11 octobre 2007 - 23:02 |

Le rendez-vous Matières du Jeudi

Tendances très variées

(11/10/07)

Blé. Jeudi, sur le marché de Chicago, le marché leader en matière de céréales au monde, le blé a terminé en hausse alors que son prix avait augmenté dans le maximum autorisé pour une session par la réglementation de ce marché à terme. Rien d’étonnant ! Tout le monde s’attendait à ce que le Département américain de l’Agriculture (USDA) annonce une baisse des stocks mondiaux et américains des stocks de blé.
A ceci s’est greffée l’attente d’un appel d’offres qui devrait être émis par le Maroc mercredi prochain 17 octobre, annonçant l’achat de 500 000 t de blé tendre. Les fournisseurs américains et européens ne savent plus où donner de la tête ! Le blé européen pourrait avoir la préférence.
Une soumission marocaine qui souligne que, même à ses prix particulièrement élevés, la demande en blé ne faiblit pas. Ce qui stimule, à son tour, les prix.

Cacao. La chute ! Les cours du cacao sur le marché international sont au plus bas depuis le début de l’année… « La récolte en Afrique de l’Ouest a démarré et les spéculateurs sont très longs », résume un opérateur. Lundi, le contrat spot a chuté de 12%, touchant son plus faible prix en cinq semaines de marché. Un retournement d’autant plus spectaculaire que le 28 septembre, il était au plus haut en 9 semaines.
Dans les pays producteurs, le premier d’entre eux, la Côte d’Ivoire, vient d’annoncer que ses exportations en 2006/07 avaient totalisé 887 578 t, soit une baisse de 7% par rapport à 2005/06. Sur le seul mois de septembre, 18 024 t ont été expédiées contre 29 712 t en septembre 2006, selon les chiffres publiés par le port d’Abidjan. A noter que parallèlement, les exportations de produits cacaoyers semi-finis ont progressé de 1,2% sur la campagne 2006/07 par rapport à la précédente, à 288 516 t.
Au Nigeria, les arrivages au port de Lagos ont fait un bond de 36% en septembre par rapport à septembre 2006 ! Ces expéditions de 9 500 t témoignent que le cinquième producteur mondial se redresse après une année cacaoyère particulièrement mauvaise en raison de la météorologie.

Café. Les météorologues font la pluie et le beau temps en ce moment sur le marché du café….Il ne pleuvra pas, ou guère, au Brésil d’ici le 20 ocotbre annoncent-ils aujourd’hui. En tous les cas, pas assez pour abreuver le sol si sec ! De ce fait, les prix du café sur le marché international partent à la hausse.
Côté Robusta, on est inquiet à court terme à cause d’une éventuelle faible récolte du Vietnam : la mauvaise météorologie devrait provoquer une chute de 8% de la récolte dans la province de Dakhla, la première région productrice du pays. Mais surtout, les prix sont en hausse car un squeeze serait en train de s’effectuer sur l’offre.
A noter que les exportations de café d’Ouganda ont progressé de pas moins de 32% durant la campagne dernière qui s’est achevée en août, à 2,63 millions de sacs de 60 kilos (Ms). Une progression spectaculaire qui trouve son fondement dans une bonne météo mais aussi dans des prix du café plus favorables.

Caoutchouc. Les contrats à terme du caoutchouc naturel à la Bourse de Tokyo ont progressé de 2% à un plus haut de quatre mois mercredi 10 octobre, au-dessus du seuil symbolique de 270 yens en raison de la fermeté des cours du pétrole, du repli du yen à plus de 117 par rapport au dollar, de la décision de la Banque du Japon de maintenir ses taux à 0,5% ,et de problèmes d’approvisionnement. Des achats spéculatifs ont également été notés avec les cours du pétrole qui se sont maintenus au-dessus de 81 dollars le baril mardi.

Sucre. Les opérateurs sur le marché ont fait fi des fondamentaux : peu importe que le sucre soit abondant, misons sur cette denrée car de toute façon les matières premières ont le vent en poupe ! Ces spéculateurs ont notamment trouvé un soutien dans des considérations météorologiques au Brésil : une sécheresse pourrait sévir dans la région centre-sud du pays.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +