09 juillet 2014 - 00:00 |

La Standard Chartered appelle à investir dans l'huile de palme en Afrique

 

L’huile de palme représente déjà plus de 70% de la consommation d’huile alimentaire en Afrique, mais la croissance démographique notamment urbaine et la hausse du pouvoir d’achat devraient encore booster de plus de 60% sa consommation entre 2014 et 2030, estime l’analyste agricole de la Standard Chartered, Abah Ofon. Pour l’heure, le continent importe aujourd’hui plus de 50% de ses besoins.

Les superficies de plantations commerciales consacrées au palmier à huile sont déjà en hausse mais devraient doubler d’ici 2030, à 3 millions d’hectares, suite aux récentes acquisitions de concessions notamment en Afrique centrale et de l’Ouest. Des superficies qui n’ont cependant aucune commune mesure avec les 5 millions d’hectares en Malaisie ou encore les 9 millions en Indonésie consacrées à cette culture en Asie, ces deux pays fournissant 90% des besoins du marché mondial, note le quotidien français Les Echos.

La banque appelle à investir dans la filière en Afrique. Elle estime, rapporte notre confrère, à $ 9,8 milliards les investissements attendus dans la filière ces 25 prochaines années, ce qui pourrait générer $ 11 milliards de revenus pour le continent. Pour l’heure, 25 entreprises y investissent en Afrique, notamment des entreprises d’Asie du Sud-Est, de Malaisie, de Singapour, d’Indonésie.

Le Liberia est un des acteurs majeurs dans le développement de la production d’huile de palme à l’échelle continentale: sa production pourrait être multipliée par dix; Monrovia deviendrait le n°2 derrière le Nigeria et devant le Cameroun et la Côte d’Ivoire.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +