12 novembre 2007 - 22:00 |

Le rendez-vous Matières du Jeudi

Les matières premières agricoles seraient attractives pour les fonds d’investissement
La société de gestion de fonds britanique Schroders estimait le 8 novembre que l’intérêt des fonds pour les matières premières agricoles devrait croître dans un contexte de prix agricoles élevés. Lors d’une conference de presse, reprise par l’agence Reuters, la société mise sur une tendance haussière durable des prix agricoles en raison de la croissance de la demande mondiale et du peu de capacité d’augmentation des terres arables. La société d’investissement, qui gère plus de 190 milliards d’euros, est convaincue du potentiel de performances des produits agricoles. Moins de 1% des fonds d’investissement mondiaux ont des engagements dans les matières premières, y compris agricoles, ce qui est le signe d’un fort potentiel de développement,a-t-elle souligné. Il existe une fenêtre d’opportunité, les solutions technologiques n’existent pas encore pour améliorer sensiblement les rendements (agricoles). Il est intéressant d’investir pour profiter de cet effet, a précisé le gestionnaire Rodolphe Roche. Même le développement des productions génétiquement modifiés (OGM) ne devrait pas contrarier la tendance haussière des prix, a-t-il ajouté.

CACAO Les cours du cacao sont relativement stables avec de faibles hausses provoquées par les inquiétudes sur la qualité suscitées par le développement de la pourriture brune avec les récentes pluies et de faibles baisses avec les arrivages abondants de la nouvelle récolte dans les ports ouest africains provoquant des invendus. Les cours se sont aussi repliés avec la fermeté de la livre sterling contre le dollar. Selon l’industriel Barry Callebaut, les prix du cacao devraient demeurer stables sur les prochains mois, mais n’exclut pas une nouvelle augmentation plus tard. En revanche, le beurre de cacao devrait poursuivre sa hausse. La demande en beurre de cacao a d’ailleurs été très soutenue cette semaine, les chocolatiers se portant acquéreurs pour couvrir leurs besoins dans la perspective de Noël. Selon un tarder, la hausse pourrait se poursuivre sur le premier trimestre 2008 car la fête de Pâques est tôt en 2008.
Les arrivages en Côte d’Ivoire ont un atteint 227 000 tonnes sur la période du 1er au 4 novembre, soit plus du double des 102 536 t réceptionnées l’année derrière sur la même période. Au Ghana, la campagne 2007/08, qui a démarré officiellement le 19 octobre, démarre sur les chapeaux de roue. Les acheteurs s’attendent à un record d’achats cette année en partie en raison du long délai cette année entre la fin de la campagne précédente et le début de la nouvelle campagne. Rappelons qu’en 2006/07, les acquisitions de cacao par les acheteurs privés pour l’ensemble de la récolte 2006/07 se sont élevées à 614 469 t , en forte baisse par rapport à 2005/06 (740 457 t), selon le Cocobod.
En revanche, la campagne cacaoyère a démarré doucement au Cameroun (cf : http://www.commodafrica.com/fr/actualites/matieres_premieres/cocoa). De même au Nigeria, la récolte en septembre et octobre a montré des signes de faiblesse en partie en raison des mauvaises conditions climatiques, selon the Cocoa Association of Nigeria (CAN). Cependant, la CAN estime que la récolte totale devrait s’élever à 300 000 t, soit 50% de plus que l’année précédente. Le gouvernement table sur 450 000 t.

CAOUTCHOUC Les cours sont soutenus par la flambée du pétrole et par une offre limitée avec la persistance des pluies chez les principaux producteurs. En particulier dans le sud de la Thaïlande, région qui fournit environ 90% des 3 millions de tonnes de caoutchouc produites au niveau national. Ils ont atteint un plus haut depuis 16 mois le 1er novembre dans le sillage de la hausse du pétrole. S’ils reculent légèrement, les fondamentaux sont orientés à la hausse.

COTON En dépit d’une baisse les 8 et 9 novembre, les cours du coton demeurent fermes influencés par la chute du dollar, la hausse de l’or et du pétrole. Sur le marché physique, la demande pour les cotons indiens est soutenue. Et en particulier émanant de la Chine, où le coton indien est compétitif tant en termes de prix, que de qualité ou encore de délais d’expédition. Selon la société de trading Gill&Co, l’Inde devrait exporter vers la Chine plus d’1 million de balles en novembre.

SOJA Les cours continuent sur leur lancée tant pour les graines que la farine ou l’huile. Le marché des graines de soja a atteint un plus haut de trois ans.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +