09 août 2016 - 01:15 |

La Guinée réhabilite d'anciennes carrières en culture d'anacarde

La Guinée a pour ambition de devenir un exportateur de noix de cajou et pour ce faire, les autorités vont consacrer 400 000 hectares (ha) à cette culture et distribuer gratuitement 500 tonnes (t) de semences pour la campagne 2016/17, selon Guinéenews. En outre, une Agence nationale de la promotion rurale et du conseil agricole (Anproca) a été créée afin d’améliorer la productivité.

 "La campagne écoulée, le kilo de noix cajou hors champ s’est vendu entre 11 000 et 12 000 francs guinéens par endroit depuis les deux grands bassins de production (Kankan au niveau de la Haute-Guinée, Gaoual et Koundara pour la Basse-Guinée). Un avantage pour les paysans producteurs à la base qui vendaient, il y a deux ou trois ans, le kilo entre 2 500 et 3 000 francs guinéens”, a expliqué le directeur national de l’Anproca, Aly Condé.

Actuellement, 27 préfectures s’investiraient dans la culture de la noix de cajou, dont Gaoual, Kankan, Koundara, Siguiri, Mandiana ; 153 960 ha seraient déjà ensemencés.

Cette volonté de développer la culture de l'anacarde se conjugue à celle de réhabiliter d'anciennes carrières. "Nous reconstituons le couvert végétal. Ces sites étaient complètement décampés dans le cadre de l’exploitation de la bauxite. Nous les réhabilitons en remettant en place, les plants d’anacardes", explique M. Condé, selon notre confrère.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +