09 juillet 2021 - 15:08 |

Le premier ananas « zéro carbone » au monde venu d'Equateur

Le groupe français Omer-Decugis & Cie, à la fois producteur, importateur, mûrisseur et distributeurs de fruits et légumes frais en particulier exotiques, a annoncé hier lancer ce qu’il considère être le premier ananas « zéro carbone » au monde. Il est cultivé en Amérique latine où se trouve deux projets en lien avec la préservation de l’environnement que le groupe soutient.

« Grâce à la mesure et la compensation de l’intégralité de ses émissions carbone depuis les plantations en Equateur jusqu’à sa plateforme située sur le marché International de Paris-Rungis en France, l’ananas « Terrasol » a atteint la neutralité carbone, certifiée par TUV Rheinland au premier semestre 2021 », souligne le communiqué.

Cet ananas extra sweet, commercialisé depuis 1961, était jusqu’ici certifié Global GAP, Rainforest Alliance et audité amfori BSCI. Il va un cran plus loin avec la complète mesure et compensation de toutes les émissions carbone générées dans sa chaîne de valeur - production, logistique, transport.

Plus précisément, les émissions produites lors de la culture d'ananas ont été compensées par la conservation de la zone protégée de Tinajilla-Río Gualaceño, située au pied de la cordillère des Andes et de la forêt amazonienne, dans la municipalité de Limon Indanza avec laquelle un accord de coopération a été signé aux fins de préserver 1 986 ha de forêt primaire. La forêt de la zone protégée présente un indice de capture de carbone de 3,25 tonnes de CO2 par an, avec lequel 6 454 tonnes de CO2 ont été compensées. Elle abrite de grands mammifères -jaguars, ours, couguars, tapirs- ainsi que bon nombre d'oiseaux, de reptiles et d'amphibiens, dont beaucoup sont endémiques et en voie d'extinction.

Les émissions générées par la logistique, aérienne comme maritime (qui représente plus de 98 % des volumes transportés) soit un total de 7 364 t de CO2, mesurées de l’exploitation agricole jusqu'à la livraison des containers à Rungis, ont été compensées dans le cadre d'un projet au Brésil et promu par les Nations Unies à travers son programme de compensation carbone « Projet MDP PPSS Jorge Dreher et Henrique Kotzian - Centrale hydroélectrique », visant à fournir de l’électricité au réseau national interconnecté du Brésil, tout en réduisant le besoin en combustibles fossiles.

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +