12 avril 2015 - 00:00 |
à Abidjan

Sara 2015, l'étincelle de l'agriculture ivoirienne

Le Salon international de l'agriculture et des ressources animales à Abidjan, Sara 2015, ferme ses portes aujourd'hui au grand public. Dès hier, un premier bilan a été tiré à l'occasion de la cérémonie de clôture  officielle.  

"Le Sara 2015 a tenu toutes ses promesses de mobilisation", a déclaré le Premier ministre Kablan Duncan hier soir. "C'est un véritable succès."

Au 10 avril au soir, soit une semaine après l'ouverture officielle du Salon, 161 257 visiteurs s'y étaient rendus, les 200 000 devant être atteints d'ici ce soir, a souligné le patron de l'agence de communication Voodoo, Fabrice Sawegnon. Pour le Sara, ce dernier – celui-là même qui a piloté la campagne électorale d'Alassane Ouattara mais aussi d'Ibrahim Boubacar Keïta à la présidence du Mali – a mobilisé 157 personnes dont des Marocains, des Espagnols et des Français. Le Maroc était invité d'honneur de cette 3ème édition du Sara, les deux premières s'étant tenues en 1997 et 1999.

Plus de la majorité des visiteurs du Sara était jeune (64% avaient moins de 35 ans), voire très jeune (44 000 enfants recensés). Côté professionnels, 4786 ont été recensés dont 68% d'exposants, 16% de conférenciers, 10% de "VIP" et 6% (283) journalistes dont 14 de la presse internationale. Douze pays ont été représentés.

Sur les 10 100 m2 de surface d'exposition, 371 stands reflétaient l'image de l'économie ivoirienne, du monde agricole mais aussi d'autres secteurs, avec d'importants pavillons du Maroc, invité d'honneur, de la France (36 entreprises sous l'égide de l'Adepta), du Burkina Faso, du Mali et du Niger. S'inscrivant résolument dans une image de modernité, voire de haut de gamme, peu de stands de moyennes et petites coopératives ou d'acteurs plus secondaires sont présents au Sara. Raisons? Apparemment un coût très élevé des stands, "plus cher encore que les salons de l'agriculture de Meknès ou de Paris", a précisé une exposante.

Quant au business, 206 réunions B2B ont été recensées par les organisateurs, avec des intentions fermes d'affaires de FCFA 9 milliards. Des conventions représentant un montant total de FCFA 38 milliards ont été signés avec des moments symboliquement très forts comme la signature de la convention sur l'assurance agricole ou encore celle avec CFAO Retail et Carrefour afin que les produits des producteurs maraichers ivoiriens trouvent leur place  sur les rayons du tout nouveau hypermarché à venir.

A noter que sur les 206 rendez-vous B2B officiellement recensés, 12 étaient  de banques, le secteur se déclarant prêt à accompagner le secteur agricole, a-t-il été souligné par les organisateurs lors de la cérémonie de clôture. Un signal majeur pour la Côte d'Ivoire qui n'a plus de banque de développement agricole et où un taux d'intérêt de 9% s'affiche à Abidjan come une aubaine à saisir.

Un Sara qui se déroule dans un contexte global très porteur. Au Conseil des ministres mercredi, 8 avril, un  projet de loi d’orientation agricole a été adopté avec pour mesure symboliquement très forte la reconnaissance pour la première fois du statut d'agriculteur, d'exploitation familiale et d'entreprise agricole.

Certes, les objectifs annoncés en octobre dernier par les autorités ne sont pas pleinement atteints (600 à 800 exposants, 500 000 visiteurs pour un budget institutionnel de FCFA 500 millions) mais il faut toujours placer la barre très haut pour avancer à grands pas.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +