11 mai 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Les monnaies font valser les matières

(11/05/2012)

Les marchés des matières premières ont fortement chuté mercredi en réaction à la chute de l’euro à son plus bas en trois mois face au dollar : de façon mécanique, la fermeté du billet vert renchérit le prix des matières premières, quasiment toutes cotées en dollar, et donc réduit les opérations d‘achat, faisant chuter les cours. Les marchés se sont repris en fin de semaine.

Cacao. La météorologie est plutôt bonne en Afrique de l’Ouest, ce qui est prometteur pour la récolte cacaoyère. Pour sa part, l’Indonésie estime qu’il exportera 380 000 t de fèves transformées cette année, en hausse par rapport aux 249 188 t en 2011, selon l’Association indonésienne de l’industrie du cacao.
Une tendance confirmée par les nouvelles estimations de récolte 2011/12 publiées hier par le courtier Marex Spectron : le déficit ne serait plus que de 19 000 t contre les 94 000 t qu’il avait anticipé en février dernier, un chiffre à rapprocher de l’excédent record de 442 000 t la campagne dernière. Des chiffres, cependant, très différents de ceux de l’Organisation internationale du cacao (ICCO) qui estime le déficit à 71 000 t contre un excédent de 347 000 t en 2010/11. La Côte d’Ivoire produirait 1,35 Mt cette campagne, selon les estimations fournies hier par l’ICCO, soit une campagne honorable mais en baisse par rapport au niveau record de 1,5 Mt en 2010/11. La production au Ghana est maintenant portée à 970 000 t contre 1 Mt la campagne dernière et le numéro 3, l’Indonésie, atteindrait 450 000 à 500 000 t. En revanche, le Nigeria verrait sa production baisser à 210 000 t contre 240 000, le Cameroun lui emboîtant le pas avec une récolte de seulement 200 000 t contre 230 000 t en 2010/11.

Café. L’Arabica a touché mercredi son plus faible niveau enregistré depuis août 2010, entrainé par le mouvement général sur les marchés des matières premières mais aussi parce que l’offre d’Arabica est bonne. La production en Colombie a annoncé une progression de 11% de sa production en avril par rapport à avril 2011, renversant la tendance de ces 12 derniers mois après que de fortes pluies aient endommagé sa production. Quant à la campagne 2012/13 au Brésil, elle devrait être record, à 50,45 millions de sacs de 60 kg, la caféiculture s’étant étendue avec de nouveaux arbres plantés ces dernières années grâce à des cours internationaux plus incitatifs.
Côté Robusta, la hausse des prix commence à refléter les problèmes multiples sur ce segment du marché du café, souligne un trader. ” La demande continue à être soutenue, les stocks sont en baisse régulière, les producteurs retiennent leur café à l’origine, sans parler des risques de ne pas être chargé ou des problèmes de logistique ”, poursuit-il. ” L’écart avec l’Arabica se réduit, mais reste quand même à 82 cents, soit $1800.

Coton. Le coton a clôturé hier sur le marché de New York à son plus bas en presque deux ans après que le département américain de l’Agriculture (USDA) ait annoncé une offre mondiale record de la fibre blanche. Les stocks de fin de campagne 2012/13 sont estimés atteindre un record de 73,75 millions de bales de 480 lb, en hausse de 10% sur leurs niveaux de 2011/12. Les cours devraient donc encore chuter et se situer, selon certains analystes, dans une fourchette de 65 à 85 cents/lb cette prochaine campagne contre 91 cents en moyenne sur 2011/12. Selon l’USDA, les rendements aux Etats-Unis baisseraient à 777 lb/acre en 2012/13 contre 790 en 2011/12 et 812 lb en 2010/11.
Côté Chine, l’USDA estime que le pays détient 40% de l’offre mondiale de fibre blanche, avec un total de 28,05 millions de balles. Ses importations chuteraient d’un tiers, à 14 millions de balles contre 21,5 millions en 2011/12. La Chine devrait prochainement émettre des quotas d’importation pour 1 Mt afin de fournir ses industries textiles en fibre bon marché (le coton local est en moyenne 10% plus cher que sur le marché international), ont signalé aujourd’hui des traders. Ce quota additionnel, qui permettra d’importer du coton à un tarif progressif allant de 5 à 40%, portera à 2,4 Mt le total des quotas d’importation émis depuis le début de l’année. Selon le Comité consultatif international du coton (CCIC), la hausse des importations chinoises devrait doubler les volumes stockés dans ce pays, les portant à 5 Mt en 2011/12 : les acheminements d’Inde, du Brésil et d’Australie atteindraient des niveaux record. La Chine aurait importé 3,36 Mt l’année dernière, dont un tiers provenait d’Inde, les Etats-Unis étant en deuxième position.

Riz. En avril, les cours mondiaux se sont maintenus plutôt fermement, mais le marché se montre encore assez volatile et peine à donner une tendance claire pour les mois à venir, souligne Patricio Mendez del Villar dans sa dernière note de conjoncture Osiriz. Les perspectives en Asie indiquent toutefois une mousson normale en 2012, ce qui devrait contribuer à une nouvelle amélioration de la production rizicole dans la plupart des grands pays producteurs. Aussi, l’offre d’exportation devrait se maintenir abondante, tandis que la demande d’importation devrait reculer par rapport au niveau record de 2011. Dans le reste du monde, malgré les prévisions d’une production en baisse, notamment aux Etats-Unis et dans les pays du Mercosur, l’offre d’exportation de ces pays devrait rester importante également, ce qui contribuera, avec les exportateurs asiatiques, à couvrir largement les besoins globaux.
En Afrique subsaharienne, les conditions climatiques et la situation politique au Sahel font peser des craintes sur les récoltes céréalières en 2012, poursuit-il. Il existe des risques non négligeables d’une nouvelle crise alimentaire dans la région sahélienne. Aussi, la demande d’importation africaine de riz pourrait progresser une nouvelle fois et atteindre 10Mt, soit un tiers des importations mondiales.

Sucre. Le sucre roux est tombé mercredi à son plus bas en 20 mois avant de regagner un peu de terrain. La baisse s’explique, à l’instar des autres matières premières, par le renchérissement du dollar mais aussi par la révision à la hausse de l’excédent mondial attendu sur la campagne 2011/12. Toutefois, la baisse du prix du sucre a suscité des achats physiques, notamment de la Chine, faisant regrimper les prix avec le seuil de 20 cents comme objectif pour nombre de traders.
Le sucre blanc, quant à lui, est demeuré en baisse, notamment suite à l’approbation par l’Union européenne de vendre 250 000 t hors quotas.

Thé. Le prix moyen des thés aux ventes aux enchères de Mombassa qui se sont tenues mardi 8 mai a augmenté à $ 3,53 le kilo contre $ 3,47 aux précédentes ventes. Seulement 12% des volumes est resté invendu, soit 4 770 t, les acheteurs les plus actifs venant du Pakistan, du Yémen et d’autres pays du Moyen Orient, ainsi que du Royaume Uni, du Soudan et de Kazakhstan.
Côté production, les autorités kényanes estiment qu’elle devrait reprendre ce trimestre après une chute de 14% des volumes sur les trois premiers mois de l’année par rapport à la même période l’année dernière.
A noter que la production indienne de thé a baissé de 16% en mars par rapport à mars 2011 en raison d’une météorologie défavorable dans l’important Etat producteur d’Assam.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +