11 août 2022 - 12:42 |
par FIRCA

Le FIRCA, un acteur majeur de la lutte contre la désertification en Côte d’Ivoire

Le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles (FIRCA), structure nationale de financement des programmes de développement des filières agricoles ivoiriennes, a participé à la 15ème Conférence des Parties (COP-15) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD), abritée par la Côte d’Ivoire du 9 au 20 mai 2022, sur les bords de la lagune Ebrié à Abidjan, la capitale économique du pays (lire : COP-15 à Abidjan : ATSIN Yao Léon, Directeur Exécutif du FIRCA : "Mobiliser des ressources pour les filières agricoles"). L’institution, sponsor de l’évènement, y a singulièrement brillé par une participation active aux conférences, panels et autres rencontres avec différents partenaires, ainsi qu’une présence continue à travers un stand dédié.

En effet, le FIRCA a marqué les esprits, comme à l’accoutumée, lors des grands rendez-vous qui concernent le secteur agricole. L’institution était bien visible sur toute la durée de la COP-15, au moyen de l'animation d’un stand par le Service Genre et Environnement, les Chargés de Programmes et le Service Communication. L’objectif de cette stratégie de communication était clair : communiquer sur ses missions en lien avec la lutte contre la désertification et la sécheresse, problématiques majeures du secteur agricole.

« Il est clair que la COP-15 est une occasion pour les structures nationales de montrer leur savoir-faire en matière de préservation de l’environnement et restauration des sols. C’est aussi une grande opportunité pour le FIRCA, afin de se faire mieux connaître dans le monde du financement vert. », explique Fidèle KOUADIO, Chef du Service Genre et Environnement et cheville ouvrière de la participation du FIRCA à la COP-15.

Manifestement, l’objectif poursuivi par ATSIN Yao Léon, Directeur Exécutif du FIRCA et ses collaborateurs a été atteint ; pour preuve, les nombreuses personnalités ayant visité le stand. Parmi celles-ci, figurent le Président de la COP-15 Alain Richard DONWAHI, le Premier ministre et Chef du gouvernement, Patrick ACHI, le Ministre Gouverneur du district d’Abidjan, Beugré MAMBE et bien d’autres personnalités nationales et étrangères. Tous ont unanimement apprécié la qualité de la contribution multiforme du FIRCA à l’édition 2022 de la COP.

Cette présence du FIRCA à la COP-15 a également vu la participation distinguée du Directeur Exécutif Adjoint (DEA), Oumar N’DIAYE, à un panel de haut niveau. Il s’est agi pour le numéro 2 de « La maison des Filières Agricoles (ndlr : le FIRCA) », d’une part, de revenir sur les raisons de la participation de l’institution à la COP-15 et d’autre part, expliquer le mode d’accompagnement que le FIRCA offre aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), ainsi qu’aux Entreprises de Tailles Intermédiaires (ETI), pour la mobilisation des fonds verts.

« Le FIRCA, en tant que pionnier du financement vert en Côte d’Ivoire dans le secteur agricole, a décidé de prendre une part active à la COP-15, d’abord en tant que partenaire et ensuite, en tant que participant actif. Cette présence était importante pour le FIRCA parce qu’il était question de montrer notre savoir-faire en matière de gestion climatique pour le développement des filières agricoles, et en même temps, apprendre de l’expérience des autres pays, afin d’être plus sensibilisé sur les mécanismes existant qui peuvent nous permettre de mieux capter les ressources destinées à l’adaptation ou à l’atténuation des effets du changement climatique, de sorte que notre agriculture soit plus résiliente, au bénéfice des acteurs et de la Côte d’Ivoire », a-t-il fait savoir.

Poursuivant, M. N’DIAYE a invité toutes les structures en quête de financement vert à apprendre à se battre pour l’obtenir. A cet effet, il leur a recommandé de s’adresser au FIRCA qui constitue une porte d’entrée pour le financement vert en Côte d’Ivoire.

« La mobilisation des ressources climatiques est un métier à part entière. Il faut se donner les moyens d’y parvenir. Le FIRCA est une porte d’entrée importante pour avoir accès à ces financements. En effet, notre institution offre un accompagnement technique dans le montage des dossiers. Nous apportons notre expertise en interne et faisons appel à des experts internationaux pour les cas qui le nécessitent. Nous sommes le pont entre ces structures et les guichets climatiques », a renchéri M. N’DIAYE. Cependant, il a révélé que le FIRCA n’a pas attendu les financements internationaux avant de soutenir des projets en lien avec la lutte contre la sécheresse.

« Certes, nous avons lancé un appel à projet duquel nous avons reçu 17 projets, dont 8 ont été sélectionnés. Certains sont présentement soumis au Fonds (ndlr : Fonds d’adaptation) et nous continuons d’améliorer les autres en vue de leur prochaine soumission. Mais en plus de cela, nous avions déjà financé 45 projets dans le cadre du projet Fonds Compétitif pour l’Innovation Agricole Durable (FCIAD) mis en œuvre par le FIRCA », a-t-il rappelé.

Pendant les deux semaines qu’a duré la COP15, le bilan du FIRCA a retenti auprès des bailleurs de fonds internationaux. La structure de financement a intensifié son lobbying et multiplié les partenariats pour la mobilisation de fonds et la mise en œuvre effective de projets verts en faveur des filières agricoles. Les responsables de la Banque Africaine de Développement (BAD), de l’Agence Française de Développement (AFD), du Fonds d’adaptation climatique et du Fonds Vert pour le climat ne diront pas le contraire.

Pour illustration, le FIRCA a répondu présent à l’invitation de l’AFD, le mardi 17 mai 2022, dans le cadre du market playce. Cette plateforme a été une autre occasion d’échanges entre le FIRCA et des partenaires engagés dans l’agroforesterie tels que Forestinnov, World Agroforestry, etc.

Pour rappel, dans le cadre de la diversification des sources de mobilisation de ressources, pour le financement durable des services agricoles aux producteurs, le FIRCA s’est orienté vers les guichets de la finance climatique. Cette démarche a abouti en avril 2020 à l’accréditation du FIRCA comme Entité Nationale de mise en œuvre des projets d’adaptation aux changements climatiques (FA). Cependant, l’institution poursuit son processus d’accréditation au plus grand guichet climatique mondial, le Fonds Vert pour le Climat (FVC), qui est en bonne voie.

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +