme de la filière cacao de janvier 2012, les producteurs sont au cœur de la réforme avec la volonté qu’ils tirent un meilleur revenu de la commercialisation de leur produit. Le président a également annoncé la création d’un fonds spéciale de développement de la filière pour porter la production de coton à 600 000 tonnes en 2016. La Côte d’Ivoire devrait produire 360 000 tonnes de coton en 2012/13, en hausse de 41% par rapport à la campagne 2011/12.
Du côté de l’anacarde, des mesures fiscales exceptionnelles sont annoncées pour encourager la transformation sur place. Le deuxième producteur mondial après l’Inde ne transforme de 5% de sa production de 400 000 tonnes.
Le 2 juillet lors du conseil des ministres, qui s’est tenu dans le chef lieu de la région des Savanes, le projet de loi fixant les règles relative à la commercialisation du coton et de l’anacarde et à la régulation des filières cotonnière-anacarde avait été adopté. Selon le communiqué du Conseil des ministres, ce projet de loi vise à pallier les insuffisances de la libéralisation du secteur coton et à mieux encadrer la commercialisation du coton et de l’anacarde.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +