12 novembre 2013 - 09:24 |

L'UE devrait proposer une ouverture de son marché au sucre et vin sud-africains

En contrepartie, Pretoria devrait appuyer l’UE dans ses négociations APE avec l’Afrique

(12/11/2012)

L’Afrique du Sud est la première étape, aujourd’hui, de la tournée africaine d’une semaine du commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht. Dans ses bagages se trouverait les propositions d’élargir l’accord de libre échange qui date de 1999 et accorder un quota libre de droit à l’importation de sucre sud-africain sur le marché européen et accroître l’accès aux vins, selon Reuters. En retour, Bruxelles demanderait à l’Afrique du Sud son appui pour accélérer les négociations sur les accords de partenariat économique (APE) avec le reste du continent. Une liberté de circulation, à terme, que l’Afrique du Sud craint lui être néfaste.

Bruxelles serait donc prête à faire un pas en avant et reconsidérer les tarifs élevés qui s’appliquent à l’importation de sucre sud-africain par l’UE, bloquant de facto ces importations sur le plus grand marché mondial. Cependant, l’importance du quota libre de droit que Karel De Gucht devrait proposer serait en-deçà des 320 000 t attendues par Pretoria.

Le commissaire devrait aussi proposer d’élargir de 95 millions de litres par an l’accès libre de droits de vins sud-africains. Notons que sur les 410 millions de litres que l’Afrique du Sud a exporté l’année dernière, 65% était à destination de l’UE, selon Wines of South Africa.

On ne parviendrait pas à situer précisément la date à laquelle cette ouverture, si acceptée, serait effective mais il semblerait que Karel De Gucht veuille conclure les négociations en début d’année prochaine, son mandat de commissaire au Commerce arrivant à terme fin 2014. Karel De Gucht qui, par ailleurs, est actuellement accusé par le fisc belge d’avoir fraudé et être redevable de 900 000 euros, l’affaire devant être jugé devant les tribunaux belges le 25 novembre prochain, selon rtbf.be.

Le temps presse, par ailleurs, car l’UE s’est fixée pour échéance octobre 2014 pour sceller un certain nombre d’APE avec les ACP. Jusqu’à ce jour, seuls 15 pays ACP ont conclu un accord.

Rappelons que de nombreux pays africains sont, en effet, très réticents car ils craignent, à terme, une concurrence acharnée des produits européens qui entreraient sur leurs marchés libre de droits et des importations chinoises croissantes qui sont déjà à des prix très compétitifs. Les productions africaines auraient du mal à émerger et à trouver un débouché sur leurs propres marchés.
Le commerce entre l’Afrique et la Chine s’élèverait à $ 220 milliards cette année alors qu’il était encore à $ 91 milliards en 2009.

Les relations commerciales entre l’UE et l’Afrique du Sud sont quelque peu tendues et la décision cet été de Bruxelles de relever le niveau de surveillance en matière d’importations de fruits, notamment d’agrumes, afin de protéger le verger européen de la maladie de la tache noire décelée sur des lots de fruits sud-africains, n’a pas amélioré le climat.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +