11 janvier 2010 - 08:12 |

L'Afrique touchée, à son tour, par l'obésité

Des chercheurs kényans soulignent l’impact de l’alimentation “bon marché” sur les populations urbaines pauvres

(11/01/10)

Le surpoids et l’obésité progressent en Afrique, en particulier dans les zones urbaines défavorisées, et cette tendance pourrait prendre la proportion d’une véritable épidémie, préviennent des chercheurs kényans.
Abdhalah Ziraba et ses collègues du Centre de recherche sur la population et la santé en Afrique à Nairobi dressent un constat alarmant, après avoir passé en revue des données recueillies dans sept pays d’Afrique subsaharienne. Leur étude, publiée dans la revue en ligne BioMed Central Public Health, établit que le nombre de personnes en surpoids ou obèses a augmenté de près de 35% entre le début des années 1990 et le début des années 2000.
Si la proportion de personnes présentant une surcharge pondérale semble plus importante dans les populations urbaines les plus aisées, la progression de l’obésité s’avère plus rapide parmi les populations les plus pauvres, enregistrant +50% sur la période étudiée, contre +7% chez les plus fortunées.
En dépit d’une pauvreté croissante dans les zones urbaines, l’accès à une alimentation bon marché riche en graisse et en sucre est monnaie courante”, notent les auteurs de l’étude.
Etant donné la nature chronique de la plupart des maladies associées à l’obésité – diabète, maladies cardiovasculaires ou certains cancers – et donc le coût énorme de leur prise en charge, ”faute d’entreprendre une action immédiate, de sombres perspectives s’annoncent pour les systèmes de soins africains, déjà confrontés à un sous-financement et à un défaut d’équipements”, estime Abdhalah Ziraba.
Ces résultats vont dans le sens de données publiées par l’Organisation mondiale de la santé en octobre, qui prévenait qu’au niveau mondial le surpoids et l’obésité entraînent désormais plus de décès que l’insuffisance pondérale.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +