09 septembre 2015 - 13:00 |

Performances décevantes de l'agro-industrie au Sénégal

Au Sénégal, l’activité dans le secteur secondaire a légèrement fléchi (-0,8%) au deuxième trimestre 2015, principalement à cause des contractions de l’égrenage de coton et de la fabrication de textile (-100%), la production de sucre (-33,3%) et le travail de grains (-9,6%), souligne la Direction générale de la planification et des politiques économiques (DPEE) du Sénégal dans sa dernière Note de conjoncture. 

La production de corps gras alimentaires a progressé de 58,5%, en variation trimestrielle, dont +80,1% pour l’huile brute d’arachide et +62,9% pour les tourteaux. Sur une base annuelle, cette activité s’est améliorée de 13,9%, du fait essentiellement de la bonne tenue des productions d’huile raffinée d’arachide (+126,2%) et de tourteaux (+19%). Elle a également crû de 54,2%, en cumul sur les six premiers mois de l’année, traduisant un effet de rattrapage, après les arrêts techniques qui ont entraîné un démarrage tardif de l’activité en 2014. En effet, une hausse très significative du raffinage est observée au premier semestre 2015, tirée par la production d’huile raffinée d’arachide avec des ventes locales d'huile raffinée et de tourteaux en nette hausse. Pour ce qui est de l’huile raffinée végétale, par défaut de financement, aucune production n’a été réalisée sur la période.

Sur une base semestrielle, la production d'huile brute d’arachide est passée de 11 062 tonnes (t) sur les 6 premiers mois 2014 à 15 998 t sur la même période en 2015, malgré la contraction de 29,4% du niveau de collectes de graines (58 996 t de graines d’arachide collectées à fin juin 2015 contre 83 589 tonnes un an plutôt). S’agissant des exportations d’huile brute d’arachide, elles se sont élevées à 18 393 t au premier semestre 2015, alors qu’aucune vente n’a été enregistrée en 2014, du fait de la baisse du cours mondial de l’huile et de la spéculation sur les prix des graines (occasionnée par la présence d’opérateurs asiatiques), peut-on lire dans le rapport.

La  fabrication de sucre, confiserie et chocolaterie s’est repliée de 33,3% au 2ème trimestre par rapport au premier. Cette baisse est expliquée par un ralentissement, à l’approche de l’hivernage, de la production de sucre (-38,5%) qui s’est située à 39435 tonnes au deuxième trimestre, après une forte activité au premier trimestre (64 084 tonnes). Sur une base annuelle, la branche a respectivement progressé de 24,5% et 15,8%, au deuxième trimestre et en cumul sur le premier semestre 2015, du fait des performances enregistrées dans l’industrie sucrière. En effet, la production de sucre s’est accrue de 32,6% au deuxième trimestre et de 23,1% sur les six premiers mois de 2015, en phase avec la baisse des importations sur la période, toujours selon le rapport.

L’activité des industries meunières s’est repliée de 9,6%, en variation trimestrielle et de 7,7% sur une base annuelle en raison d'une baisse de la production de farine (-12,8% en variation trimestrielle et -8,4% en glissement annuel). Sur les six premiers mois de 2015, l’activité des industries meunières s’est contractée de 9,8%, du fait essentiellement de la baisse de la production de farine de blé (-11,3%).

Au deuxième trimestre, l’activité du cuir s’est encore contractée de 16,9% après déjà un repli de 4 % au 1er trimestre par rapport au dernier de 2014. Ceci est due principalement à l’insuffisance d’intrants. Sur un an, l’activité dans le secteur du cuir s’est repliée de 16,5% au deuxième trimestre, et de 19,9% en cumul sur le premier semestre 2015.

Quant au commerce extérieur, les ventes de produits alimentaires ont progressé de FCFA 9,3 milliards au premier trimestre, avec un renforcement des ventes de produits halieutiques de 42,3% (+19,1 milliards), atténué par le repli des exportations de légumes frais de 53,9% (-7,4 milliards) et de produits arachidiers de 8% (-2,2 milliards).

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +