10 janvier 2020 - 16:26 |

Inquiétude au Mali face aux produits chimiques dans l’agriculture

La Direction nationale de la Santé et de l’Hygiène publique du Mali témoigne, dans un communiqué paru le week-end dernier, de son inquiétude face à l’utilisation exagérée de pesticides dans l’agriculture et les conséquences sur la santé de la population et la protection de l’environnement, souligne l’agence d’information chinoise Xinhua.

«Aucune culture n'est épargnée de nos jours par l'utilisation abusive des produits chimiques pour améliorer les rendements, notamment les pesticides et les fertilisants. Cela se ressent non seulement au niveau du goût de plus en plus fade, mais aussi et surtout de la conservation », peut-on lire.

L'occasion pour rappeler que la nocivité des pesticides dépend du type utilisé, des produits chimiques qu’il contient, de la quantité consommée par l’utilisateur, de la durée et de la fréquence de l’exposition. Les conséquences de l’exposition peuvent s’observer rapidement ou des années plus tard sous la forme de cancers. De même, les symptômes peuvent disparaitre rapidement selon les cas.

Cette problématique touche l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et des pays en développement (Lire : Alerte à l'utilisation de produits chimiques non-homologués dans l'agriculture au Burkina et ailleurs !). Il est à noter que 70 % des produits phytosanitaires vendus aux agriculteurs ne sont pas homologués. « Les zones cotonnières utilisent les pesticides et des herbicides dont ils ignorent la qualité ou la composition », déclarait en octobre dernier, Elisabeth Ouédraogo, la deuxième vice-présidente du Conseil économique et social du Burkina Faso.

Actuellement, 3 millions de personnes sont intoxiquées aux pesticides chaque année dans le monde et 200 000 personnes en meurent, soit 500 personnes en moyenne par jour. Une part largement représentée par les pays en développement, où sont encore vendus des produits interdits depuis plusieurs années dans les pays industrialisés. En effet, 99 % des décès sont répertoriés dans les pays en développement. Toutefois, la France connait de son côté une hausse spectaculaire de 24 % de l’utilisation de pesticides en 2018 par rapport à l’année 2017 et une hausse de 25 % sur l’ensemble de la décennie.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +