10 août 2017 - 10:45 |

L'achat de terres agricoles par les étrangers ? Les Etats-Unis connaissent aussi !

On parle beaucoup de terres agricoles en Afrique et ailleurs dans les pays du Sud qui sont achetées par des investisseurs étrangers. Certains contestent l'ampleur du phénomène, ce qui suscite des controverses. Mais surtout, le phénomène ne serait pas l'exclusivité des pays du Sud. Aux Etats-Unis aussi, on s'en inquiète, comme le souligne la publication américaine Mother Jones.

De 2004 à 2014, le volume de terres agricoles aux Etats-Unis détenues par des étrangers aurait doublé, les acheteurs étant essentiellement des canadiens, des néerlandais et des allemands, selon un rapport du mois de juin publié par le Midwest Center for Investigative Reporting. Selon des statistiques remontant à 2011 du département américain de l'Agriculture (USDA), des étrangers détiendraient plus de 25 millions d'acres (10,1 millions d'hectares), soit environ 2% de toutes les terres agricoles des Etats-Unis. Et depuis 2011, cela a encore augmenté, a souligné le 31 juillet le journal  New Food Economy, rapporte Mother Jones : des Italiens ont acheté 102 000 acres, des Néo-Zélandais 18 000, des saoudiens et émiratis 15 000 acres.

Quant à la Chine, depuis que Shuanghui -aujourd'hui WH Group- a acheté en 2013 le plus important producteur de porc américain Smithfield Company, la Chine a racheté 400 fermes spécialisées dans la filière, représentant quelque 100 000 acres et 33 usines de transformation : "un porc sur 4 aux Etats-Unis" est détenu par des investisseurs chinois, note Mother Jones.

Pourquoi ce tel attrait pour la terre agricole américaine, s'interroge notre confrère? Car, depuis 20 ans, le retour annuel sur investissement est de l'ordre de 12%. Un taux bien supérieur aux autres investissements et, qui plus est, beaucoup moins risqué que la bourse et moins sensible aux retournements  de situation économique car on doit toujours se nourrir !

Et Mother Jones de s'inquiéter. Selon la National Young Farmers Coalition aux Etats-Unis, la moyenne d'âge de l'agriculteur américain est de 55 ans. Donc, d'ici 5 ans, 92 millions d'acres (37,2 millions d'hectares) seront à vendre. Et avec la demande d'investisseurs étrangers, le prix de la terre ne cesse d'augmenter et les jeunes agriculteurs américains pourraient avoir des difficultés à se porter à l'achat.

Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +