11 avril 2017 - 08:45 |

Il y a urgence à sauver la campagne de semis en juin au nord-est du Nigeria

Près de 4,7 millions de personnes sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire grave dans les Etats d'Adamawa, de Borno et de Yobe dans le nord-est du Nigeria. Par consquent, nous ne pouvons nous passer de la prochaine campagne de semis qui commence en juin car il n'y aura aucune autre récolte importante avant 2018, ont déclaré José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, et Bukar Tijani, directeur général adjoint et représentant régional de la FAO pour l'Afrique, lors de leur visite dans ces zones affectées par les conflits.

La plus importante crise humanitaire en Afrique est le résultat de l'insécurité qui prévaut dans le bassin du Lac Tchad, qui englobe plusieurs régions du Cameroun, du Tchad, du Niger et du nord-est du Nigeria. Dans le cas du Nigeria, le conflit a forcé près de 2 millions de personnes à quitter leurs domiciles et à abandonner leurs moyens d'existence agricoles, rappelle la FAO. Globalement, quelque 7 millions de personnes, à travers la région du Lac Tchad, risquent de souffrir gravement de la faim pendant la saison de soudure et requièrent une aide alimentaire d'urgence et un soutien au niveau de leurs moyens d'existence.

Au cours de la visite, le directeur général a officiellement présenté la Stratégie d'intervention de la FAO (2017-2019) pour la crise dans le bassin du Lac Tchad. Avec un budget de $ 232 millions (dont $ 191 millions consacrés au nord-est du Nigeria) requis pour les trois prochaines années, la Stratégie cible 3 millions de personnes dans la région, avec une attention particulière portée sur les femmes et les jeunes.

Selon la FAO, plus d'un million de rapatriés et la majorité des déplacés internes présents dans les zones récemment libérées des conflits ont pourtant accès à la terre et pourront donc profiter de la prochaine saison des pluies, qui commencera en juin 2017, si une aide agricole suffisante leur est apportée.

Cependant, à ce jour, souligne la FAO, seuls $ 12,5 millions, soit un cinquième des fonds  nécessaires pour relancer la production agricole cette année dans le nord-est du Nigeria, ont été sécurisés. Plus de 1,1 million de personnes recevront des intrants agricoles lors de la prochaine campagne de semis, mais il s'agit uniquement de moins de la moitié de la population concernée.

 

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +