11 juin 2007 - 21:30 |

Les prix du caoutchouc naturel ne cessent de s'étirer

Le caoutchouc africain s’aligne de plus en plus sur l’asiatique

«Le marché du caoutchouc naturel est au sortir du wintering et il n’arrive pas à en sortir», souligne un négociant. Le wintering est la période d’hivernage durant laquelle la production baisse : elle s’achève habituellement fin avril-début mai. C’est un des fondamentaux qui exerce une certaine pression sur les prix, le temps que l’on sache comment se présentera la production après.
Cette année, on constate le même phénomène météorologique que l’année dernière : cela fait un mois et demi, voire deux mois, qu’on aurait du sortir de cette période. Ce qui exerce une pression sur les prix. Le TSR 20 est passé de 185 cents/kg en début d’année à 219 actuellement. La feuille 3, qui est davantage un grade latex, influencé par le TSR 20 destiné aux pneumatiquiers, subit le même sort : elle était à 196-197 en début d’année et se situe aux alentours de 232 actuellement. La progression est bien là, mais il faut se souvenir qu’à pareille époque l’année dernière, la feuille 3 était à 280 ! En fin d’année 2006, le prix est tombé à 148, ce qui souligne l’importance des fluctuations. Pour résumer, le prix a touché un pic il y a un an, pour baisser, puis remonter jusqu’en mars dernier, baisser à nouveau, puis regrimper.
Quid de l’Afrique ? Elle représente moins de 5% de l’approvisionnement mondial, avec environ 400 000 t sur les 9 millions de tonnes actuellement produites dans le monde. Mais en terme de qualité, depuis fort longtemps, l’Afrique n’a pas à rougir face à ses concurrents d’Extrême Orient. Les pneumatiquiers en sont d’ailleurs friands. Quant au prix, le caoutchouc africain a de plus en plus tendance à s’aligner sur les prix du caoutchouc d’Extrême Orient. Ce sont les marchés de Singapour et de Tokyo qui donnent les tendances. Mais le marché de Shanghai prend une place croissante puisque la Chine est depuis quelques années le premier consommateur de caoutchouc naturel, très en avance sur les Etats-Unis.
Globalement, la production et la consommation augmentent de pair, de 2,5 à 4% par an. Le wintering pose davantage un problème de disponibilité immédiate du caoutchouc que de crise d’approvisionnement en chiffres absolus, conclut le négociant.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +